Magazine

Thierry Robert, tête à (donner des) claques

Publié le 18 septembre 2012 par Laurelen
Thierry Robert, tête à (donner des) claques On se souvient des moeurs politiques des années 80 et 90, quand, pour un journaliste, aller à une réunion politique était aussi risqué que couvrir des émeutes. On se rappelle de cet ancien élu de l'Est qui avit interdit son conseil municipal à un quotidien local, accusé de n'être pas assez tendre avec lui. On se souvient des nervis du Tampon, de Saint-André, et d'ailleurs, et de leurs douces méthodes. Grand nostalgique d'une époque qu'on croyait révolue, l'élu de l'Ouest a décidé de les remettre au goût du jour.
Vendredi, Thierry Robert se rend à la préfecture pour réclamer au préfet 44 contrats aidés, accompagné d'une cohorte de supporters amenés en cars (là aussi un grand classique). Il envisage de passer la nuit sur place, et se fait virer manu militari par les forces de l'ordre. Puis est emmené aux urgences, l'évacuation ayant causé quelques bobos. Le lendemain, le Journal de l'île de la Réunion relate les faits, avec comme titre en une "Le grand cinéma". Un titre de une qui va provoquer l'ire de l'élu Modem. Qui organise une conférence de presse devant la préf, affublé d'une jolie minerve, stigmate de sa nuit aux urgences. Autour de lui une grosse centaine de ses partisans.
Dès le début de la conférence de presse, le ton est donné par Thierry Robert : "Les journalistes du Jir ne sont pas les bienvenus", lâche-t-il en préambule. Une journaliste de Clicanoo est repérée par la foule excitée, et prise à partie. Edouard Marchal, rédacteur au Quotidien, s'interpose. Il est alors frappé par ce qu'il est convenu d'appeler des nervis, sous les yeux impassibles de Thierry Robert. Le journaliste sera admis à son tour aux urgences, puis décidera de porter plainte. Les réactions syndicales et politiques ont fusé dans la journée. Aujourd'hui, une manifestation est organisé à l'initiative du Syndicat national des journalistes (SNJ) sur l'esplanade des Droits de l'homme, à Champ-Fleuri. Dès dimanche, l'info de l'agression était reprise par plusieurs sites de la presse nationale. Thierry Robert, après le foin autour des requins, fait encore de la pub pour la Réunion... Il devrait prendre la direction de l'IRT...

François GILLET

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Laurelen 224592 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog