Magazine Côté Femmes

Témoin de réconciliation

Publié le 01 octobre 2012 par Xmedinadealbrand @mujeresmundi

Témoin de réconciliationNom: Marissa Roth

Pays: Etats-Unis

Profession: Activiste photographe

Adage: « … la guerre et la paix sont que des mots. Il y a qu’une mince ligne invisible entre la civilisation et de l’anarchie,  entre la tolérance et l’intolérance ».

Je suis arrivé à Marissa travers une photo qui m’a fait revenir dans le temps. La photo montre deux femmes afghanes habillées en burka, accompagnés de deux petites filles et un garçon regardant la caméra. Cette photo m’a rappelé un visage de l’Afghanistan dont je ne parle pas beaucoup: la guerre. Un aspect à peine mentionné à la maison. Avec mon mari, nous avons fait un pacte tacite de se rappeler que les points positifs du pays qui nous a accueilli pendant trois ans: les sourires, le ciel bleu et une humanité difficile à trouver ailleurs. Je regardais la photo et je me rappelais de l’autre côté de cette humanité, qui est l’humanité aussi, après tout: un pays détruit par la guerre, les femmes, les enfants et les hommes qui mendient dans les rues. Lorsque dans le terrain, on a tendance à porter une coquille protectrice parce qu’on sait que tout seuls, on ne peut pas faire grand-chose pour les aider. Avec le temps et en regardant la photo, j’ai senti revenir des sentiments que j’avais gardé pour une très longue période : l’impuissance et la colère. C’est le côté moins rose, dont je ne parle pas beaucoup.

Témoin de réconciliation

La guerre a de nombreux visages, et dans le monde occidental, nous sommes habitués à voir son côté masculin: soldats, guérilleros, des fusils, des bombes et des gens qui pleuraient. La désolation.

Mais, qu’est-ce qu’il y a de l’autre côté de la ligne? Qu’est-ce qui se passe après la guerre? Comment les personnes ont reconstruit leurs propres vies? Comment et qu’est-ce que leur motive à continuer à vivre après un conflit? Qu’en est-il a de leurs familles? Comment guérir les blessures? Est-ce possible telle guérison? C’est ce que Marissa Roth, une photographe documentariste reconnue a vu et vécu tout au long de sa carrière et plus encore, c’est ce qu’elle a vécu toute sa vie.

«Lorsque j’étais enfant, j’était très créative. J’étais toujours en train de dessiner ou de peindre. Quand j’avais environ 10 ou 11 ans, j’ai emprunté le petit appareil photo Kodak de ma mère … et je ne lui jamais rendu »  Ainsi commence son histoire.

« Je suis devenue journaliste en travaillant dans les journaux quand j’avais 20 ans. C’était mes premiers pas vers une carrière de 35 ans. J’ai grandi aux États-Unis durant les années 60-70, une période plutôt mouvementée. Les gens étaient bouleversés… Il y avait les assassinats du Président Kennedy et de Martin Luther King, en plus la guerre du Vietnam. Ce contexte m’a dirigé vers l’activisme. Devenir journaliste était mon arme pour tenter d’arrêter la guerre »

Les témoins de la vérité

En 2005, Marissa a une mission du Centre Simon Wiesenthal pour photographier survivants de l’Holocauste, tout un processus émotionnel pour Roth « Il y a deux sortes de survivants de l’Holocauste, il y a certains qui ne pourrait jamais tourner la page et qu’on prit leurs enfants et leur famille tout au faire partie de ces souvenirs. L’autre type, ont fermé les portes du passé, comme si il n’existait pas et qu’il y a seulement l’avenir. Mes parents appartiennent à ce deuxième type. Ils n’ont jamais parlé de la famille qu’on a perdu pendant l’Holocauste, ils n’existent même pas des photos de ces personnes. Mes grands-parents paternels ont péri dans un massacre, mais mon père n’a jamais parlé de cela. Je n’ai jamais eu aucune information à leur sujet, pas d’histoires, pas de photos, pas de souvenirs. Il y avait ce passé que mes parents ont verrouillé la porte et jettent la clé ».

Témoin de réconciliation

Sur les origines de Witness of True (Témoins de la Vérité), Marissa a été invité à photographier des portraits de survivants « mais pour moi ce n’était pas assez. Je me suis dit que je ne pouvais pas simplement mettre une caméra en face d’eux et de les photographier. J’avais besoin de savoir leur passé, leurs histoires et partager aussi l’histoire de ma propre famille ». Ainsi, à 48 ans, Marissa démarre pour la première fois, à parler de sa propre famille « tout le monde a des photos de famille qui montrent qui nous sommes et d’où nous venons. Il s’agit d’une sauvegarde que nous connecte nos ancêtres et nous permet de rester en contact avec notre vie actuelle. Je n’ai pas eu cela à cause de l’Holocauste. Le projet est devenu un moyen de recréer ma propre famille avec ces survivants. C’était un grand travail émotionnel ».

28 années entre les guerres et les femmes

Témoin de réconciliation
En été 1984 Marissa et sa famille sont arrivés à Novi Sad (Yougoslavie) en un pèlerinage de la famille, un voyage de retour pour son père qui avait fui à 26 ans en Novembre 1938. C’est le moment clé où elle commence à tisser la One Person Crying: Women and War (Une persone qui pleure : Femmes et Guerre). Une odyssée qui commence dans la patrie paternelle en 1984, se terminant au Vietnam, 28 ans plus tard. « Ma grand-mère a laisse la lumière allumé pour moi. Je le sais dans mon cœur, même si je ne l’ai jamais rencontré. Elle a été assassinée devant la porte de son domicile, à Novi Sad, en Yougoslavie, avec son mari, sa mère et son frère, un jour de gel en Janvier en 1942, parce qu’ils étaient juifs (…) Quand l’humanité est trahie par la folie, la guerre suit souvent. Ce projet a été mon réconciliation avec l’homme qui a besoin de guerre. Ainsi que les bouleversements involontaires imposé aux femmes qui sont directement touchés par les faits »..

Marissa Roth est l’auteure de ce projet personnel, un produit de 28 ans de travail, porté sur les effets de la guerre sur les femmes « au début du projet, j’ai rencontré des femmes afghanes réfugiées au Pakistan. Pendant les semaines que j’ai passées à Peshawar, quelque chose avait changé en moi parce que je suis devenue une autre personne. C’était quelque chose de très profond. J’ai senti la nécessité d’aborder la question de la guerre. J’ai essayé de couvrir le conflit d’un point de vue masculin, mais je ne me sentais pas identifié. Ce que je voulais savoir est ce qui se passait derrière la guerre d’un point de vue féminin, l’impact sur les femmes et les enfants. Dans un effort pour réfléchir sur la guerre sur une perspective que je considère sous-estimé, le projet m’a menée face à des centaines de femmes qui ont enduré et survécu la guerre. Ainsi que des expériences de perte, de douleur et de misère inimaginable ».

Témoin de réconciliation

Un total de quatre-vingts photographies couvre douze conflits armés dans différentes parties du monde, sur une période de 28 années. Celui commença avec la propre vie de Roth en tant que fille de réfugiés Holocauste. Marissa raconte les réalités tragiques de ces femmes en les transformant en sources exemplaires de résistance. L’exposition contient des données historiques et statistiques de chaque conflit, fournissant une matière d’étude explicative. Donc, l’ odyssée de Marissa est une mer d’images et de récits de guerre dans les aspects que nous connaissons tous: la perte, la torture, le déshonneur, le chagrin, la douleur, mais elle les rend sources d’espoir pour un avenir plus positif. Son exposition comprend des séquences de photos de femmes avec leurs jeunes enfants, en terminant seulement avec les enfants – de nombreuses nées après la guerre – le message d’espoir est clair: ces enfants pourraient profiter d’un avenir plus pacifique.

Témoin de réconciliation

Marissa dit « j’appris que la combustion d’après-guerre est lente. La guerre montre les faiblesses et les forces des hommes et des femmes. Pour les hommes, gardiens naturels, la bravade ne cède pas facilement à l’admission de la perte ou de la capacité à n’a pas réussir à protéger les leurs. Les femmes doivent ramasser les morceaux, en transformant les vies brisées en jardins replantés. Le pont de l’angoisse est traversé d’innombrables fois des deux côtés, mais la perspective est toujours différent en raison des rôles entre les sexes, les cultures et le contexte historique ».

« (…) Je croyais naïvement que la guerre et la paix étaient en noir et blanc. Peu à peu, ce projet de 28 ans, reflète l’arc de mon processus de maturation propre. Ma vision du monde palette brisée en une centaine nuances de gris. En refusant le cynisme, j’ai appris que la guerre et la paix sont que des mots, qu’en fait, il y a une ligne mince presque invisible entre la civilisation et de l’anarchie, la tolérance et l’intolérance , entre 2 personnes, puis 10 personnes, puis un millier de personnes, puis un million de personnes, que pourrait prédiquer une coexistence constructive ».

Ainsi, les histoires de conflit sont lues à travers les visages de femmes photographiées par Marissa « leurs yeux sont devenus des mots dans les phrases s’enchaînent par la souffrance, imprimées sur des gaines de larmes liés entre eux par une expérience commune, où ni le temps ni lieu importent. Ce qui importe profondément pour plusieurs d’entre eux est la connaissance universelle que des autres femmes, qui ont également survécu à la guerre, partagent le même secret tragique de ce que signifie avoir vécu cela ».

Témoin de réconciliation

Marissa ne traite pas un conflit en particulier. Elle met en lumière les femmes victimes d’une série de conflits afin de raconter l’histoire de la guerre globale. Le message de ces femmes, qui ne s’ont jamais rencontré les uns et les autres, est le même, malgré parlant différentes langues « la mort ne choisi pas son camp, mais le choix d’une vie après la guerre, c’est une tout autre affaire. Un certain nombre de femmes que j’ai rencontré ont gagné une force incroyable de leur chagrin et leurs pertes. Elles ont tourné les yeux vers l’activisme, en défendant la justice sociale, la paix et la tolérance. Leur processus n’a pas toujours été ni facile ni immédiat. Elles ont du confronté les difficultés de l’après-guerre difficultés, et ainsi guérir physique et psychologique de leurs blessures ».

Le projet de 28 ans a été un processus de guérison pour Marissa «En 2009, je travaillais en Bosnie (ex-Yougoslavie) et ai trouvé la maison de mes grands-parents, et un monument à la massacre qui était vécu là. Les noms de mes grands-parents ont été imprimés sur une plaque dédiée. Je sentais comme si je les avais retrouvées..Ils n’étaient plus invisibles, car pour moi, grand-mère ou grand-père n’étaient pas des mots familiers. Ce projet était quelque chose que je devais faire. J’ai eu des moments de frustration, mais je me suis dit que je devais continuer.  Je suis reconnaissant pour cette période ».

Témoin de réconciliation

L’odyssée de près de trois décennies a pris fin et Marissa a achevé le projet qui est maintenant exposée en Californie « la grande question pour un artiste, c’est quand finir un travail. Offrir un terme à quelque chose est aussi important que de le commencer. J’ai l’impression que je n’ai plus rien à dire sur ce sujet. Ce projet m’a aidé à enfin trouver la paix que je voulais ».

Marissa est une combattante. Pour son 50e anniversaire, elle est allée au Tibet en une expérience transformatrice. Elle a développé des photographies en couleurs qui ressemblent à des peintures abstraites, images séquentielles de paix et de tranquillité. Elle savait qu’elle devait retourner au Tibet, et elle l’a fait. Le résultat de ce voyage est un futur livre de photographies de méditation au Tibet.

Témoin de réconciliation

One Person Crying : Women and War est exposée du 16 Août au 25 Octobre 2012 au Musée de la Tolérance à Los Angeles, en Californie, et sera exposé à l’étranger à partir de Janvier 2013 jusqu’à Décembre 2015.

« Mon espoir est de passer le flambeau à un autre activiste de sorte que cette question demeure en vie et faire entendre que la guerre nous détruits à tous et qu’il n’y a pas de gagnants. Les femmes peuvent faire partie de ce mouvement et, il faut répéter haut et fort que nous ne voulons pas que cela se reproduise. Je ne démissionne pas à mes idéaux ».

Témoin de réconciliation

Pour en savoir plus sur Marissa et son travail, n’hésitez pas à visiter son site  http://marissarothphotography.com

Interview: XMA

Photos: Marissa Roth / Portraits de Marissa: Iris Scheider et Ted Soqui

Plus encore: Marissa Roth en dix lignes

Lauréate du Prix Pulitzer (membre de l’équipe de Los Angeles Times) – Best Spot News Coverage en 1992.

“One Person Crying: Women and War”, 2012

“In Hollywood “and” Downtown Los Angeles: Inside / Out “, 2009

“An Evening with Marissa Roth,” 2008

“Witness to Truth” Portraits of Holocaust Survivors, 2005

“Caught in the Crossfire: Women and War”, 2001

“Inside / Out: Downtown Los Angeles”, 2000

“Burning Heart: A Portrait of the Philippines”, 1999.

Publications:

- Burning Heart, A Portrait of the Philippines, Rizzoli, 1999. -Real City, Downtown Los Angeles Inside / Out, Angel City Press, 2001 – Come The Morning, Wayne State University Press, in 2005.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Xmedinadealbrand 309 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte