Magazine Séries

Critiques Séries : Parenthood. Saison 4. Episode 4. The Talk.

Publié le 02 octobre 2012 par Delromainzika @cabreakingnews

vlcsnap-2012-10-02-20h10m50s136.png

Parenthood // Saison 4. Episode 4. The Talk.


Derrière la simplicité de cet épisode se cachait quelque chose de particulièrement beau et touchant. Sans compter qu'il y a avait de belles leçons familiales. C'est ce qui me fascine dans Parenthood, cette écriture toujours soignée et ces personnages toujours casés au bon endroit. Jason Katims écrit des choses magnifiques dans cette série et malgré le fait que j'aurais surement eu envie de voir sa petite série avec Jason Ritter, je trouve que c'est une bonne idée que NBC ne l'ai pas commandée. Uniquement parce qu'il peut travailler sur Parenthood et nous offrir de beaux et bons épisodes comme celui ci. "The Talk" parle dans un premier temps d'une leçon importante pour Jabbar qui va apprendre quelque chose. En effet, alors qu'il écoute l'enregistrement de la chanson d'un rappeur à The Kitchenette avec Crosby, il découvre le mot "nigga". Un moment qu'il ne doit pas dire. Jasmine et Crosby vont tenter de trouver un moyen de parler à Jabbar de la meilleure façon afin qu'il puisse comprendre que ce mot n'est pas bien et qu'il décrit les afro-américains de façon péjorative.
J'ai adoré la fameuse discussion entre Jabbar et ses deux parents. Il y avait quelque chose de très touchant d'un côté, mais aussi quelque chose de particulièrement instructif. J'ai vraiment apprécié cette partie de l'épisode, sûrement l'un des plus beaux moments que cette petite famille nous a offert depuis la demande en mariage de Jasmine à Crosby dans l'épisode 17 de la saison 3. Pendant ce temps, Zeek se fait un nouvel ami : Ryan York. Incarné par le très bon Matt Lauria (que Jason Katims a fait venir de son ancienne série Friday Night Lights, évidemment), ce personnage permet d'apporter un supplément d'âme à Zeek. Ce dernier n'a jamais forcément eu la place qu'il méritait dans la série. Entre ses histoires de tromperies ou encore la perte de contrôle plus tôt cette saison, il se construit quelque chose de vraiment intéressant. J'ai hâte de voir ce qu'ils peuvent nous faire par la suite. Zeek apprend de nouvelles choses de la vie et commence aussi à faire un bilan (mais j'espère que cela ne veut pas dire que l'on va nous tuer Zeek cette année). Zeek trouve un nouveau sens à sa vie au centre des vétérans.

vlcsnap-2012-10-02-20h14m24s228.png
En trouvant cette nouvelle idée pour occuper sa vie, je pense que l'on pourra voir Zeek évoluer dans une direction bien plus passionnante que les différentes que l'on a vu pour le moment. Dans un registre différent, Sarah s'occuper de la fille de Hank durant cet épisode. J'ai trouvé la relation de substitut à sa mère assez amusante et surtout, Sarah prouve encore une fois qu'elle est une mère cool. C'était mignon. Mais ce qui fonctionne encore plus c'est la relation entre Sarah et Hank que j'aime de plus en plus. Je ne sais pas trop ce que Parenthood veut faire avec ces deux là, mais j'ai peur que cela tue le petit couple Sarah / Mark (ce dernier est absent de la série depuis plusieurs épisodes maintenant et je commence à m'inquiéter). Du coup, c'est un assez bon passe temps que la série nous offre. J'ai envie d'en voir plus, et surtout de ce petit trio. Sarah pourrait aider Hank à renouer avec sa fille ce qui au fond, me plait beaucoup. C'est frais et rafraichissant à la fois.
Par ailleurs, Kristina tente de faire face à son cancer tout en aidant son fils qui veut se présenter en tant que Président des élèves de son collège. Kristina met donc presque sa santé de côté pour la santé de son fils et faire en sorte ce que ce dernier ne ressente pas que sa mère a mal. Mais il va bien falloir le lui annoncer un jour ou l'autre (surtout si elle perd ses cheveux, comme ce qui arrive souvent avec les cancers). Cette histoire durcie la relation entre Kristina et Adam. Ils vont nous offrir de très jolis moments et le regard d'Adam à la fin de l'épisode m'a littéralement fait craquer en larmes devant l'épisode (et ce n'était pas le seul moment à me faire verser une petite larme). Parenthood a beau être une série touchante, elle ne verse jamais dans le pathos gratuit comme beaucoup de séries peuvent le faire. C'est aussi ça que j'aime ici. Enfin, Julie et Joel tentent de trouver une activité pour Victor mais trouvent difficilement quelque chose qui pourrait bien l'intéresser.
vlcsnap-2012-10-02-20h19m12s34.png
Ce que je retiens surtout c'est la scène finale où Joel est en train d'apprendre à Victor comment attraper la balle au baseball et qu'il apparait finalement comme un père (c'est un grand symbole américain que le père qui apprend à son fils à jouer à un sport et plus particulièrement le baseball). En tout cas, cela permet aussi de tempérer avec la scène lors de l'entrainement où il a commencer à dire que Joel n'était pas son vrai père. Pendant ce temps, Julia débarque (pour reprendre la scène finale) et là aussi on a la mère qui est témoin d'une relation père / fils. C'était tellement beau. Au final, Parenthood m'a encore une fois surpris. Cette série continue sur cette lancée particulièrement florissante et novatrice. Alors qu'après la magnifique saison 3 on pouvait logiquement se demander si la série pouvait tenir le coup, finalement pas besoin de le prouver car c'est bel et bien le cas. Et je dois avouer que j'adore ça.
Note : 10/10. En bref, dans la simplicité parfois nous pouvons trouver la perfection.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delromainzika 17139 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines