Magazine Culture

Les chiffres INSEE sur la pauvreté en France

Publié le 23 septembre 2012 par Eldon

On les a évoqués dans un précédent article (Les victimes expiatoires de la crise), nous les détaillons aujourd’hui. Vous vous en doutez, ils ne sont pas brillants et cela ne va pas aller en s’arrangeant, vous vous en doutez aussi. D’autant que cette augmentation ne date pas d’aujourd’hui. Bien avant la crise, les associations caritatives avaient tiré la sonnette d’alarme sur par exemple le nombre de repas servis chaque année, en constante augmentation

La crise frappe les catégories les plus fragilisées de la population. En 2010, le taux de pauvreté (ceux vivant avec moins de 60% du salaire médian, c’est à dire 964 €) a augmenté de deux points chez les chômeurs et les moins de 18 ans. De plus, fait historique,  la courbe du revenu médian s’est infléchie et selon l’Insee, cela est du « à la non-reconduction des mesures d’aide ponctuelles mises en oeuvre en 2009 pour limiter la crise sur les ménages modestes et le gel du barème des prestations familiales »

Le taux de pauvreté en France en 20120 est de:

- 6,3% des les salariés

- 10,2% des les retraités

- 14,2% de l’ensemble de la population (8,2 millions de  personnes )

- 15,9 % des  les inactifs

- 16,8% des indépendants

- 19,4% des étudiants

- 19,6 des moins de 18 ans

- 36, 4% des chômeurs

Plus de 2 millions de personnes sont en situation de « grande pauvreté » (moins de 40% du salaire médian), la génération boomerang ( au Canada, plus de 85 % des diplômés universitaires de l’année 2011 sont revenus au domicile parental; en France, voir la vidéo d’Envoyé Spécial sur  France 2 du 20 septembre dernier) va être désormais la norme.

Autre donné par L’Insee: 90% des autoentrepreneurs encore actifs au bout de trois ans dégagent un revenu inférieur au Smic et 320 000 ont une autre activité.

Remarques:

- La France est censée être dans le « top five » des plus riches pays du Monde.

Le classement 2012 de Challenges  montre que les 500 français les plus riches ont cumulé 267 milliards d’euros de gain. Soit quasiment autant que les recettes nettes de l’État en 2011  (271 milliards d’euros).

- Si l’on prenait à ces 500 plus grandes fortunes les 69,6 milliards d’euros nécessaires pour combler le déficit public actuel, cela leur laisserait tout de même aux alentours de 200 milliards pour subvenir à leurs besoins cette année. Ça devrait le faire quand même non?

Quoi??? Prendre mais comment osez-vous? Dites-moi d’abord comment ils ont été gagnés et je vous répondrai.

Pour connaître le rapport de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale 2011-2012.

  (2)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eldon 6078 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog