Magazine Info Locale

Règlement de comptes armé à l'entrée de l'école

Publié le 04 septembre 2012 par Bordeaux7

Une rixe a opposé deux familles devant l’entrée de l’école Jean-Jaurès de Parempuyre hier à l’heure de la sortie des classes. Elle s’est soldée par deux coups de feu et deux blessés parmi les personnes impliquées, sans faire de victimes au sein de l’école.

Les faits se sont déroulés vers 16h40 et ont commencé par l’altercation entre deux familles, ont expliqué les gendarmes. Un premier protagoniste a été blessé à l’arme blanche, au visage. Il a lui-même riposté avec une arme de poing, blessant son adversaire à l’abdomen. Cet homme, qui a cherché à se réfugier dans l’école, a été poursuivi par un troisième individu, qui, armé d’un fusil, a tiré un coup de feu le visant, dans la cour, sans atteindre qui que ce soit.
Les deux blessés ont été hospitalisés à l’hôpital Pellegrin de Bordeaux tandis que le troisième homme, auteur du coup de feu dans l’école, a été interpellé. Le parquet a été saisi d’une enquête en flagrance concernant cette affaire, apparemment le fruit «d’une altercation ancienne entre familles, pas liée au cadre scolaire».
Cellule psychologique activée
L’inspection d’académie de Gironde a de son côté décidé de mettre en place une cellule psychologique pour les enfants, parents et enseignants. Les parents et les enseignants avaient commencé à mettre les enfants à l’abri mais certains ont pu assister à la scène. L’inspecteur d’académie s’est rendu sur place, accompagné du médecin scolaire responsable de la cellule de gestion des situations traumatisantes, pour «soutenir l’équipe et évaluer le retentissement auprès des enfants et du corps enseignant», a-t-on indiqué à l’inspection d’académie. Certains enfants ont «sûrement été témoins» des faits, a-t-on indiqué de même source.
«Deux coups de feu»
«J’ai entendu deux coups de feu, quatre minutes après des sirènes», a déclaré à l’AFP un habitant d’une rue proche de l’école, Geoffroy Chloé, joint par téléphone. «J’ai ensuite vu une voiture de gendarmerie poursuivre deux voitures», a-t-il ajouté. Selon le quotidien Sud Ouest les enfants présents ont été «confinés» pendant un certain temps après les faits avant de pouvoir quitter l’établissement. Le colonel Xavier Dussept, commandant du groupement de Gendarmerie de Gironde a précisé à l’AFP que le secteur avait immédiatement été bouclé. Une cinquantaine de gendarmes, un hélicoptère et une équipe cynophile ont été mobilisés, a-t-il déclaré, en précisant que les gendarmes continuaient dans la soirée à sécuriser le secteur.• Avec AFP

èéàéé

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bordeaux7 3734 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine