Magazine Côté Femmes

Voyagez en premiere

Publié le 30 mars 2008 par Ia076

Le Luxe suprême : les nouvelles cabines Première Classe: Si vous rêvez de rouler en limousine sur le tarmac de Roissy pour rejoindre votre avion, c’est désormais possible avec Air France. Ce privilège fait partie de l’accueil ” personnalisé ” réservé aux heureux détenteurs d’un billet Première. Quelle que soit leur destination, ils sont cueillis au terminal E par une hôtesse qui les accompagne jusqu’à l’avion, via un salon privé.
Même la Business Class a désormais un air de parc à bestiaux lorsqu’on a goûté
la Première. Ici, la promiscuité est un lointain souvenir. La tendance consiste à isoler chacun des passagers dans une véritable cabine, dont les portes coulissantes assurent une intimité maximale. Quand toutes les First, et maintenant les Business dignes de ce nom (British Airways fut pionnière), offrent des fauteuils-lits, l’innovation consiste à installer à côté du siège un lit, un vrai. Prochaine étape ? Pourquoi pas de véritables chambres. En attendant, on se sent déjà comme chez soi dans cet univers feutré. La preuve, les habitués enfilent très vite le pyjama (griffé Lacroix, Givenchy ou Shanghai Tang) offert par l’hôtesse. 
Voyager en First, c’est aussi la promesse de croiser d’anciens présidents de la République ou des top models en tenue de nuit. Contrairement à la croyance populaire, le taux de remplissage des Premières Classes est élevé (80 % en moyenne sur Singapore Airlines) et la majorité des passagers sont des clients privés (jusqu’à 70 % sur le Paris-Tokyo de Japan Airlines) plutôt jeunes, les 40-50 ans constituant le gros des troupes. Ajoutez de vrais people et quelques jeunes mariés qui cassent leur tirelire pour connaître le ” septième ciel “ : Singapore Airlines met même à leur disposition une ” suite nuptiale ” avec lit double.

Sans atteindre tout à fait les ratios de la restauration trois étoiles, ce type service en vol requiert un personnel nombreux : trois membres d’équipage pour huit passagers et plus lors des repas. Le personnel se doit aussi d’être stylé, ce qui suppose en général de dédier des équipes particulières à la Première, surtout en Asie et dans le Golfe. 
Autre idée reçue : “la Première n’existe pas à moins de 10 000 euros”. C’est vrai, si vous voulez profiter du rêve absolu, par exemple un aller-retour vers Sydney sur Singapore Airlines. Sinon, faites un tour sur le Net: on y trouve régulièrement des allers-retours en Première vers l’Asie autour de 5 000 euros (6 000 pour pousser en Australie).

Des tarifs moins chers que ceux proposés en Classe Affaires, sur les mêmes trajets, par d’autres compagnies. Les billets sont vendus avec certaines restrictions (de date en particulier), mais aucune mauvaise surprise en cabine, car ces offres émanent des meilleures compagnies du monde.

Et si  vous voulez du grand standing, vous pouvez trouver maintenant sur certains longs courriers des “suites privées” version hyperluxe, avec diner en tête à tête et nuit ultra perso. Sur Singapoure Airlines, les suites sont designées par JJ Costes, les sièges sont de Poltrona Frau et la literie, de Givenchy. Ecrans plats, trousse de soins Ferragamo et grands crux classés. Sur la compagnie très haut de gamme Jet Airways, on trouve un fauteil massage, des cabines à double portes coulissantes, un siège pour invité, une penderie individuelle… et comme à l’hôtel, on peut même installer un signe “do not disturb” sur la porte de la cabine.

Du grand art… mais pour nous, pauvres mortels, uniquement réservé pour le plaisir des yeux!!

Si jamais un jour, votre chéri vous proposait un Voyage au Pays des Merveilles, ne cherchez pas, je vous donne les noms : Cathay Pacific( www.cathaypacific.fr), Thai Airways ( www.thaiairways.fr) et Etihad ( www.etihadairways.com). Et, au passage, rendez-vous sur les sites de référence du voyage aérien ( www.airlinequality.com et flatseats.com) et.. en attendant, rêvez bien et bon vol !!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ia076 29 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine