Magazine Culture

Californication épisode 1.01 "Pilot"

Publié le 28 mars 2008 par Red

[13.5/20] IMDB= 8/10 TV.COM= 9.2/10

Je ne pensais pas faire la review de Californication mais comme je m'ennuyais j'ai décidé de m'y lancer. J'ai lu plusieurs critiques diversifiées sur la série. En gros, il y a ceux qui aiment et ceux qui aiment pas et une personne qui a envoyé deux mails à David Duchovny lui disant dans le premier mail que sa série est nulle et dans le deuxième mail qu'il ou elle est désolé(e) d'avoir craché sur sa série parce qu'il ou elle l'a trouve bien après une discussion avec un ou une ami(e). Non c'est vrai, j'ai lu ça quelque part ! Donc petite présentation du show avant de rentrer dans la critique pure et dure. Californication est diffusée sur la chaîne câblée américaine Showtime (qui propose notamment Dexter, Weeds, the L Word et plein d'autres séries) depuis le 13 août 2007 et a surtout fait parler d'elle à cause (ou grâce) à son côté trash et osé. Pour moi c'est à la fois bon signe et mauvais signe. Mauvais signe parce qu'une série peut vite tomber dans le trash gratuit avec des scènes de sexe juste pour offrir des scènes de sexe et c'est en général une marque de lacunes scénaristiques (difficile de faire des reviews sur des séries qui virent le porno) ;). Point positif puisqu'on ne joue pas longtemps sur l'image de la série, est-elle trop gentille, n'est-elle pas assez osée? Et bien dans Californication on peut dire que le ton est donné dès le pilote et c'est un de ses points forts. Au sujet du trash gratuit, je dirais qu'on n'y est pas mais on ne peut pas dire que le scénario soit intelligent ou assez travaillé. Ca viendra sûrement dans les prochains épisodes. Un grand atout qu'a la série (qui peut paraître anodin mais qui est très important pour moi) : la durée. 30 minutes, c'est parfait ou presque. D'ailleurs, si le format était de 40 minutes j'aurais sûrement pas suivi. Oui je sais je fonctionne bizarrement.

Alors Californication ça parle de Hank (un écrivain), ou plus précisément la descente aux enfers de Hank (qui vire dans le côté obscur peint par sexe, drogues, alcool et vous savez) qui voit sa vie basculer quand sa femme le quitte, le laissant seul face à lui-même. Avec sa fille aussi. Le pitch n'a vraiment rien d'intéressant et c'est pas ça qui m'a lancé dans le visionnage de la série. Ce qui est intéressant de savoir maintenant après avoir visionné le pilote, c'est qu'est-ce qui est fait avec le pitch. Pas grand chose en fait. La série mise plus sur la présentation des personnages et côté scénario c'est assez creux, puisque les seules scènes qui pourraient appuyer le changement dans le caractère de Hank sont les scènes de sexe. On parle beaucoup de la prestation de David Duchovny que je trouve assez convaincant dans le pilote, sans être excellent non plus. En fait, le pilote laisse une impression assez floue puisqu'on ne sait pas réellement vers où on se dirige. Une série comique ? Une série dramatique ? Les deux ? C'est assez vague pour le moment. Donc en ce qui concerne ce qui est fait avec le pitch, c'est pas mauvais mais il manque clairement un style à planter.

La série n'est pas trash gratuitement mais n'est pas pour autant l'opposé. Les scènes provocatrices viennent appuyer la descente aux enfers de Hank mais elles sont également utilisées pour apporter une pointe d'humour à l'épisode. C'est donc assez bancal mais on sent qu'il y a une idée derrière sérieuse et prometteuse qui reste tout de même trop peu développée dans ce premier épisode.

L'élément qui frappe après ce pilote, c'est que les scénaristes savent exactement quelle genre de série ils veulent faire. Le ton est donné dès le départ avec cette première scène où Hank rêve qu'une nonne lui fait une fellation. Le côté provocateur de la série doit être utilisé à juste valeur et pas pour combler un manque de justesse. Maintenant, ce qui est bien avec Californication c'est que la série n'est pas gentille ou niaise, les scénaristes savent où ils vont (enfin je crois, c'est l'impression que donne le pilote). Par contre, le téléspectateur a pas forcément la même impression justement dû au fait qu'on ne sait pas dans quel registre caser la série.

Au niveau des personnages, les scénaristes ne sont pas allés chercher trop loin. Pourquoi pas au final si c'est utilisé à bon escient. C'est toujours difficile de juger ce genre de choses dans un épisode pilote, donc il faut voir la suite pour se faire une opinion du choix des personnages. On a donc l'ex-femme de Hank, sa fille, son manager (interprété par Evan Handler que je vois partout; dans Lost, Friends et récemment Studio 60) et ses conquêtes d'un soir. L'intrigue avec sa fille est plutôt intéressante bien que très peu recherchée. De nouveau, on jongle trop entre comédie et drame et ça en devient gênant puisqu'on ne sait pas avec quel oeil juger la storyline.

En bref : J'avoue avoir été légèrement surpris par le pilote de Californication. Loin d'être novatrice, elle peut vite ressembler à un guilty-pleasure si les initiaves qui seront prises sont les bonnes. La série perd beaucoup en précision, les acteurs sont doués même si les personnages et les intrigues sont encore trop stéréotypés pour qu'on s'y sente attaché. Bref, le genre de pilote qui nécéssite de visionner la suite pour savoir comment se faire une idée plus concise. Le format 25 minutes est parfait.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Red 41 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte