Magazine Info Locale

Une leçon d'Anglais

Publié le 05 octobre 2012 par Bordeaux7

Une leçon d'AnglaisDominateur et appliqué, surtout en première mi-temps, Bordeaux s’est pourtant incliné hier soir sur la pelouse de Newcastle (3-0). Dans le nord de l’Angleterre, Francis Gillot et ses hommes ont raté le coche avant de baisser de pied après le repos.

Si cette défaite n’a rien d’infamant, même face à une équipe bis de Newcastle - cinq titulaires laissés au repos par le coach Alan Pardew -, elle met un terme à la belle série d’invincibilité entamée en fin de saison dernière par Ludovic Obraniak et ses partenaires. Bordeaux n’avait plus connu la défaite depuis 17 matchs, c’est désormais chose faite. Une autre série, en revanche, a encore de beaux jours devant elle : en coupe d’Europe, les Marine et Blanc s’inclinent chaque fois qu’ils traversent la Manche - cinq défaites en cinq matchs, aucun but marqué ! Bordeaux pourra toujours se consoler en se disant qu’il s’est incliné face à l’autre grand favori de cette poule D et que cette défaite n’hypothèque en rien les espoirs de qualification pour les seizièmes de finale, Bruges ayant battu le Maritimo Funchal dans l’autre match de ce groupe (2-0).
Une stratégie offensive
Cette défaite, et ce scénario cruel, les Girondins pourront les ruminer longtemps. En football, c’est bien connu, dominer n’est pas gagner. Et depuis leur hold up à Lyon dimanche dernier (0-2), les Girondins le savent mieux que quiconque. Mais quand la maxime s’applique, mieux vaut se trouver du bon côté. Hier soir, les Girondins ont montré un visage autrement plus conquérant qu’au stade de Gerland. Le coach bordelais avait décidé de ne pas reconduire son système « coffre fort » en 5-3-2. Exit la défense à cinq, retour à une défense à quatre. Une option clairement offensive, d’autant que Jussiê accompagnait Gouffran en pointe, permettant, avec le renfort du trio Plasil-Saivet-Obranik, de disposer d’une véritable force de frappe aux avant-postes. Un choix qui aurait pu être payant durant le premier acte.
Car dans un début de match rythmé et plaisant, Bordeaux se montrait le plus dangereux. Dès la sixième minute, à la suite d’un beau mouvement sur la gauche, Jaroslav Plasil déposait un ballon ciselé sur le crâne de Ludovic Obraniak qui ne parvenait pas à cadrer. Bien en jambes, jouant juste et vite, l’équipe au scapulaire affichait tout de suite ses intentions et mettait plusieurs fois à contribution le portier britannique (7e, 15e).
L’efficacité des Magpies

Las, s’ils n’avaient pas tiré les premiers, les Anglais se montraient les plus réalistes. Gabriel Obertan, intenable hier soir, débordait Mariano et Henrique avant d’adresser un centre à ras de terre millimétré pour Ameobi. Le Nigérian n’avait plus qu’à pousser tranquillement le ballon au fond des filets (1-0, 16e). Bordeaux ne se décourageait et poursuivait son entreprise de construction du jeu. Grâce notamment à l’activité de Benoît Trémoulinas et Mariano sur les ailes, les Girondins se créaient plusieurs opportunités mais ni Sané (20e, 39e), ni Gouffran (29e) ne parvenaient à trouver la faille dans la défense anglaise. Il fallu une erreur individuelle pour sceller le sort de la partie. à cinq minutes du repos, Henrique déviait dans son propre but un centre sur lequel Cédric Carrasso semblait pourtant prêt à intervenir (2-0). Au plus mauvais moment, le Brésilien infligeait un handicap de deux buts à sa formation. Déstabilisé par ce coup du sort, Bordeaux passait tout près de la correctionnelle trois minutes plus tard, mais le portier girondin s’interposait brillamment sur une frappe d’Anita. Son premier véritable arrêt de la partie...
La messe semblait dite pour Francis Gillot qui sortait Plasil et Obraniak dès la mi-temps et choisissait de sécuriser sa défense en repassant à cinq derrière. Dans un deuxième acte insipide, Bordeaux encaissait tout de même un troisième but par Cissé, pourtant en position de hors jeu au départ du ballon (49e). Bordeaux n’aura pas beaucoup de temps pour se remettre de ce coup d’arrêt. Dimanche, dès 14h, les Girondins se déplacent à Brest.•

OSF

Photo AFP

ç

Retour à La Une de Logo Paperblog