Magazine Humeur

Montebourg, du discours à la méthode !

Publié le 01 octobre 2012 par Nicolas007bis

JeremyEncore tout auréolé de sa belle 3ème place à la primaire socialiste qui lui avait permis de qualifier les 2 finalistes d’impétrants, Arnaud Montebourg s’est vu attribuer un ministère majeur dans le gouvernement Hollande/Ayrault, celui du redressement productif.

Le chantre de la démondialisation et du protectionnisme allait passer sans transition des belles mais vaines paroles, aux actes concrets et efficaces. Il allait enfin pouvoir montrer qu’au delà d’une incontestable éloquence, l’avocat Montebourg pouvait se confronter à la difficile réalité économique et sociale de la France. Il allait troquer la robe de prétoire contre un bleu de chauffe, certes beaucoup moins seyant, mais infiniment plus pratique pour graisser les rouages de l’économie française.

Après le discours place à la méthode.

D’ailleurs le titre même de son ministère du redressement productif, portait en lui toute la difficulté de la tache, toute la patience et la force qui seront nécessaires pour mener à bien ce qui ne peut être qu’un travail de fond, de longue haleine, laborieux et ingrat. Un travail dont les résultats ne seront visibles que dans quelques années, un travail qui s’apparente à celui que l’on peut faire sur les fondations d’un bâtiment pour ne pas qu’il s’écroule. Un travail essentiel mais obscur par rapport à celui consistant à restaurer la façade de ce même bâtiment.

C’est probablement là que se pose le problème. Arnaud Montebourg en avait-il conscience lorsqu’il a accepté cette tâche de la part d’un Hollande probablement pas si innocent que cela ?

Rien n’est moins sur. Au lieu d’engager un travail de fourmis, Arnaud Montebourg a fait comme le furet de la chanson, il est passé par ici, il repassera par là. Depuis 4 mois il est sur tous les fronts et accessoirement devant toutes les caméras. Il est sur tous les plans sociaux : PSA, Doux, Sanofi, ArcelorMittal … Avec à chaque fois la même technique, critique des dirigeants et actionnaires de l’entreprise, soutien aux salariés et refus du plan social que le gouvernement ne laissera pas faire.

Un jour il n’hésite pas à donner des leçons de stratégie au patron de PSA, un autre il admoneste le Président de la Région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, pour n’avoir pas fait le choix d’un centre d’appels implanté en France et le troisième il taxe les hauts fonctionnaires du Trésor d’ultralibéralisme au grand damne de leur ministre de tutelle. Au passage il trouve le temps de se ridiculiser en demandant des comptes à Facebook pour son faux vrai bug et d’agresser le constructeur d’automobiles coréen Hyundai.

On est loin, très loin du redressement productif.

Ainsi, au lieu de prendre le recul nécessaire à l’accomplissement du redressement productif de la France, Arnaud Montebourg s’est lancé dans son beau ministère comme il s’était lancé dans sa campagne, avec fougue, enthousiasme et moult médiatiques démonstrations. Son activisme frénétique nous en rappelle un autre, celui de Nicolas Sarkozy qui avait promis de chercher la croissance avec les dents ou de sauver Gandrange. Gandrange symbole des « promesses non tenues » que Nicolas Sarkozy a du trainer comme un boulet jusqu’à la veille du second tour de la présidentielle.

En s’exposant sur tous les dossiers d’entreprises en difficulté, Arnaud Montebourg donne le sentiment de ne traiter que l’urgence et non pas les problèmes de fond que connait l’économie française. De surcroit il prend le risque de décevoir, ceux qui, à travers ses interventions, auront cru que l’Etat est tout puissant et qu’il règlera tous leurs problèmes.

Déjà, ce sont les ouvriers d’Aulnay qui vont faire le siège du Salon de l’Automobile en brandissant à son intention un carton rouge de "ministre improductif".

Demain ce seront sans doute les ouvriers de Florange ou de Doux qui viendront lui reprocher véhémentement de leur avoir donné un maigre mais faux espoir. Et on sait ce que peut représenter un espoir même maigre dans leur situation.

Comme s’il en avait pris conscience tardivement, Arnaud Montebourg a déclaré dimanche sur France 2 qu'il n'était pas « le ministre des plans sociaux », mais celui des « solutions économiques ». Mais n’est-ce pas trop tard ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nicolas007bis 70 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines