Magazine

Lectures d’été

Publié le 11 septembre 2012 par Frontere

Lectures d’été(Jacques-Émile Blanche, Étude pour le portrait en pied de Raymond Radiguet)

J'ai lu peu de livres cet été et je me suis cantonné pour l'essentiel à des auteurs que j'aime.

Par exemple Michel Déon, de qui j'ai lu Lettres de château paru chez « Gallimard » en 2009¹. C'est un livre d'admiration et de critique à la fois d'artistes peintres (Manet, Poussin, Braque) et d'écrivains (Larbaud, Conrad, Giono, Toulet, Apollinaire, Stendhal, Morand) à qui l'auteur veut exprimer sa gratitude, un renvoi d'ascenseur en quelque sorte, d'ailleurs, selon « Robert »,  les "lettres de château" sont des lettres de remerciements aux personnes chez qui on a séjourné.

Autre exemple, François Bott de qui j'ai lu Le cousin de la marquise,  « Le Monde Éditions », 1996, et relu Radiguet. L'enfant avec une canne, « Flammarion », 1995², qui obtint le prix Valery Larbaud 1996.  Le premier opus a fait l'objet d'une réédition en 2012 à « La Table Ronde » d'Alice... Déon. La fille.

Tant Déon que Bott montrent leur qualité de style et l'élégance de leur plume. Ici, ils se comportent en prescripteurs ce qui m'a conduit à commander le roman du Béarnais Paul-Jean Toulet La jeune fille verte (j'y reviendrai) dont Déon dit le plus grand bien : un "admirable roman de la province française", "de loin son roman le plus achevé" ; il a inspiré à Déon, en retour, je n'ose ajouter "d'investissement"! Le jeune homme vert.

François Bott avec Le cousin de la marquise [comprendre Bussy-Rabutin] nous entraîne dans les salons mondains et littéraires - ou l'inverse si vous préférez - dont il excelle à rapporter l'ambiance souvent guindée, noblesse oblige. Il offre de nombreux portraits d'écrivains injustement oubliés : qu'il s'agisse de Robert Challe, de Lichtenberg (nom qui évoquera toujours pour moi une ancienne amie de Sciences Po, perdue de vue, Véronique Lichtenberger), de Claude-Joseph Dorat, etc. Qui, sinon Bott, pour nous les rappeler et leur éviter de tomber dans l'oubli, même si : "[...] ce que vous apporte et ce que vous refuse la notoriété. Á la fin, la seule chose qui demeure, c'est sans doute la consolation du style..." p. 92

Radiguet. L'enfant avec une canne est une évocation de l'auteur du Diable au corps qui montre l'étendue de son talent et celle de ses relations (Jean Cocteau, Picasso, Apollinaire, Aragon, Stravinski, etc.). Radiguet qui meurt à vingt ans laisse deux chefs-d'œuvre. Et comme chez Stendhal, où l'on penche soit du côté du Rouge et le noir soit du côté de La Chartreuse de Parme, on retrouve le même dilemme : on est en faveur du Bal du comte d'Orgel - dont l'ambition n'était rien de moins qu'une réécriture de La Princesse de Clèves! - ou aficionado du Diable au corps. Curieusement, l'inclination pour l'un des deux romans semble exclusive de l'autre.

Enfin, je me suis procuré une excellente anthologie ou plus précisément un florilège de textes : Écrivains en pays de Savoie de Rémi Mogenet, un jeune professeur de lettres, recueil paru chez « Cité 4 », un éditeur tarbais. Partez à la découverte des lacs et des montagnes de Savoie et de Haute-Savoie avec les romantiques et Lamartine³, qu'ils soient majeurs comme lui, ou simples petits-maîtres. Il ne vous en coûtera que 16 €, ce n'est pas cher payé le dépaysement. Circulez!

M. Fr.

Notes

¹ « Folio », 2011
² « Folio » 2003
³ j'ai noté cette erreur de date, Les Méditations poétiques ont paru en 1820, et non pas en 1830 comme indiqué à la page 84 du livre


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Frontere 65 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte