Magazine Football

Reveillez-vous! Battez-vous! Honorez le maillot de l’AC Milan!

Publié le 18 septembre 2012 par Passionacmilan

NocerinoCe soir, l’AC Milan démarre son aventure en Champions League après un début de saison désastreux. Après avoir touché le fond face à l’Atalanta, les Rossoneri ont l’occasion de se racheter et de lancer leur saison à San Siro face à Anderlecht. Selon Allegri et ses hommes, le problème principal de l’équipe est mental. Les Rossoneri se sont retrouvé en « famille » durant deux jours, avec notamment Galliani très proche d’Allegri et Ambrosini qui a réuni l’équipe chez lui. Auront-nous droit à un déclic? (dédicace)

C’est ce que tout le monde espère. On veut y croire au risque d’être déçu. Le vestiaire est inquiet, il y a trop de polémiques, rumeurs et pression concernant le futur de l’entraineur. Le mot d’ordre à Milan, du moins en apparence, c’est l’union, la cohésion. On se renferme dans une bulle et on se défend. C’est certainement la meilleure chose à faire dans les moments difficiles. Vu l’absence maintenant permanente du président, c’est Galliani qui l’a annoncé : « Allegri n’est absolument pas remis en discussion, il doit rester serein. On doit retrouver la victoire. Berlusconi m’a demandé de rester proche de l’équipe et la tranquilliser. » Pour une fois, il a fait ce qu’il a dit. Galliani a passé la journée entière à Milanello aux côtés d’Allegri : les deux hommes ont également déjeuné et diné à l’extérieur du complexe sportif milanais afin de parler de la situation à l’écart des joueurs.

Ambrosini a également voulu jouer son rôle de capitaine au maximum en invitant la majorité de l’équipe (Boateng, De Jong, Emanuelson, Bojan et Niang absents) à diner chez lui. Le but : avoir l’occasion de discuter de la situation, se motiver et souder le groupe. Le capitaine sait que le linge sale se lave en famille : l’équipe doit retrouver le calme (beaucoup de tension après Milan – Atalanta) et surtout retrouver le vieil esprit de l’AC Milan . Pour ce faire, tous doivent faire plus d’efforts et de sacrifices mais aussi jouer plus librement et avec plus de conviction. C’est ainsi que Galliani, Allegri et Ambrosini ont décidé de ramer dans la même direction et cherchent tous à leur niveau de renforcer le mental de l’équipe, retrouver l’enthousiasme et la confiance après un été traumatisant avec notamment le départ de tous les leaders qui guidaient cette équipe.

Milan s’est certes affaibli mais ne peut pas être cette équipe modeste, lente, prévisible, inerte, sans aucune idée vue contre l’Atalanta. Milan s’améliorera avec le temps parce que l’équipe est en construction. Et puis c’est difficile de faire pire puisqu’il n’y a aucune grinta, aucune détermination, pas de pressing, pas d’envie, aucun jeu, aucun but et aucune victoire à domicile. Pour le moment Milan est un désastre total. Le club s’est suicidé : cette situation a été créée par les dirigeants eux-mêmes. Les joueurs sont découragés, n’ont plus d’enthousiasme ni de confiance : ils se sentent faibles. Le mercato fait de (trop) nombreux départs et un appauvrissement de l’équipe a provoqué cette situation. Plus que d’argent, cet été Milan a manqué d’idée, de projet, d’ambition et de dignité. Les dirigeants pouvaient et auraient du largement mieux faire. Aujourd’hui, l’équipe est sous pression, les Rossoneri veulent tous trop bien faire. Encore plus depuis que Galliani a accentué cette pression en déclarant d’une manière tout à fait déplacée que cette équipe devait jouer le Scudetto. Le mental de Milan est dévasté et dans ces conditions, n’importe quelle équipe perd ses moyens (et ses matches) et ce, peu importe la qualité de l’équipe et le niveau de l’adversaire.

Anderlecht a donc largement ses chances de s’en sortir ce soir si les Rossoneri n’ont pas une réaction d’orgueil. C’est tout ce qu’on peut espérer parce que c’est pas en trois jours qu’on va avoir une amélioration technique ou tactique. Notre seul espoir est que l’équipe se réveille (que ce soit d’elle même ou grâce à Allegri). Il faut une réaction. Ce soir, nous les tifosi, on a le choix : espérer perdre 0-3 ou espérer gagner 3-0. La première hypothèse signifierait le départ d’Allegri et une hypothétique renaissance. La seconde représenterait un déclic. Nous, on préfère gagner et espérer se relancer car d’une part ce serait injuste qu’Allegri paie les erreurs des dirigeants et les changements d’entraineurs en cours de la saison n’ont jamais rien apporté de positif à Milan. Avec une bonne équipe, l’entraineur a remporté un Scudetto et a obtenu de bons résultats durant deux saisons : il ne peut pas subitement devenir un incapable. Il a ses torts mais il n’a malheureusement pas de baguette magique…

Concrètement, Milan a choisi de faire face à la crise sur la défensive : on se retrouve, on se regroupe, on se soutient et on se sacrifie pour la cause. Galliani, Allegri et Ambrosini ont montré l’exemple. Sur le terrain, cela doit être la même chose. L’entraineur a décidé d’aligner le 4-3-2-1 testé cet été face à Schalke et Chelsea, avec l’objectif de retrouver la solidité. C’est la première étape de la reconstruction. Repartir à zéro, construire les fondations du nouveau Milan. Quand on traverse une période difficile, c’est de là qu’il faut repartir parce que ce n’est qu’en obtenant des résultats que l’équipe pourra retrouver la confiance et le moral. Allegri retrouve Mexès en défense et préfère aligner De Sciglio, plus insouciant et plus en forme qu’Abate. Le milieu des médians refait son apparition avec Flamini, De Jong et Nocerino. En attaque, Pazzini sera soutenu par Boateng et Emanuelson prêts à lancer des attaques rapides. Récapitulatif : Milan (4-3-2-1) : Abbiati; De Sciglio, Bonera, Mexes, Antonini; Flamini, de Jong, Nocerino; Boateng, Emanuelson; Pazzini. En espérant que la musique de la Champions League transformera les 11 Rossoneri en 11 Leoni. L’équipe d’Allegri doit se débloquer, se libérer et ce match à domicile contre Anderlecht en est l’occasion. Une autre défaite rendrait la situation apocalyptique et on ne veut même pas y penser.

Alors même avec le moral dans les chaussettes, il faut faire face à la Champions League. La déception est compréhensible, nous sommes tous déçus mais on a cette équipe, on a cet entraineur et il ne nous reste donc plus qu’une chose à faire : notre rôle de tifosi, soutenir Milan en espérant que tôt ou tard Allegri et / ou ses joueurs régleront leurs problèmes, se reprendront et retrouveront la confiance qui manque à l’équipe depuis trop longtemps. On a des joueurs médiocres? On défend mal? On attaque mal? On perd? C’est possible mais qu’on puisse au moins voir une équipe qui se bat, qui court, qui presse, qui donne tout pour honorer ce glorieux maillot! C’est le minimum. Ce qu’on a vu jusqu’à présent est inacceptable.

L’AC Milan est rempli de problèmes qu’on répète et qu’on connait tous : la défense est fébrile, le milieu sans aucune qualité (vraiment hallucinant qu’on ne puisse même plus espérer ne fut-ce qu’une belle passe en profondeur) et l’attaque trop légère, peu prolifique. Les dirigeants ont effectué un mercato incohérent, on a perdu nos fuoriclasse et nos leaders, l’équipe sans qualité ni personnalité est remplie de joueurs médiocres, on a probablement le pire effectif de ces 25 dernières années etc. etc. etc. Ok, ok ok. Mais ce soir il y a Milan – Anderlecht, un match de Champions League. Alors qu’est-ce qu’on fait? On s’apitoie sur notre sort et on pleure durant toute la saison en répétant sans cesse la même chose? Ou bien on s’en fout, on se coupe du monde et on attend que les problèmes soient réglés pour suivre Milan? Ou alors on se retrousse les manches, on fait avec ce qu’on a en sachant qu’il faudra souffrir et on continue à vivre chaque instant avec la passion de Milan qui nous anime? Le choix est libre et doit être respecté mais le rôle des tifosi est de continuer à suivre cette équipe, regarder les matches avec passion et le désir de gagner parce que malgré des dirigeants qu’on ne peut plus voir en photo, un effectif médiocre, un entraineur qui n’est pas un génie etc. etc. etc. la vie continue, le football continue et on ne peut rien y faire. Show must go on et tant qu’il y aura 11 joueurs qui porteront le maillot Rossonero avec le logo A.C. Milan et tout ce qu’il représente, on sera toujours derrière cette équipe pour l’encourager à mettre un but de plus que son adversaire. C’est la seule chose qu’on veut et qu’on doit faire. Tout en gardant un esprit critique, bien évidemment. Tous ceux qui portent Milan dans leur coeur sont prêts à souffrir et à se battre pour gagner. Milan traverse une tempête? Affrontons-la de face en sachant que les drapeaux se déploient mieux quand le vent souffle fort. Un jour, le soleil brillera à nouveau!

Forza Milan

Partagez l'article :
  • Print
  • Twitter
  • Google Bookmarks

Article rédigé par admin
Nombre de lecture(s) : 117


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Passionacmilan 14513 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines