Magazine Côté Femmes

Ces gens qui ne se mêlent pas de leurs affaires...

Publié le 22 octobre 2012 par Lesimparfaites
La semaine dernière, on a abordé un type de personnes qui ne se mêlent pas de leurs affaires, appelons-les les pro-papas.
Cette fois, allons-y avec les inconnus. Ceux qui entrent dans notre bulle sans qu'on les ait invités. Quand ça se produit dans les transports en commun -ou tout le monde se mêle généralement de ses affaires et protègent le minimum de bulle qu'il lui reste (convention non écrite issue du gros bon sens)-, ça détonne toujours un peu (beaucoup).
Certaines personnes se sentent étonnamment concernées par d'autres alors qu'elles n'ont strictement rien à faire là. Exemple:
L'autre jour dans le métro, une mère réprimande sa fille de 4 ans je-ne-sais-trop-pourquoi (je me mêlais de mes affaires). La petite se met à pleurer (à mes yeux aguerris, cela se classait dans la catégorie larmes de crocodiles). La mère lui tient tête. Ça reste de même quelques minutes et je perçois que la mère en avait assez et qu'elle est contente de son effet (j'ai le goût de lui faire un High Five!). Mais voilà qu'une passagère sortie de nulle part s'avance vers la petite, qu'elle lui sort sont iPhone et lui montre des jeux. Z'auriez dû voir la face de la mère devant le regard de vainqueur que lui a lancé la petite! La pauvre, elle tentait tant bien que mal d'asseoir son autorité dans un lieu public (pas facile, je lui lève mon chapeau de tenir son bout dans un métro bondé!) et que l'inconnue décide d'intervenir et de saboter tout ce que la mère avait réussi à faire.
Un geste de gentillesse? Bof. Aucun mérite quand t'es pas foutue de décoder que c'est pas ta place. Ça annule la gentillesse, tant qu'à moi.
Un autre exemple de type «personnes âgées»:
On dînait, les enfants, TriplePapa et moi, dans la foire alimentaire d'un centre commercial. On se lève et on s'apprête à quitter la table quand une dame âgée assise à la table d'à côté mets ses mains sur les cuisses de Lili et lui dit à deux pouces de sa face: «Pauvre petite!». Juste ça! Et elle retourne à son café et son mémérage à sa table.
Lili me dit aussitôt: «Mais pourquoi elle me dit ça?!»
Je n'ai pas le temps de trouver la bonne formule que Momo lui répond: «Ben, parce que t'es en fauteuil roulant!»
Lili: «Ok, mais je ne comprends pas pareil. Maman, pourquoi elle m'a dit ça?!»
Eh bien grâce à l'intervention non sollicité et fort peu délicate de la dame, on a dû se trouver un banc pour s'asseoir (parce qu'on avait déjà sauté sur notre table, c'est ça les foires alimentaires!) et aborder avec Lili (au centre d'achat, wow!) un sujet qui n'avait pas fait surface jusqu'à maintenant, sa grande malchance d'être en fauteuil roulant (aux yeux de certaines personnes). Car Lili, elle se s'en fait pas trop avec ça. Mais bon, d'apprendre que les autres trouve ça plate pour elle, ça l'a fait pleurer (une chance qu'une autre n'est pas débarqué avec son iPhone pour l'égayer!).
Des fois, j'aimerais me venger et aller dire tout haut aux inconnus ce que je pense d'eux tout bas. Ça viendra... Un jour, moi aussi je passerai mon après-midi à siroter un café et j'aurai perdu conscience des conventions sociales!

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lesimparfaites 61677 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine