Magazine Journal intime

Limitation des dégâts

Par Pierre-Léon Lalonde
« N’inquiétez-vous pas monsieur, elle a un sac. »
Je me renfrogne et même s'il pleut averse, j'ouvre tout grand la fenêtre du côté de la femme penchée entre ses genoux. Derrière moi, ça dégoutte.
L'appel d'air propage dans le taxi une odeur âcre de bile et de tequila.
— Faut l'excuser, elle ne sait pas boire.
— Va chier Christ de sale!
À travers les miasmes de vomi, je sens que ça dégénère.
— Bon, madame sort son petit caractère!
— C'est toé qui me lèves le coeur!
— Tais-toi donc!
— J't'haïs!
— Ben oui c'est ça!
— J'pourrai plus jamais te faire confiance! T'as compris? Plus jamais!
—...
Le trop-plein d'alcool ne fait pas seulement sortir ce qu'on a dans le ventre, il fait parfois sortir ce qu'on a sur le coeur.
À destination j'essuie un petit filet de bave sur la banquette en cuirette.
Sous la pluie, le couple s'éloigne en dodelinant bras dessus bras dessous.
Pas trop de dégâts.
J'pense.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pierre-Léon Lalonde 582 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte