Magazine Santé

SCLÉROSE en plaques: Aggravée par de faibles niveaux de vitamine D – Annals of Neurology

Publié le 02 octobre 2012 par Santelog @santelog

Si des études ont déjà suggéré que les personnes qui vivent au soleil et ont des niveaux plus élevés de vitamine D ont moins de risque de développer une sclérose en plaques (SEP), si une supplémentation n'est pas recommandée dans l'attente de recherches plus poussées, de faibles niveaux sanguins en vitamine D sont bien associés à une augmentation du nombre de lésions cérébrales et à une maladie plus active chez les personnes atteintes de SEP, selon cette étude, publiée dans l'édition de septembre des Annals of Neurology.


SCLÉROSE en plaques: Aggravée par de faibles niveaux de vitamine D  – Annals of Neurology
L'étude suggère en effet des symptômes plus sévères dans la SEP en cas de déficience en vitamine D et envisage un lien entre l'apport de vitamine D et le risque de handicap à plus long terme lié à la maladie. Chez les personnes atteintes de SEP, le système immunitaire attaque le revêtement des fibres nerveuses dans le cerveau et la moelle épinière. Le revêtement, ou myéline, isole les nerfs et les aide à envoyer les signaux électriques de contrôle du mouvement, de la parole et d'autres fonctions. Quand la myéline est attaquée, l'inflammation interfère avec la transmission de ces messages, ce qui transparaît à l'IRM par des lésions matérialisées par des taches blanches. Dans la forme la plus commune de la SEP, les patients peuvent parfois ne présenter aucun symptôme, mais à d'autres moments souffrir de vagues de symptômes, comme une vision dégradée, un engourdissement et une faiblesse. S'il n'existe actuellement aucun traitement définitif de la maladie, il en existe pour réduire les symptômes.


L'équipe, dirigée par le Dr Ellen M. Mowry, professeur adjoint de neurologie à l'Université Johns Hopkins a mené un essai clinique multicentrique de supplémentation en vitamine D chez des patients SEP. Les chercheurs ont utilisé les données d'une étude de 5 ans sur 469 patients atteints de SEP. Chaque année, les chercheurs ont mesuré les niveaux de vitamine D par analyse de sang et évalué les lésions par IRM. Les chercheurs ont découvert que chaque augmentation de 10 nanogrammes par millilitre en vitamine D est associée à une réduction de 15% du risque de nouvelles lésions et de 32% de taches à l'IRM. Des niveaux plus élevés de vitamine D sont également corrélés à une invalidité inférieure. Les résultats montrent donc une forte corrélation entre les niveaux de vitamine D et les lésions cérébrales caractéristiques de la SEP. Cet impact des taux de vitamine D reste tout autant significatif après ajustement avec d'autres facteurs tels que le tabagisme, le traitement de la SEP, l'âge et le sexe. Mais, «même si de faibles niveaux de vitamine D sont bien associés à plus d'inflammation et à plus de lésions cérébrales, à ce stade », précise l'auteur, « il n'existe aucune preuve qu'une supplémentation en vitamine D permettrait d'éviter ces symptômes». 


Des résultats concordants : Au début de la maladie, plus les lésions nouvelles et les taches actives de la maladie sont nombreuses, plus la probabilité de développer à long terme un handicap, est élevée, souligne l'auteur. Au-delà, les chercheurs ont pu d'une année sur l'autre, et en fonction des niveaux de vitamine D prédire l'évolution de la maladie. Par ailleurs, des études précédentes ont montré que la baisse des taux de vitamine D sont associés à un risque accru de rechute chez les patients atteints de SEP. De nombreux indices qui semblent concorder vers un rôle clé de la vitamine D dans l'activité de la SEP.


Cependant, à ce stade, il n'est pas question de supplémentation : « Parce que la vitamine D est en vente libre, le public pense que c'est un supplément sûr. Mais la vitamine D est une hormone, et les bénéfices d'une supplémentation, chez les patients atteints de SEP doivent encore être démontrés par un essai randomisé ».


Source: Annals of Neurology 27 AUG 2012, DOI: 10.1002/ana.23591 Vitamin D status predicts new brain magnetic resonance imaging activity in multiple sclerosis (Visuel © nikesidoroff - Fotolia.com)


SCLÉROSE en plaques: Aggravée par de faibles niveaux de vitamine D  – Annals of Neurology
Accéder aux dernières actualités sur la SEP


Lire aussi :SCLÉROSE en plaques : Soleil et vitamine D, 2 facteurs de réduction du risque


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 69803 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine