Magazine Culture

Traces

Publié le 13 septembre 2012 par Hunterjones
Traces
Je n'aime pas Facebook.
Je ne m'étendrai pas sur la chose mais j'ai en horreur plusieurs des facettes de ce refuge cybernétique. Les horribles traces qu'on peut y laisser des fois... Quand l'amoureuse y plonge en fin de journée, ça ne sert à rien de lui parler, son niveau d'attention est réduit à 8%. C'est comme parler à une personne très très agée, il faut lui répéter trois ou quatre fois les choses. C'est utile seulement quand vient le moment d'expliquer pourquoi on entre à 4 heures du matin avec une cowgirl sur les épaules. "je te l'avais dit hier que c'est ce qui se passerait ce soir! tu avais l'air d'accord"
Traces
Toutefois j'ai une dette envers Facebook. Si j'ai un bon contrat de trad depuis quelques semaines c'est parce que quelqu'un, l'ami d'un ami d'une connaissance, m'a retracé via le site. Ce contrat de traduction est aussi lié à la première frappe de l'UPAC qui avait épinglé le maire de Mascouche, Tony Acurso et des dirigeants de la firme de génie-conseil pour laquelle je traduis en ce moment.
Bon ce n'est pas parce qu'il y a quelque chose de pourri au royaume du Denmark qu'il faille condamner tout le pays et ceux avec qui je bosse sont fiables.
C'est en revenant de leurs bureaux du Centre-Ville l'autre jour que je suis tombé face-à-face avec un vieil ami d'une vie passée: Thomas Jerôme Newton. Le soleil était doux et le vent me rappelait mes 17 ans sur le Lac St-Joseph en voile ou à bateau moteur. J'étais de très bonne humeur. C'est donc moi qui a foncé vers lui.
Traces"Hey Tommy! comment ça va?"
"Hunt..Hunter? JOooooooooooooooooones! What the fuck?"
"Er...je...fuck yeah? ça va. Toi? ça gaze?"
"T'es ben beau! bronzé, barbe poivre et sel, blond, t'as pas pris une livre depuis 1993!"
"Peux tu appeller ma femme et lui dire exactement la même chose en empruntant une voix de fille et en disant en premier ton chum...?"
TracesIl ne sait pas qu'il y a un mois je frôlais le 210 livres et que depuis j'ai fais quoitidiennement une heure de jogging et 315 redressements assis 7 jours sur 7. Tout en surveillant mon alimentation. Ce qui me fatiguait c'est que je ne pouvais absolument pas lui relançer le compliment, il avait beaucoup forci et perdu amplement de poil du caillou. Mais j'avais quand même envie d'en découdre avec ce vieux bouc avec lequel j'avais débattu vivement à l'époque sur la non-importance des albums en spectacle lancés sur le marché par nos artistes musicaux préférés. Un sujet d'importance capitale qui n'a étrangement pas été abordé lors de la dernière campagne électorale au Québec.
Traces"Qu'est ce que tu deviens Newton? Toujours dans le monde de la télé?"
"Ou... oui en quelque sorte, oui, je fais des films, oui, oui..."
"TU FAIS DE FILMS!" ai-je presque crié tellement j'étais content pour lui. Je me souviens de tout le temps qu'il avait investi là-dessus sans succès et là de le savoir réal...
"Réalisateur right? t'es réalisateur?" ai-je demandé.
"Absolument! tu penses tu que je laisserais quelqu'un d'autre toucher à mes bébelles?"
TracesEt là on a ri, se rappelant peut-être tous les deux en même temps la fois où j'avais pioché dans ses cds de Tom Waits et qu'il m'avait frappé la main avec une sorte de mini-fouet pour m'en empêcher.
"Tu tournes tu en ce moment?" Lui ai-je demandé.
"On est en attente de financement mais on a soumis une idée pis si on tombe sur les bons lecteurs, on a peut-être des chances de tourner..."
"HEY lecteur c'est presque mon travail, ça raconte quoi ton script? Écrit par toi?"
J'étais énervé, je voulais poser trop de questions en même temps. Comme quand je buvais de la Black Label en m'obstinant avec lui sur la terrasse du St-Su en 1993.
Il a ravalé sa salive, peut-être simplement pour faire de l'ordre dans les réponses à apporter à mes deux questions, puis il a dit:
Traces"Oui c'est un de mes scénarios, écrit tout seul, c'est un film de science-fiction (oui c'est vrai nous aimions tous les deux les films d'anticipation!) l'histoire d'une armée de lesbiennes qui seraient les seules survivantes d'une apocalypse et qui tenteraient de survivre dans un monde où des hommes malveillants tenteraient de construire une nouvelle société..."
Je n'écoutais plus. j'avais arrété aux mots "armées de lesbiennes" et je me demandais si ce n'était pas une blague, si il ne tentait pas de me tirer la pipe. Si on en décousait, il m'avait cousu les lèvres, j'étais figé comme un gars qui retiendrait un pet. Il avait fini son exposé et un silence lourd s'est installé. Je lui ai laissé le temps de me dire qu'il me niaisait mais ce n'est pas venu. Je lui ai alors demandé:
Traces"...vous...tu...t'as des actrices attachées au projet?..."
"Non mais si on le financement on pense à Vanessa Hudgens, Rashida Jones ou Amanda Cosgrove..."
Je vous jure que là j'ai cherché des caméras qui aurait voulu me piéger.
Il m'est arrivé la même chose il y a quelques semaines à la rentrée scolaire de ma fille, on a présenté les nouveaux professeurs et son professeur d'anglais cette année sera Jacynthe.
TracesPas n'importe quelle Jacynthe...La Jacynthe chanteuse qui a aussi jouée la pioche aux côtés d'Anne-Marie Losique dans une série télé qui voulait faire écho à la série de Paris Hilton et Nicole Ritchie en campagne.
J'ai attendu qu'on nous dise que ce soit une blague. Surtout qu'il y a deux ans, Cette même directrice avait réuni les parents pour une session extraordinaire parce que des filles s'étaient affichées sur Facebook en lingerie, voilà qu'elle engageait un prof disponible en lingerie partout sur le net?
De toute façon c'est vraiment son prof d'anglais et tout semble bien se passer. Ma fille ne se déshabille pas plus qu'avant en public. Juste pareil.
J'ai quitté Thomas Jérôme Newton, je ne me souviens plus comment. Le moment était trop confus/intense/désordonné et incroyable. Je me souviens qu'il m'a demandé ce que moi je devenais, peut-être pour dissiper la malaise, et que moi je lui avais crié "pompier" de loin.
TracesPeut-être en courant.
À la recherche d'un incendie imaginaire.
Pas certain pourquoi j'ai menti.
Je ruminais mentalement, hors d'haleine: On est tous responsables des traces que l'on laisse derrière soi:
Frayer avec de la graine de bandit, filmer des fantasmes défraichis, enseigner aux jeunes en tentant de faire oublier son rôle de demie-prostituée passé...
En soirée l'amoureuse m'a dit:
"Hey T'as un ami de moins sur Facebook!"
Traces"Tu savais combien j'avais d'amis? je ne vais pas assez souvent sur cette connerie pour savoir ça moi-même..."
"Ben oui, t'en as un de moins qu'hier à la même heure...c'est qui tu penses?"
"Quelqu'un qui s'est levé la nuit dernière pour m'haïr, je suppose"
En vérifiant je notai que Thomas Jérôme Newton m'avait enlevé de ses amis.
Merci TJN.
Heureusement qu'il y a Facebook pour se dire les vraies affaires.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hunterjones 432 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte