Magazine Santé

VITAMINE D: Elle ne réduit pas la fréquence ou la gravité des rhumes – JAMA

Publié le 02 octobre 2012 par Santelog @santelog

Bien que certaines données aient suggéré une association inverse entre les taux sériques de vitamine D et l'incidence des infections des voies respiratoires supérieures ou plus simplement des rhumes, cette étude, menée par des chercheurs de l'Université d'Otago (Nouvelle-Zélande) publiée dans l'édition du JAMA du 3 octobre, démontre le contraire, sur plus de 300 participants. Ces résultats n'enlèvent en rien au caractère indispensable de la vitamine D pour la santé osseuse.


VITAMINE D: Elle ne réduit pas la fréquence ou la gravité des rhumes – JAMA
La Vitamine D est la seule vitamine produite dans les couches profondes de l'épiderme en cas d'exposition aux rayons UV du soleil. La carence est cause de rachitisme, de déminéralisation osseuse.


Elle intervient dans la minéralisation de l'os, elle augmente l'absorption du calcium, favorise la croissance, joue un rôle de stimulation de l'immunité innée et module l'immunité acquise.


En France, le déficit de vitamine D, soit une concentration sérique en 25(OH)D<30 ng/ml, touche 80% de la population. En cause l'insuffisance d'activité physique en extérieur.


Plusieurs études ont démontré l'intérêt d'une supplémentation en Vit. D sur les pathologies respiratoires (grippe, tuberculose, asthme).



L'équipe de l'Université d'Otago a mené cet essai randomisé pour vérifier l'effet de la supplémentation en vitamine D sur l'incidence et la gravité des infections des voies respiratoires supérieures chez les adultes en bonne santé. L'étude a été menée auprès de 322 adultes en bonne santé en Nouvelle-Zélande randomisés pour recevoir une dose initiale de 200.000 UI de vitamine D3 par voie orale, puis 200.000 UI un mois plus tard, puis 100.000 UI tous les mois (n = 161) ou un placebo. Le niveau moyen de vitamine D (25-OHD) des participants au début de l'étude était de 29 ng / mL. La supplémentation a conduit à un niveau moyen maintenus à plus de 48 ng / ml pendant l'étude. Les chercheurs ont constaté sur une durée de suivi de 18 mois, 593 épisodes d'IVRS dans le groupe vitamine D et 611 dans le groupe placebo, soit une moyenne de 3,7 par personne dans le groupe vitamine D et 3,8 par personne dans le groupe placebo.


Bien que l'association entre insuffisance en vitamine D et la susceptibilité aux infections virales des voies respiratoires ait été suggérée par plusieurs études, les chercheurs constatent ici l'absence de différence statistiquement significative dans le nombre d'IVRS par participant, sur la durée des symptômes par épisode (en moyenne, 12 jours dans chaque groupe), sur le nombre de journées de travail manquées ou la gravité des épisodes. Ils concluent donc qu'une dose mensuelle de 100.000 UI de vitamine D3 chez les adultes en bonne santé, correspondant à une supplémentation élevée, ne réduit significativement l'incidence ou la gravité des rhumes. Evidemment, il faudrait étudier d'autres schémas posologiques, ajoutent les auteurs…


Source: JAMA 2012; 308. [13] :1333-1339 (In Press) Vitamin D Supplementation Does Not Reduce Rate or Severity of Colds (Visuel Fotolia)


VITAMINE D: Elle ne réduit pas la fréquence ou la gravité des rhumes – JAMA
Accéder aux dernières actualités sur la Vitamine D, le Calcium


Accéder au Dossier vitamines et Minéraux pour le patient âgéPour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 69803 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine