Magazine Médias

Les joies (????) du célibat (3) : Je me découvre une passion pour Glee

Publié le 06 octobre 2012 par Poclatelephage

A force de ne pas être au top, le pire est arrivé. J’incriminerai le manque de sommeil, le stress, un peu le chagrin, et voilà ce matin en regardant le 404 de « Glee », j’ai réalisé que je trouvais ce début de saison excellent.Je vais me chercher des excuses maintenant.  [A TITRE INDICATIF, JE SPOILE LA SAISON DE GLEE] 
Cette saison se doit de relever un défi de taille : assumer que les personnages majeurs de la série, car ne nous leurrons pas, on s’en fout de Blaine, Artie, Tina et Sam, aient quitté le lycée et soient partis vivre leur vie ailleurs.
Comment faire fonctionner « Glee » hors du lycée ? Comment faire grandir les personnages ? Beaucoup de scénaristes s’y sont cassé les dents avant.
Réussir le virage lycée / faculté, c’est l’enfer, et là pas question de faire un saut de 5 ans dans le temps.

Les choses ont plutôt bien démarré, notamment avec un épisode 2 centré sur les errances de Brittany, qui revivait les pires moments de la carrière de Britney Spears, absolument génial.
Les trois premiers épisodes de la saison posaient les jalons : l’adaptation difficile de Rachel à New-York et l’arrivée de Kurt pour la soutenir, l’absence inexplicable de Finn, la crise de vocation de Will, Blaine qui souffre de l’absence de son amoureux, et Santana qui manque à Brittany, qui en pète les plombs donc.
Toutes les graines semées, l’épisode 4 a fait rompre en une fois, très proprement, quatre couples. La secte coréenne marie à tire-larigot, il faut certainement rétablir un équilibre cosmique.
 Les joies (????) du célibat (3) : Je me découvre une passion pour Glee
Santana ne peut pas gérer Brittany à distance, et sent bien qu’elle peut avoir des opportunités sexuelles avec d’autres filles.
Blaine, délaissé, a trompé Kurt.
Rachel grandit et Finn reste Finn.
Will veut partir défendre la culture à Washington et Emma ne veut pas devenir une potiche.
C’est simple et pourtant ça dit beaucoup de choses sur le fait de changer et de grandir. Du coup, ça force mon admiration.

Dans un autre état d’esprit, j’aurais peut-être trouvé tout cela parfaitement niais, mais « Glee » retrouve dans cette saison ce qui fait le génie des séries américaines mettant en scène des ados : « Dawson », « Buffy », « Les Frères Scott » (non là je déconne)…à un moment ils grandissent et les choses changent. Mais, ce n’est pas grave, enfin sauf pour ceux qui restent sur le carreau au Glee club.
Voilà comme j’ai apparemment 17,5 ans, tout ceci me parle très fort.
Pour le moment, aucun retour à la lucidité n’est envisagé. Vous êtes donc libre de rayer violemment ce blog de vos favoris. Si vous me cherchez, je regarde « Le Prince de Bel Air » sur AB1.
[*Sursaut* Je trouve quand même un gros défaut à la saison, je vous rassure, l'arrivée de deux personnages nuls, les Rachel et Finn 2.0, pour que la série ne se perde pas trop. Personnellement, et là j’ai 28 ans à nouveau (………), je ne vois pas l’intérêt de l’introduction dans la série de cette jeune et gentille fille de cuisinièr qui est amoureuse du demi-frère rebelle de Puck. Tina, Artie, et Sam sont tellement nazes décidément qu’ils ne suffisent  même pas pour animer le Glee Club. Je ne vous parle même pas de Unic, que même au top du politiquement correct, je hais. Quant à la nouvelle Quinn, j’ai bien saisi le message, mais je la déteste. Je sais, c’est fait pour, mais elle est moche en plus. Quant à Sue, elle n’est plus que l’ombre d’elle-même.]

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Poclatelephage 1254 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines