Magazine

Séquence souvenirs ...

Publié le 11 septembre 2012 par Mpbernet

A la recherche d'un truc pour servir de support à une sauvegarde des photos de notre été, je suis tombée sur le stock de clichés non classés. Sans doute en raison de leur format excédant celui  les boîtes, ou pas ...

P1070856

P1070857

P1070858

P1070864

Faire-part, journaux justificatifs des annonces parues dans les carnets mondains pour les événements familiaux, souvenirs divers de vie professionnelle ... Enfances.

P1070859

P1070860

P1070862

P1070868

Quelques-unes m'ont bien fait sourire, d'autres m'ont assaillie d'émotion. Je mesure mon insistance de jadis à fixer sur la pellicule mes trois filles ensemble, ce qu'elles avaient pris en horreur à la fin. Et puis des raretés comme ce souvenir de notre passage à Disneyland en 1984. J'ai fait un premier tri, mais il y a encore de l'ouvrage.

Je me rends compte à quel point je suis viscéralement conservatrice. Je garde tout - Claude aussi - : papiers, vêtements, chaussures, pulls ...même démodés, souvent totalement oubliés au fond d'un placard. A part les mites, rien ne fait que nous nous en séparions. Et comme on ne change pas de pointure de chaussures, ni de conformation depuis des années, tout nous va.

Et c'est bien là le problème : pourquoi acheter ?

P1070863

P1070866

P1070867

P1070865

Nous vivons encore peu ou prou sur notre stock ( abondant, certes, et surtout tellement "classique")de fringues d'avant notre départ en retraite ou à peu près. Nous aurions sans doute aimé aller faire du shopping, car la nouveauté est un puissant moteur de consommation. Mais les nouvelles très floues des prochains tours de vis fiscaux - par ailleurs parfaitement justifiés par la situation financière de la France - ne nous incitent pas à la dépense. L'heure est à économiser pour faire face à la pression fiscale. Quoi de plus juste que nous, qui sommes des privilégiés (un revenu correct et surtout stable), cotisions plus que d'autres ?

Il n'empêche, quand nous calculons et éventuellement renonçons avant d'engager une nouvelle dépense pas tout à fait indispensable, les commerçants voient leur chifre d'affaires piquer du nez. C'est implacable, l'économie.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte