Magazine Régions du monde

Kochi, suite et (EN)fin!

Publié le 11 septembre 2012 par Melaniepiqpiq
« Coucou ! » Voilà comment nous a hélées dans la rue celui qui allait devenir notre guide. C'est complètement par hasard que nous sommes tombées sur la perle rare, qui, nous entendant parler français (je le suspecte d'avoir téléchargé un programme de reconnaissance des langues pour cerveau), s'est empressé de nous montrer les critiques (dithyrambiques!) de ses clients français dans son book. A l'origine, nous n'avions pas l'intention de prendre un guide mais vu sa sympathie et le prix dérisoire qu'il nous proposait pour une visite d'une heure, on s'est dit pourquoi pas, et finalement, comme on en redemandait, il nous a promenées partout dans la ville pendant 2 jours dans sa Ferrari.
Kochi, suite et (EN)fin!        Bah oui quoi, c'est ce qui est marqué dessus. Quant à Shabna, c'est le nom de sa fille.
 Je reviendrai ultérieurement sur cette tradition indienne assez cocasse du baptême de voiture. Un petit malin, notre Taha. Il a compris que l'honnêteté et le travail bien fait, ça paie tout autant voire davantage que la roublardise (ce qui est rare étant cher!). Au lieu de nous donner un prix qu'on aurait essayé de négocier à la baisse, il nous laissait choisir ce qu'on lui donnait. Et comme la prestation était excellente, on lui a donné plutôt trop que pas assez. Bref, ils nous a conduites un peu partout en nous expliquant plein de choses. Je vais y aller en vrac. Ne me demandez pas de situer géographiquement les lieux, j'en suis incapable. On va commencer par la laverie où travaillent des membres de la caste inférieure.
Kochi, suite et (EN)fin!
Quelle ingéniosité pour faire tenir le linge sans les pinces !!
Kochi, suite et (EN)fin!
Chantal s'est essayée au repassage avec un fer qui ne pesait pas moins de … 8kg.
Kochi, suite et (EN)fin!
Les gars, prenez-en de la graine : au lieu de perdre votre temps au club d'haltérophilie, musclez-vous utile !!
Au fil des endroits visités, nous avons eu une belle illustration de la cohabitation des différentes religions dans la ville. Une tripotée d'églises catholiques et de représentations de la Vierge et de Jésus, on se croirait presque en Italie !
Kochi, suite et (EN)fin!   basilique Santa Cruz
 
Kochi, suite et (EN)fin!
J'ai beaucoup aimé cette tombe catholique à la mode indienne.
Kochi, suite et (EN)fin!
Voici maintenant une église orthodoxe :
Kochi, suite et (EN)fin!   Saint Peter and Saint Paul
Nous avons croisé le cortège d'un mariage musulman :

Kochi, suite et (EN)fin!

Kochi, suite et (EN)fin!
puis sommes entrées dans un temple jaïn aux croix gammées assez déconcertantes.
Kochi, suite et (EN)fin!    ouf... à l 'envers.
 Je ne connaissais pas cette religion dont le dogme principal est la non-violence (je simplifie). La plupart des Jaïns portent une étoffe devant la bouche pour ne pas risquer d'avaler une bestiole en respirant. Quant aux puristes, ils ne s'habillent même pas car ils tueraient trop d'êtres vivants (de bactéries, quoi) en lavant leurs vêtements !!
Et les hindouistes là-dedans ?! Voici le détail d'un temple hindou:
Kochi, suite et (EN)fin!
et du linge qui sèche devant un temple
Kochi, suite et (EN)fin!
Pour un peu, on se croirait en Italie ! Nous n'avons pas pu entrer dans ce temple réservé aux hindous.
Kochi, suite et (EN)fin!
mais je vous rassure, il y a une justice, les chèvres se sont rapidement fait refouler.
Kochi, suite et (EN)fin!
Ça c'est tout près de l'entrée du temple. L'homme avec sa charrette est le livreur de bouteilles de gaz ! Il y a aussi un quartier juif avec une synagogue mais on visitera tout ça au retour. Quant aux bouddhistes, il n'y en a quasiment pas dans le Sud.
Sinon, nous avons visité une fabrique de gingembre. Sur cette photo on le voit en train de sécher.
Kochi, suite et (EN)fin!
Kochi, suite et (EN)fin!              Des femmes le trient patiemment et mettent de côté les morceaux moisis.

Il est ensuite recouvert de chaux.
Kochi, suite et (EN)fin!                                     Là, il est recouvert tout court car la saucée est imminente.
Je vous rassure, il est à usage médical (ayurvédique) uniquement.
Petite minute botanique maintenant.
Voici l'arbre qui produit les noix de bétel, que beaucoup de personnes âgées chiquent avec la feuille
préalablement passée dans la chaux. C'est ça qui rend les dents rouges... (ce n'est pas du rouge à lèvres que porte la dame sur l'avant-dernière photo) et c'est la première cause de cancer de la bouche dans le pays.
Kochi, suite et (EN)fin!
Devinette: à quoi distingue-t-on une papaye mâle d'une papaye femelle ?
Kochi, suite et (EN)fin!                                                       Il y a les 2 sur cette photo.

La réponse est logique: les papayes mâles, ce sont celles qui pendouillent lamentablement, bien
sûr !!
Je vous en dirai plus sur les plantes de la région dans un prochain post car nous avons par la suite
visité un jardin d'épices.
Nous avons terminé par un spectacle de kathakali, sorte de théâtre musical dont l'action retrace les
grandes épopées anciennes. Séance de maquillage d'abord.
Kochi, suite et (EN)fin!                                         Il n'a pas tout fait tout seul je vous rassure.


Sur scène, aucun dialogue, seulement des mimiques !
Kochi, suite et (EN)fin!           C'est ce qu'on appelle une face expressive ! Et il en a d'autres en réserve... (pas moins de 500)
Kochi, suite et (EN)fin!
Kochi, suite et (EN)fin!Tous les rôles même féminins sont joués par des hommes...

Bon alors, et le temps, ma bonne dame ? Il fait lourd mais ce n'est rien par rapport à Bangkok en
avril dernier, on se prend quelques petites saucées mais rien de dramatique, ce n'est pas le déluge.
Kochi, suite et (EN)fin!
Sur ces considérations météorologiques, je vous laisse et vous dis au prochain post (si la technique le veut bien).

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Melaniepiqpiq 6 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte