Magazine Asie

Trolls en Thaïlande

Publié le 27 mars 2008 par Paiheu
Ces jours-ci, pour les vacances de Pâques, nous avons eu droit à une petite semaine de vacances. Et qui dit vacances, pour des étudiants à l'étranger, dit souvent voyage dans des pays trop pénibles. Cette fois-ci nous avons opté avec Juju pour un petit séjour au Vietnam. Malheureusement, puisqu'on est des gros boulets et qu'on pense encore que tout peut se régler à la dernière minute (pourtant, ça marche pour les devoirs et les révisions), c'est tombé à l'eau, car même à Hong Kong, où tout va plus vite, il est impossible de réserver des vols une semaine à l'avance vers une destination de rêve quand c'est easter break et que tous les chinois veulent partir en même temps. Evidemment, les plages de sables blanc, on a du oublier aussi. Du coup, plus par dépit qu'autre chose, et presque en trainant des pieds, on a fini par arriver à Bangkok, en Thaïlande, pays à réputation très mauvaise, pas touristique, où il n'y a absolument rien à voir, rien à visiter.
Bon j'annonce, je n'ai absolument aucune inspiration pour structurer ce chapitre du blog, donc je ferai ça à la José. En parlant de José, j'en re-parlerai vers la fin de ce message, puisqu'il semblerait qu'il soit natif Thaï.
Commençons une personne que j'aimerai vous présenter. Je ne le connais pas personnellement, mais en Thaïlande, il est assez populaire. Il s'agit de Bhumibol Adulyadej, aka le roi Rama IX. Quand tu marches dans Bangkok, tu peux voir sa tête en 4 par 3 à peu près deux fois plus souvent que tu peux croiser un 7-11. Sachant qu'il y a autant de 7-11 à Bangkok qu'à Hong Kong, ça fait un paquet de photos du roi. Accessoirement, on voit aussi des photos de la reine.
Trolls en Thaïlande Trolls en Thaïlande
Voilà... Ensuite, parlons de Bangkok. Bangkok, c'est grand, et pour s'y déplacer tu peux prendre le métro ou tes pieds, mais si tu es un gros touriste tu voudras bien tenter le tuk-tuk.
Le tuk-tuk, c'est comme la version José du taxi. Trois roues, un moteur de tondeuse, une banquette en bois, un toit en tôle et c'est parti mon kiki!
Trolls en Thaïlande
ça pue l'essence, ça vibre de partout, le chauffeur te fait payer trop cher la course, il y a encore moins de normes de sécurité qu'en Chine continentale, donc c'est le moyen de transport révé pour aller d'un point A à un point B, si et seulement si \abs{\vec{AB}} \leq 1km. Au dessus, préférez le taxi.
Tiens en parlant du taxi, une autre bonne blague :) Faut savoir que tous les taxis à Bangkok sont censé être métrés, c'est à dire avec le petit appareil qui compte les kilomètres. Sauf que Jean-Paul le chaufeur aime pas ça, et au final tu te retrouves à devoir négocier le prix du taxi:
"Hello, could you drive us to XXXX please?"
"Okay, to XXXXX is one hundred baht."
"Could you please use the meter, please?"
"One hundred baht!"
"The meter please :)"
"Ha you want the meter."
"Yes please."
Et au final, avec le meter ça coutera moins de la moitié des hundred baht demandés par Jean-Paul.
Bref! Autre fait intéressant de Bangkok, c'est la fameuse Kao San road, aka la rue des hippies. Les thaïlandais sont pas cons: quand ils ont vu que leur ville devenait pleine de hippies, backpackers et autres marginaux qui venaient "découvrir la méditation", "percer les secrets de l'orient" et "s'évader de la civilisation mercantile capitaliste mcdo qui fait du mal à la nature", ils se sont dit que ça allait vite devenir un gros bordel, et ils ont décidé de parquer tout ça dans une petite rue qui est ensuite devenue un vrai hippie-land, où l'on trouve tout ce qui peut intéresser le voyageur itinérant: albums de musique pirates (bizarrement, que du raggae, de la musique de méditation et de l'électro/lounge/drum n bass/jungle), logiciels pirates (bizarrement, uniquement des logiciels de création graphique et musicale), fausses cartes et certificats (bizarrement, principalement des cartes de presse, reporter freelance et étudiant), textiles variés (bizarrement, principalement des pantalons larges et colorés, et des tshirts militantistes anti-mondialisation et peace'n'love), des salons de coiffure (bizarrement, qui te proposent tous de te faire des petites tresses ou des dreadlocks), des bijouteries (bizarrement qui vendent beaucoup de choses "ethniques", en perles, cuir, etc.), des vendeurs d'encens (pour la méditation). Ha, il y a aussi un ou deux Mc dos, un burger king et un starbuck. Yero, tu aurais adoré.
Bizarrement, j'ai retrouvé à Kao San Road exactement les mêmes choses que l'on trouve dans les boutiques de produits éthniques/équitables/tibétains en France ou à Hong Kong. Quand on sait que les gens qui achètent dans ces boutiques sont contre la mondialisation, ça fait sourire.
Le soir, Kao San Road se transforme en un amusant marché de nuit plein de hippies et voyageurs alcolisés, parsemé de Thaïs qui t'approchent discrètement disant des mots comme "ping pong show ping pong show? ladyboy? come on come on my friend, tuk tuk just 5 minutes from here ping pong show".

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Paiheu 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog