Magazine Conso

#181 666 Park Avenue. Même pas peur.

Publié le 11 octobre 2012 par Victoireroset @victoireroset

Ca faisait longtemps que je ne vous avais pas parlé séries. Une des nouveautés attendue de la rentrée est : 666 Park Avenue, donc voici le trailer ci-dessous (en vostfr)

#181 666 Park Avenue. Même pas peur.

On retrouve notre chère Vanessa Williams (Olivia), Wilhemina Slater d’Ugly Betty, ou Renée de Desperate Housewives, en pétasse pimpante de l’upper east side. Elle est accompagnée de Terry O’Queen (Gavin), John Locke de Lost, qui persévère dans les rôles de psychopathe tête à claque. Mais ce ne sont pas les seuls héros, un nouveau couple à l’écran composé de Rachael Taylor (Jane) la fausse blonde aux sourcils trop foncés … et de Dave Annable (Henry) alias Justin de Brothers and Sisters, en beau minet propret.

#181 666 Park Avenue. Même pas peur.

#181 666 Park Avenue. Même pas peur.
Un joli casting de têtes déjà connues, qui évoluent dans un sublime immeuble à New York, le Drake, au 999 Park Avenue. 666 pour les intimes. Le titre en dit long, et dès les premières minutes on comprend que le paranormal est de la fête, avec aux commandes Gavin et Olivia, les maîtres du building. Ils engagent Jane et Henry comme co-managers (en gros les concierges) qui vont découvrir petit à petit qu’il se passe des choses pas très catholiques dans cet immeuble newyorkais.

Comme le building est composé de plus de 300 appartements, on imagine le nombre de protagonistes possible et donc le nombre d’histoires farfelues que les scénaristes vont pouvoir proposer au fil du temps. Dès les deux premiers épisodes, beaucoup de personnages rentrent en scène, parfois de manière incongrue, et nous laissent un poil perplexe. Difficile de se familiariser avec tout le monde alors qu’on essaye déjà de s’attacher aux 4 personnages principaux.

#181 666 Park Avenue. Même pas peur.
David Wilcox, a qui l’on doit notamment Fringe, s’efforce de nous plonger dans le paranormal glauque tout en apportant une touche glamour façon Gossip Girl. Alors entre une défenestration et un meurtre, vous vous trouverez en pleine séance shopping de robes Stella McCartney. Jane, notre héroïne, se plait à porter des tenues de gala tous les soirs et de picoler du champagne, comme toute bonne concierge, et passe la fin de ses nuits en petite culotte dans les sous-sols. Jusque là tout va bien.

Même si le stylisme et les coiffures laissent un peu à désirer (je n’en peux plus de ces robes rouges en soie, moulantes et ras la culotte), les terrasses panoramiques où les appartements de 300m2 laissent rêveurs. L’histoire peine un peu à trouver un sens, mais nous n’en sommes qu’au deuxième épisode, d’un show qui devrait en comporter 13. Moi qui comptais sur Vanessa Williams pour me faire rire comme dans Ugly Betty, ou sur le torse de Dave Annable pour me faire chavirer, pour le moment, je ne suis pas conquise. Je me sens un peu balancée dans tous les sens, je ne comprends pas vraiment les différentes histoires pour le moment, trop anecdotiques et pas assez poussées. Rachael Taylor peine à convaincre à force de minauder, et coche toutes les cases du « comment être cliché dans une série américaine » (et faut vraiment qu’on lui change son coiffeur).

Je continuerais encore un ou deux épisodes, leur laissant le bénéfice du doute, avant de changer de trottoir et de prendre une suite à L’Empire Hôtel. En effet Gossip Girl vient d’entamer son ultime saison, composée de seulement 10 épisodes, et à priori, ca va bitcher sévère.

Et vous, avez-vous regardé ? Qu’en avez-vous pensé ?

Victoire.


Classé dans:Arts. Pub. Média. Tv. etc. Tagged: 666 park avenue, série US, séries US

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Victoireroset 1668 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines