Magazine Politique

Pourquoi la question du cumul des mandats est tout sauf secondaire

Publié le 02 octobre 2012 par Aurelinfo

sans-titre-copie-41.JPG On le sent, ça renâcle, ça rechigne, ça traîne des pieds. On tourne autour du pot. On paie des armées d’assistants parlementaires et de collaborateurs de cabinet pour trouver des excuses toutes plus tirées par les cheveux. Pour les uns c’est trop tôt, pour les autres c’est trop tard, pour beaucoup, on le sait déjà, ce ne sera jamais le moment. On invente des prétextes prêt-à-porter, on extirpe des exceptions faites maison, on brandit des préalables indispensables. C’est souvent grotesque, parfois pathétique, toujours regrettable. Au pire, pour éviter de se retrouver dans la posture du garnement qui n’a pas rendu la monnaie qui restait de l’achat de la baguette, certains jouent la virulence, l’indignation, la colère.  Alors que le silence gêné est à peu près la seule attitude permettant de ne pas trop perdre la face,  il faut hélas remarquer que la violence de la réaction du cumulard est souvent  proportionnelle à l’abus de cumul des mandats et donc au taux de mauvaise foi.
Alors bien sûr, on pourra regretter que l’on se prive ainsi d’une bonne occasion de pousser la droite dans ses retranchements, elle qui, sur cette question est autant décomplexée que sans scrupule.
D’accord, on pourra soupirer sur le coup d’arrêt mis au renouvellement générationnel (qui n’est, il faut le concéder pas une vertu en soi, mais donne une respiration nécessaire).
Certes, on pourra déplorer le non-respect du vote pourtant massif des militants du parti socialiste.
Mais l’essentiel n’est pas là. Et même s’il y aura toujours d’autres questions plus prioritaires dans les préoccupations des Françaises et des Français (l’emploi, les inégalités…) et des sujets plus graves (la guerre en Syrie) à traiter pour le gouvernement et le parlement, le non-cumul des mandats ne peut pas être relégué au second plan.

En effet, après des années de  gavage indécent de pouvoir et de richesses des amis proches du Nicolas Sarkozy, l’abstention massive et les scores montants de l’extrême-droite sonnent comme autant d’avertissements pour l’ensemble des responsables politiques. Sur fond de renoncement à combattre les ravages de la finance (pour ne pas dire de complicité de la droite avec l’oligarchie), combien de fois avons-nous entendu sur le terrain le lancinant et déjà trop fréquent questionnement sur nos institutions de type « A quoi ça sert encore d’aller voter? » se transformer en un catégorique « de toute façon on vote pour des gens qui ne sont tous là que pour se servir »…
Sur le plan des apparences, il y a malheureusement une tragique cohérence à faire le lien entre le renoncement du politique à changer la vie, tout particulièrement des plus modestes, et un doute profond sur les motivations réelles des candidats aux élections. Ne pas avoir conscience de cet insupportable soupçon permanent sur l’action des élus, faire comme si ce contexte pesant partout en Europe n’était qu’une mode passagère, c’est donner des arguments à celles et ceux qui en font leur fond de commerce politique.
Ne nous trompons pas: la gauche a battu la droite, mais elle ne l’a pas emporté dans la bataille culturelle et encore moins conquis durablement le peuple, loin s’en faut. Dans ce combat, face aux connivences de la droite avec les puissants pour qui seuls elle a gouverné, et après 5 ans de promesses non tenues, le vote pour François Hollande a paru comme un moyen de retrouver un peu de prise sur l’action des élus et sur le cours des choses. S’il y a pu avoir un sursaut en notre faveur, il n’y pas eu de chèque en blanc, et sans aucun doute, le climat de méfiance demeure.

C’est certain, toutes les mesures que la gauche prendra et qui amélioreront le quotidien et l’avenir du plus grand nombre serviront à retisser cet indispensable lien de confiance entre le peuple et ses élus. L’une des condition est que ces mesures soient correctement défendues, d’ampleur suffisantes et surtout portées par toutes celles et ceux qui peuvent donner du sens à l’action politique, celui du progrès. Le volontarisme de la gauche ne sera efficace que s’il vaut pour celles et ceux qui ne s’y retrouvent plus actuellement.
Mais, pour toutes celles et ceux qui décrochent depuis trop longtemps des débats politiques par ce qu’ils ont la sensation qu’on gouverne en leur nom mais pas pour le peuple, la gauche peut afficher un symbole fort, une rupture morale et politique, une éclatante démonstration par la preuve que  celles et ceux qui dirigent le pays privilégient définitivement l’intérêt général à leurs intérêts personnels: le renoncement au cumul des mandats.
Ne nous trompons pas: au delà de l’amélioration de la qualité du travail de nos élus et en attendant la nécessaire respiration démocratique dont nos institutions locales, nationales et européennes ont tant besoin, le non-cumul des mandats représente une mesure essentielle d‘apaisement et de sérénité du climat démocratique, une étape incontournable de la reconquête de crédibilité de la parole publique, un pilier ferme à l’édifice républicain qui redonnera un sens plein et entier à l’acte citoyen de voter

Source : Antoine Détourné


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Pourquoi toute notre Justice est à reconstruire ?

    Pourquoi toute notre Justice reconstruire

    Le NouvelObs publie ce mercredi sur son site internet, l’interview de Christophe Régnard, président de l’Union syndicale des magistrats, qui dresse un bilan... Lire la suite

    Par  Rsada
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Pourquoi on ne l'aime pas...

    Pourquoi l'aime pas...

    Dans un article, en anglais, de Hugh Schofield sur le Mag de la BBC, on s'interroge sur les raisons pour lesquelles Nicolas Sarkozy n'est pas aimé. Tout y passe... Lire la suite

    Par  Lgdeluz
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Pourquoi je voterai Bayrou

    Pourquoi voterai Bayrou

    Dimanche prochain je voterai pour François Bayrou. Voici quelques mots pour vous convaincre de faire comme moi. Je crois qu’il faut donner nos voix à François... Lire la suite

    Par  Pguillery
    HUMEUR, POLITIQUE
  • Pourquoi je n’ai pas vote

    Pourquoi n’ai vote

    Après mes confrères, à mon tour d’exprimer sur notre webzine préféré, les raisons de mon non vote.Tout d’abord je suis née en Espagne, mais je vis en France... Lire la suite

    Par  Legraoully
    HUMEUR, POLITIQUE
  • Pourquoi c'est joué ?...

    Pourquoi c'est joué ?...

    Bon c'est vrai, je ne devrais pas vendre la peau de l'ours..., car l'alternance c'est toujours difficile. Mais je sens que les Français sont mobilisés.Et puis,... Lire la suite

    Par  Lgdeluz
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Pourquoi la main du Peuple ?

    Pourquoi main Peuple

    Habituel faiseur de roi des scrutins, l’électorat centriste fédéré par François Bayrou s’est fait griller la priorité lors du 1er tour des présidentielles. Lire la suite

    Par  Rsada
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Pourquoi Bayrou vote Hollande ?

    François Bayrou a annoncé hier qu'il allait voter François Hollande dimanche. Cette décision marque une rupture avec la tradition du centre en France qui a... Lire la suite

    Par  Flavienneuvy
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Aurelinfo 1319 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine