Magazine Bd

Le singe de Hartlepool

Publié le 02 octobre 2012 par Un_amour_de_bd @un_mour_de_bd

Au large de Hartlepool, un navire de guerre français fait naufrage. Seul rescapé, le singe, mascotte de l’équipage, devient pour les habitants ignorants, l’ennemi français, sur lequel la vindicte populaire va pourvoir s’exercer…

Scénario de Wilfrid LUPANO, dessin de Jérémie MOREAU

Public conseillé : Adulte et adolescent

Style : fable décallée Paru chez Delcourt, le 5 Septembre 2012 

L’histoire

Le capitaine Louis-Armand Narraud est un grand nostalgique. Ancien négrier, il a ramené un singe, nommé Nelson, des côtes d’Afrique. Sa reconversion dans la marine de Napoléon, en pleine guerre avec l’Angleterre, l’amène au large de Hartlepool. Haïssant tout ce qui se rapproche de loin à la perfide Albion, il n’hésite pas à passer par dessus bord un mousse coupable d’avoir été élevé par une nourrice anglaise. Ce geste lui vaut la foudre du ciel, et précipite bateau et équipage dans la tempête. Les seuls rescapés du naufrage sont le chimpanzé portant l’uniforme tricolore, et le mousse.
Dans ce petit village d’Angleterre, personne n’a jamais vu de Français. L’idiotie et la haine nationaliste aidant, les habitants décident qu’ils ont capturé un ennemi français et sont bien décidés à le trainer en justice, pour le pendre haut et court…

Ce que j’en pense

Wilfrid Lupano (Alim le tanneur, L’homme qui n’aimait pas les armes à feu, Azimut) s’est attaqué à une fameuse légende “historique” anglaise qui a valu une réputation d’imbéciles heureux aux habitants de ce village. En brodant sur cette anecdote historico-imaginaire, il nous livre un album jouissif et décapant. Au delà de la farce centrée sur la haine ancestrale franco-anglaise, Lupano nous met en garde sur la petitesse d’esprit et la haine de l’inconnu.


SINGE HARTLEPOOL - C1C4.indd
SINGE HARTLEPOOL_INTcs3.indd
SINGE HARTLEPOOL_INTcs3.indd
SINGE HARTLEPOOL_INTcs3.indd
SINGE HARTLEPOOL_INTcs3.indd
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail
NextGen ScrollGallery thumbnail

Un ton sarcastique

On rit jaune en lisant le singe de Hartlepool. Entre les dialogues cinglants et les personnages forts en gueule, Lupano nous amuse. Le côté humour macabre d’ailleurs n’y est pas étranger. Car c’est certain, la bêtise des uns finira par la mort de l’autre. Froid et incisif, son humour décalé fait mouche. Avec à sa tête des personnages haut en couleur, il décrit la foule (anglaise en l’occurrence) comme une entité sans âme et sans cerveau, prête à assouvir ses plus bas instincts. Lupano se méfie des groupes et le montre clairement.
Pour la bonne bouche, le récit, mené à fond de train, est parsemé de petits détails hilarants : les enfants mimant la guerre, le médecin de passage. Ce second degré rapelle au lecteur la bonne distance à adopter pour en comprendre l’intention.

Le dessin

Jérémie Moreau, à l’origine animateur, signe un premier album prometteur. Influencé par des artistes classiques anglais, comme Fred, il dessine avec nervosité cette fable macabre. Parfaitement cohérent avec l’humour noir de Lupano, il livre des planches expressionnistes et dynamiques. Sa mise en couleur nous plonge dans une ambiance pesante et humide à souhait. C’est simple : on se croirait dans un roman de Dickens.
Pour son premier album, Jérémie Moreau se met au diapason parfait du mélange farce et drame de Lupano.

Pour résumer

Venez vivre les derniers instant d’un chimpanzé pris à parti dans les guerres napoléoniennes. Lupano et Moreau nous livrent une farce noire et grinçante sur la bêtise humaine et l’ignorance. Avant la pendaison, admirez le jugement hâtif (comme il se doit) de cette pauvre bête. A se demander qui de l’animal ou de l’homme est le plus bête ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Un_amour_de_bd 11957 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines