Magazine

Rencontre avec Raghunath Manet, le maître du bharata-nâtyam

Publié le 30 mars 2008 par Sarah Oling
Juste en cet instant,quelques mots jetés en offrande à ce magnifique hasard auquel je refuse de croire… Vendredi matin, à la Foire de Lyon. Venue pour visiter le pavillon de l’Inde, venue sans savoir que Raghunath  Manet se produisait ce jour-là. Le danseur adulé autant par les Indiens que par un public hétérogène, peu familier  des codes de la danse indienne. Une star. Terme qu’aurait abhorré son maître, Ram Gopal, dont il est le fils spirituel et duquel il reçu les enseignements du bharata-nâtyam.  Ram Gopal…Et je comprends soudain que, décidément non, le hasard n’est pas convié ce jour-là. C’était en 1998. Je venais de rentrer d’Israël. Laissant momentanément mon travail de journaliste de côté, je me lançais dans une mission d’attachée de presse pour une compagnie de théâtre. C’est ainsi que je rencontrais un réalisateur, Denis  Lazerme, avec lequel je nouais rapidement des liens d’amitié. Il venait de terminer un film sur et avec Ram Bopal et projetait de partir à Bangalore, avec moi, si je le souhaitais, pour rencontrer de nouveau le maître, déjà très âgé. Ce documentaire, flamboyant, « Rien qu’un Soleil », je l’intégrais au plus profond de mon être. C’était l’Inde, déjà, Pondichéry, la danse indienne, le kathakali, entre autres, qui peu à peu, habitèrent un espace protégé de ma mémoire. Nous ne pûmes aller à Bangalore,  à la rencontre de Ram Gopal, malade, épuisé même, mais je garde encore le souvenir de la conversation téléphonique que j’eus avec lui, du souffle mystérieux de sa voix, dont je ne puis aujourd’hui m’empêcher de penser qu’il fut inconsciemment à l’origine du manuscrit que j’achevais récemment. Qui se passe en Inde, à Pondichéry, entre autres, et qui raconte l’histoire de deux danseurs de kathakali. Qui, comme Raghunat Manet, voulurent moderniser cette danse, mais qui, eux,le payèrent de leur vie. J’attendis que Raghunat descende de scène pour saluer son public. Puis il accepta le petit entretien que je sollicitais et nous eûmes un bel échange, évoquant, entre autres,  son maître, qu’il rencontra  à Londres, presque à la fin de sa vie. Partagea un temps et un espace sacré, celui de la transmission du maître au disciple. Notion chère à Ram Gopal. Il était à ses côtés, aux derniers instants, à Bangalore, pour l’accompagner de « l’autre côté du miroir ». Et Ram Gopal est désormais présent spirituellement à chaque acte sacré de sa vie. La danse en est un. . Lorsque j’ai quitté Raghunat Manet, j’entendais de nouveau la voix de Ram Gopal et je ressens désormais que ce livre que j’ai écrit, en croyant qu’il venait de mon seul imaginaire, porte en filigrane la résonance de cette voix. Et que ce livre sera publié. Parce qu’il en est ainsi.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sarah Oling 282 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog