Magazine Bourse

Linkedin, pas l’idéal pour brasser des affaires!

Publié le 02 octobre 2012 par Fabien Major @fabienmajor
Linkedin, pas l’idéal pour brasser des affaires!

Source: GifTRAP.com

Pourquoi Linkedin n’est pas l’idéal pour les affaires? Si Linkedin fait si mal aux Jobboom, Workopolis et autres Monster.ca, ce n’est pas pour rien. 90% des entreprises se servent des profils LinkedIn avant d’embaucher de nouveaux candidats. C’est aussi pour cette raison que je considère que ce réseau social n’est pas formidable pour votre prospection de nouveaux clients. Linkedin est vraiment extraordinaire pour afficher votre disponibilité pour un emploi, mais demeure sans doute, le réseau le moins dynamique pour les échanges d’affaires.

Récemment, une firme de courtage m’a contacté afin de les seconder dans l’élaboration de leur stratégie d’utilisation des médias sociaux. Comme c’est presque toujours le cas, la direction de la firme en question était très réticente à ce que son personnel utilise les grands médias sociaux comme outils de prospection. Le grand boss a cependant compris que Linkedin est assez inoffensif, et il souhaitait autoriser SEULEMENT ce réseau. Ce n’est pas, disons, le média social par lequel le scandale arrive. Mais à l’opposé, c’est aussi le moins efficace pour vous permettre de dénicher de nouveaux clients. je m’explique.

Comparativement à Facebook, Twitter ou un blogue, il y a très peu de conversations et d’engagement sur Linkedin. Une fois la page de base remplie, les membres ne consultent QU’À L’OCCASION leur page LinkedIn. Plusieurs avouent s’y rendre qu’une fois semaine ou une fois par mois. Voici sa plus grande faiblesse: la communauté la plus dynamique et en plus forte croissance chez les membres Linkedin est les étudiants et nouveaux diplômés du collégial. Pour Linkedin, c’est une mine d’or pour recruteurs d’employés, mais est-ce le cas pour celui qui cherche des clients?

De plus, comparativement à la population en général, les métiers et professions ne sont pas représentés proportionnellement. D’ailleurs, les deux secteurs d’activités dominants sur LinkedIn sont la haute technologie à 15,3% et la finance à 13%. Pensez-vous recruter de nombreux clients parmi vos confrères/compétiteurs et les étudiants?

LINKEDIN EN CHIFFRES

  • 150 millions d’abonnés dans plus de 200 pays
  • 5 millions de membres au Canada
  • 36e rang des sites web les plus visités
  • 2 nouveaux membres à la seconde
  • Le segment à plus forte croissance: étudiants et diplômés du collégial
  • 60% des membres ont moins de 35 ans
  • 80% des utilisateurs y vont pour rechercher des employés ou un emploi

Si je compare maintenant le réseautage virtuel à du réseautage standard, vous allez convenir que participer aux activités de la Chambre de commerce de votre localité est peut-être une bonne chose, mais il n’y a pas que ça. Pour maximiser vos chances de succès, vous pouvez également faire du bénévolat auprès des fondations des centres hospitaliers, participer à des tournois de golf, devenir entraîneur de hockey pee-wee…etc. Bref, les gens impliqués qui varient leurs types de sorties et qui «ENGAGENT LA CONVERSATION» ont plus de résultats. Sur les médias sociaux, c’est identique. Sur Linkedin, la conversation sera toujours plus «formelle» et moins amicale que sur Twitter et Facebook. Simplement parce que LinkedIn est devenu LE réseau sérieux des chasseurs de têtes!

Pour connaître de nouvelles personnes, il faut sortir de sa zone de confort. Je ne suis pas en train de vous dire de laisser tomber Linkedin. Je suis en train de vous dire de vous ouvrir AUSSI aux autres réseaux.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabien Major 12992 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte