Magazine Moyen Orient

Et si on optait pour le calumet de la paix?

Publié le 08 octobre 2012 par Fouzi53 @fouzi53
Et si on optait pour le calumet de la paix?

Il semblerait donc, d’après un quotidien de la place, L’Economiste pour ne pas le citer, que la légalisation du cannabis serait à l’ordre du jour au sein de l’hémicycle sur proposition de deux députés, l’un appartenant à la majorité ( Istiqlal) , et l’autre à l’opposition(USFP), une sorte de consensus, une fois n’est pas coutume. Alors, imaginons le temps de la lecture de ce post, que cette proposition puisse aboutir! Quelles en seraient les répercutions immédiates sur la région du RIF en général et l’industrie du tourisme en particulier?

Pour rappel, la région de la culture du KIF se trouve à cheval sur deux territoires touristiques de vision 2020 : Cap Nord et Maroc Méditerranée. La région se positionne sur une offre balnéaire et culturelle combinant le loisir et le développement durable.

La plante aurait fait son apparition au Maroc au XII eme siècle avec l’arrivée des Arabes, pour s’implanter en pays Senhaja au XV eme siècle plus précisément à Ketama. Ce n’est que bien plus tard, au XIXe siècle, que le sultan Moulay Hassan 1er (1873-1894) autorise officiellement la culture du cannabis pour la consommation locale dans cinq douars,  des tribus des Ketama, des Beni Seddate et des Beni Khaled, vraisemblablement pour des raisons purement sociales.

Depuis, et malgré les différentes occupations espagnoles et françaises, la culture et la consommation du kif, ont toujours été tolérées dans cette région. C’est dire que l’histoire du RIF est intimement liée à cette culture dont vivent les populations  depuis des décennies avec tous les aléas que cela procure de part le statut restrictif concernant son exploitation, sa distribution et sa consommation.

Ainsi donc, sa dépénalisation pourrait être envisagée dans un premier temps dans les limites géographique de sa culture. Sur cette base, cette région pourrait, dans le cadre d’un développement durable, opter pour la promotion des produits de son terroir, dont le KIF serait le produit phare.

Les études faites sur cette plante indiquent son caractère thérapeutique sur certaines pathologies et déjà plusieurs pays le prescrivent pour certains maladies, troubles et syndromes variés.

On peut donc penser , au développement d’une pharmacopée liée à cette plante, dans sa région d’origine avec une sélection des plants en vue de leur efficacité thérapeutique. Les paysans pourraient profiter de ses études pour optimiser leur production et être rémunéré au juste prix de leurs efforts.

D’autre part, les avis sont partagés sur l’aspect nocif de cette plante, qui ferait partie des drogues dites douces. Elle a ses partisans et ses opposants et rien de vraiment concluant, ne peut la départager des effets de la cigarette ou de l’alcool sur l’organisme.

Les consommateurs sont nombreux et prêt à faire le déplacement pour déguster sur place. Une aubaine pour le tourisme qui verrait par là une augmentation exponentielle de ses arrivées et de ses nuitées. La consommation touche toutes les catégories socio professionnelles et toutes les couches de la société internationale. La législation devrait néanmoins protéger les mineurs  et informer sur les risques encourus. Le benchmark des pays (17)  ayant fait le pas de décriminaliser la consommation du cannabis peut servir de base de réflexion.

Dans les années 60, le Maroc a vu déferler la vague de hippies à Marrakech , Essaouira et bien sûr Ketama dans un contexte spécial. Ce mouvement qui prêchait l’amour et non la guerre, en réponse à la guerre du Vietnam avec une jeunesse n’ayant connu ni la crise de 1929, ni la seconde guerre mondiale , avide de libertés et prônant la  non violence.

Aujourd’hui, la situation est autre et cette «prohibition» fait surtout la part belle aux contrebandiers et autres barons qui en profitent bien , accumulant des fortunes qui leur permettent de se jouer de toute restriction au détriment de ceux qui pourraient en vivre dignement . Comme l’a dit un ancien Ministre de l’intérieur français, Daniel Vaillant, député socialiste qui demande au gouvernement français «de faire preuve de courage et de lutter contre l’économie parallèle, le trafic et la consommation dangereuse» en appelant à la légalisation du cannabis thérapeutique !!!!

Donc, en supposant que nos députés aient gain de cause, il faudrait préparer le CPR dans le cadre de la vision 2020, en incluant cette aubaine capable de nous faire grimper dans le top 10 des destinations touristiques en un temps record.

Les low cost ne se feront plus prier pour desservir cette région et l’ONMT pourrait faire des économies de budget, le produit ayant suffisamment d’arguments pour se vendre tout seul et dégager des excédents pour faire la promotion des autres territoires. Plus de problème de DMS, ni de taux de remplissage et  gare au surbooking.

Sur cette niche, il y a également des opportunités pour le segment du luxe comme on le voit dans certains films avec une clientèle en quête de sensations fortes, tuant son spleen comme elle le peut et si possible dans un confort adéquat. Les grandes chaines, ne devraient donc pas se faire prier pour investir dans la région. Cela sera une sorte de Las Vegas du joint, à défaut du jeu.

Mais comme dirait l’autre, on arrête de tirer sur le tarpé, la lecture du post est terminée…..


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fouzi53 1788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte