Magazine

Les étoiles des étoiles.

Publié le 25 mars 2008 par Stenyk
Le français Alain Bernard vient de battre les records du monde du 50 m et 100 m nage libre, performance historique.
Dans ma vie, j'ai eu l'occasion de nager à coté d'un vice champion olympique de natation et de m'entrainer avec des champions de France, d'Europe et du Monde de football.
Au cours de ces multiples occasions, j'ai pu ressentir la différence qu'il existe entre moi, sportif confirmé, et eux, athlète de très haut niveau.
Cette différence ne s'exprime que par 3 mots : l'inné, le travail et la chance.
INNE: car en effet, comme dit le proverbe, "on ne fait pas d'un âne un pur sang", on ne fait pas d'un être humain au capacités physiques normales un champion. Il faut des prédispositions naturelles que je n'avais pas. Dans l'équipe, je faisais le nombre, contrairement à certains qui étaient déjà en route pour une carrière pro.
TRAVAIL: sans un travail assidu, constant et continu, même le meilleur en tout ne réussira rien. De mon côté, j'ai toujours été plus attiré par le fait de "comprendre pourquoi je faisais tel acte" que "d'être le meilleur dans un domaine sans savoir pourquoi". Je préfère l'analyse à la performance et ce mode de fonctionnement n'est pas compatible avec la réussite sportive et footballistique.
CHANCE: car tout simplement, il faut que les paramètres s'accordent. En effet, combien de champions n'ont rien gagné car ils n'étaient pas au bon endroit au bon moment.
Alors, à mes yeux, ces grands champions, qui ont pu pleinement et librement s'exprimer, sont les bénis des dieux, nés sous une bonne étoile parmi les étoiles.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Stenyk 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog