Magazine Environnement

Quand deux planètes tentent de briller comme des stars !

Publié le 18 septembre 2012 par Cosmosium @cosmosium

Des astronomes ont découvert deux planètes orbitant chacune autour d’une étoile semblable à notre Soleil. Deux géantes avec un panorama céleste inédit car elles se trouvent dans un amas ouvert d’étoiles !

Une belle preuve que les planètes peuvent se former dans des environnements stellaires denses. Ces astronomes, financés par la NASA, ont ainsi découvert deux planètes au ciel nocturne beaucoup plus parsemé d’étoiles que le nôtre. Ce sont deux Jupiter chaudes, des planètes gazeuses géantes, qui orbitent chacune près de leur étoile, similaire à notre Soleil, et qui sont donc bouillantes !

Ces deux géantes se situent dans l’amas de la Ruche, ou M44 pour les intimes. Un amas qui compte environ 1000 étoiles qui semblent fourmiller autour d’un centre commun. Les étoiles de cet amas ouvert sont nées à peu près en même temps et à partir du même nuage géant de matière. Ces jeunes étoiles sont par conséquent de même composition chimique. Contrairement à la majorité de leurs consoeurs qui se répandent peu de temps après leurs naissances, ces étoiles jeunes restent vaguement reliées entre elles par l’attraction gravitationnelle mutuelle.

Selon Mario R. Perez, astrophysicien de la NASA qui fait parti du programme de recherche des origines du système solaire : « Nous détectons de plus en plus de planètes qui peuvent prospérer dans des environnements variés et extrêmes comme ces amas proches. Notre galaxie contient plus de 1000 de ces amas ouverts pouvant présenter potentiellement les conditions pour abriter bien plus de planètes que ces deux géantes gazeuses. » D’ailleurs, il faudrait leur donner un nom à ces deux géantes, non ?

Pour nommer ces deux planètes, il faut se tourner vers la convention de nommage standard, à savoir le nom de l’étoile suivi par un « b » pour la première qui à été découverte, puis c, d.., pour les suivantes. Ces deux planètes s’appellent donc Pr0201b et Pr0211b. Pour les découvrir, les astronomes ont étudiés les micro-oscillations des étoiles causées par la gravité de leur planète. Cela en utilisant le télescope Tillinghast de 1,5 mètre au Fred Lawrence Whipple Observatory en Arizona.

Une photographie de l'amas de la Ruche (M44) avec l'emplacement de ses premières planètes connues, Pr0201b et Pr0211b. Copyright : Stuart Heggie

Selon Sam Quinn, doctorant au sein de la Georgia State University à Atlanta, et principal auteur de l’article décrivant les résultats de cette étude : « Cela a été un grand puzzle pour les chasseurs de planètes. Nous savons que la plupart des étoiles se forment dans des amas ouverts, comme la nébuleuse d’Orion, de sorte que si cet environnement dense empêche la formation de la planète, au moins quelques étoiles comme notre Soleil, dans des amas ouverts, doivent avoir des planètes. Maintenant, nous savons enfin qu’ils sont bien là. »

Cet amas n’a justement pas été choisi au hasard. Les étoiles qui s’y trouvent sont riches en métaux lourds, à savoir les éléments autres que l’hydrogène et l’hélium. Ainsi, les étoiles de la Ruche contiennent plus de fer que notre Soleil, et ce n’est à priori pas anodin. Comme l’explique Russel White, responsable principal du programme de recherche des origines du système solaire et aussi principal financeur de l’étude : « La recherche des planètes autour d’étoiles proches suggère que ces métaux agissent comme un « engrais pour planète », conduisant à une récolte abondante de planètes géantes gazeuses. Nos résultats suggèrent que cela peut être vrai aussi pour les amas d’étoiles. »

Depuis quelques temps, la recherche des exoplanètes est en pleine expansion et ne cesse de nous en mettre plein les yeux. Encore une fois, cette découverte laisse rêveur… Mais si vous n’en avez pas eu assez, vous trouverez plus d’infos sur le site du programme de recherche des exoplanètes. C’est le Jet Propulsion Laboratory à Pasadena en Californie qui gère ce programme d’exploration. C’est par ici : PlanetQuest.

 Source & images : ici


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cosmosium 1974 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog