Magazine Livres

Parenthèse d'octobre

Par Nadjabreton

Envie de courir comme une dératée
De devenir plus lourde qu’une chape de rouille
De crier que je suis pleine de regrets
Mais les regrets ne viennent pas
Je n’en ai pas
Impression que rien n’existe si ce n’est ce voile
De cendres enveloppantes
Le matériel devient immatériel
Les souvenirs ne marquent pas
Parenthèse PARENTHESE ultraviolente
Impression que rien n’existe si ce n’est ce voile
De poussières et d’humiliation


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nadjabreton 10 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine