Magazine

Quand les effets spéciaux et la post prod font de la poésie

Publié le 04 septembre 2012 par Blended @blendedph

Le ralenti, le stop motion, le bullet time, sont des effets spéciaux ultra casse gueule. Souvent utilisés par manque d’imagination et de créativité, ils desservent, malheureusement, plus souvent qu’ils ne servent.
Ce n’est pas le cas de ce film de Cara Stricker. Ici, les effets spéciaux se mettent aux services d’images énergiques et d’une narration intrusive. Mais c’est la synchronisation parfaite avec une bande son maîtrisée signée Industrial Color qui donne réellement toute la qualité de ce film.
A noter la belle prestation, physique, de Cara Delevingne, shooté à Coney Island.

Quand les effets spéciaux et la post prod font de la poésie

Quand les effets spéciaux et la post prod font de la poésie

Quand les effets spéciaux et la post prod font de la poésie


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blended 45115 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte