Magazine Poésie

Jules VERNE : Paraphrase du psaume 129

Par Unpeudetao

Oh ! mon Dieu, c’est vers vous du profond de l’abyme
Que je m’écrie, et que je pleure !
Écoutez ; c’est la voix de la triste victime,
Vous, le Seigneur des Seigneurs !

Rendez-moi, s’il vous plaît, votre oreille attentive,
Entendez-moi dans tous les lieux,
La prière jamais ne fut intempestive
En montant au Seigneur des Cieux.

Ah ! si vous mesurez votre sainte justice
À la grandeur de nos péchés,
Qui peut briser ses liens ? Si vous n’êtes propice
Par qui seront-ils détachés ?

Qui pourrait subsister devant, votre présence ?
Seigneur ! Seigneur ! écoutez-moi !
Si j’ai dans vos bontés placé mon espérance,
C’est à cause de votre loi.

Avec bien grands désirs je l’attends ; je confie
En vos paroles tout mon coeur ;
Vos promesses, mon Dieu, nous rendront à la vie !
Ô mon âme, attends le Seigneur !

Et que, depuis le soir jusqu’au Jour qui commence,
Israël inclinant ses pleurs
Lève ses tristes mains, porte son espérance
Vers Dieu qui calme les douleurs ;

Car le Seigneur est grand, et sa miséricorde.
Descendra pour nous racheter,
Et la grâce abondante qu’à nos coeurs il accorde,
Vers le ciel viendra nous hâter ;

Il soulage Israël de la profonde peine
Qui lui faisait verser ses pleurs.
Israël chantera, délivré de sa chaîne,
Un hymne au Seigneur des Seigneurs.

Jules VERNE (1828-1905).

*****************************************************


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Jules BEAULAC : Nous sommes faits

    Nous sommes faits pour aimer… comme les oiseaux pour chanter, comme les fleurs pour parfumer, comme les fleuves pour couler. Nous sommes faits pour donner… comm... Lire la suite

    Par  Unpeudetao
    POÉSIE
  • Jules Supervielle – La mer secrète (1938)

    Jules Supervielle secrète (1938)

    Quand nul ne la regarde, La mer n’est plus la mer, Elle est ce que nous sommes Lorsque nul ne nous voit. Elle a d’autres poissons, D’autres vagues aussi. C’est... Lire la suite

    Par  Stéphane Chabrières
    CULTURE, POÉSIE, TALENTS
  • Jules Supervielle – Ma dernière métamorphose (1959)

    Jules Supervielle dernière métamorphose (1959)

    J’étais de fort mauvaise humeur, je refusais de me raser et même de me laver. Le soleil et la lune me paraissaient complètement stupides. Lire la suite

    Par  Stéphane Chabrières
    CULTURE, POÉSIE, TALENTS
  • Les bonbecs vintage de Jules

    bonbecs vintage Jules

    Jules a une dent sucrée. Et comme il est à la mode, il préfère les bonbons avec des valeurs dans le vent. Il se fournit donc chez Georges Marquès, au Bonbon au... Lire la suite

    Par  Hoteljules
    BONS PLANS, CONSO, INFO LOCALE
  • Où rencontrer mon Jules?

    rencontrer Jules?

    Tendance les sites de rencontres sur Internet, pour les trentenaires qui bossent trop, les familles monoparentales, comme les seniors qui ont encore de beaux... Lire la suite

    Par  Jemesensbien
    BIEN-ÊTRE, RENCONTRE, SEXO
  • Où était donc passé Jules Sitruk ?

    était donc passé Jules Sitruk

    La voix a mué, elle n’en demeure pas moins douce. Le garçon a grandi, il n’en demeure pas moins fragile. D’enfant star, Jules Sitruk est passé directement à... Lire la suite

    Par  Mickabenda
    CINÉMA, CULTURE
  • Le clan des jules

    clan jules

    Encore eux ? Mais oui les Fils à Maman ont encore frappé ! Après le monde de l’enfance dans leurs restaurants le Club des 5 et les fameux Fils à Maman, après... Lire la suite

    Par  Vava22
    CUISINE

A propos de l’auteur


Unpeudetao 369 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine