Magazine Culture

Klein : Influence psycho-photographique

Publié le 19 juin 2012 par Fabricegil @thenewreporter
Steven Klein Superstar ? Indéniablement... malgré lui.
Portrait d’un homme dont le travail esthétique du délabrement, de la décomposition et de l’obscurité apparait comme un refrain récurrent.
Au confluent de tous nos regards, la mode ne s’essouffle pas encore d’être observée, disséquée, magnifiée ou tout bonnement "sifflée". Relevant toujours autant du désir… de plaire en société, elle reste à ce titre prise en charge par la morale et la philosophie, soit que l’on y voit une "pure affaire de vanité", soit un destin pour les sociétés "achevées". Respectée tout autant que condamnée, capricieuse, futile et élitiste, elle est aussi un formidable laboratoire d’idées en accord avec son époque.
" … Sous ses folles lois étant forcé de vivre, le sage n’est jamais le premier à la suivre… ni le dernier à la garder"  disait Monsieur Dior.

Klein : Influence psycho-photographique

Crystal Renn et Karolina Kurkova shooted by Steven Klein
Interview mag / mars 2012

Steven Klein serait-il un des sages dont parle le grand Couturier ?L’interprète talentueux d’un monde, chargé de donner à entendre et apprécier un air dont il n’a pas écrit la partition ?Enfant terrible de la photo de mode, Steven Klein s’évertue à emprunter les chemins de traverse, fuyant l’art figé des conventions d’une société quelque peu polissée.Il est aujourd’hui sans conteste l’artiste qui oppose avec le plus de constance une résistance créative à l’arrogance du  "trop propre". Ses séries-mode créent une turbulence sans précédent, où la couleur, la lumière et le travail  photo ne cherchent pas la séduction facile. Au fil de ses propositions, l’image reste en mouvement, narrative et performante.

Klein : Influence psycho-photographique

Steven Klein

Qui est-il ?Ce New-Yorkais de 51 ans, diplômé de la Rhodes Island School of Design, débute sa carrière en sautant à pieds joints dans la peinture, avant de se lancer dans la photo. Il débute avec Dior dans les années 1990. Rapidement, son style provocant, lui bâtit une réputation sulfureuse et franchement dérangeante. Ses clichés rompent avec la monotonie des images traditionnelles de beauté, et exposent des corps expressifs, posant de façons incongrues sous des contrastes marqués de couleurs vives.Réputé pour son humour transgressif, il joue sur l’ambigüité d’une approche combinant laideur et beauté, à la fois glauque et terriblement… sexy.Les célébrités, au service de son art, n’hésitent pas à casser leur propre image sous l’objectif.
L’année 2003 annonce une collaboration de grande ampleur. Madonna lui demande de composer une série de photos et sept segments vidéos, présentées durant l’exposition X-STaTIC Pro=CeSS à New York.  L’installation courue du 28 mars au 3 mai de cette année, voyagera ensuite à travers le monde sous une forme modifiée.Au fil de sa carrière, Steven Klein réalise de nombreuses campagnes d’envergures pour les grandes signatures du milieu, notamment Alexander McQueen, Louis Vuitton… Il photographiera Eva Mendes à demi-nue pour une campagne Calvin Klein en 2008. 

La même année, il retrouve Madonna qui pose sous son objectif pour les deux compères Dolce & Gabbana. Il participe en 2010, au 25ème festival international de photographie d’Hyères. Quelques mois plus tard, le 3 mai, Lady Gaga "la catin" lui commande un clip vidéo dont le titre m’échappe encore…

Ce grand artiste-photographe, aux visuels très suggestifs et esthétiques, exposé de NYC à Paris, se considère malgré son style irritant, comme "une personne réservée et non exhibitionniste".  
Une personne sage en somme, dont le talent n'a d'égal à nul autre pareil.The Reporterwww.kleinstudio.us

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabricegil 617 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte