Magazine Échecs

Clair-obscur autour du jeu d'échecs

Publié le 22 octobre 2012 par Echecsinfos
Clair-obscur autour du jeu d'échecs
Le clair-obscur est une pratique artistique qui remonte à la Renaissance.
Définition : le monde terrestre est plongé dans l’obscurité tandis que l’intrusion divine se signale par la lumière de l'action. Ce procédé permet d’augmenter la tension dramatique, de figer les attitudes à un moment précis, de mettre en volume les personnages et de donner l’illusion du relief.

Le photographe Jean-Philippe Riant nous offre une version échiquéenne très réussie.
COMPOSITIONL’image propose deux univers.Un intérieur, avec une pièce dont la limite est une porte vitrée. On y voit de jeunes joueurs d’échecs retranchés dans l’ombre. La lumière portée sur les échiquiers se dirige vers l’extérieur.La lecture visuelle nous invite à considérer que l’on voit le jeu mais que l’on ignore ce qui se passe dans la tête des joueurs.Un extérieur, que l’on devine être une cour de récréation. Un visage à la fenêtre regarde les parties jouées à l’intérieur.La lecture proposée est celle d’un reflet de notre propre vision. Le visage observe comme nous, les joueurs.
AMBIANCEIl règne dans la pièce une agitation en apparence désordonnée. A l’extérieur, le visage solitaire semble enfermé dans une bulle de silence.C’est un paradoxe.Il est difficile d’échapper à cette réflexion : en général, les enfants jouent dans la cour de récréation et le maître reste seul en classe.C’est donc un moment inversé qui nous est proposé, en écho à la dualité du jeu d’échecs et à ses oppositions noirs-blancs.Mieux, l’image fait ressortir à la fois le caractère ludique du jeu et le regard sérieux posé sur le jeu d’échecs.
DÉTAILSDans sa version la pus aboutie, Jean-Philippe Riant préfère un clair-obscur poussé à ses limites.Nous préférons la version qui laisse voir les détails – très fins et attachants – des mains, et des attitudes.Au premier plan et premier échiquier, une main est suspendue dans un geste caractéristique du joueur qui vient d’appuyer sur sa pendule.Troisième échiquier, un joueur fait reposer sa tête dans ses mains dans une attitude de réflexion. Un peu partout, semble-t-il, des mains soulèvent des pièces.Et, curiosité, le geste le plus net est celui du dernier échiquier avec un mouvement déterminé et élégant d’une très jeune fille.
Jean-Philippe Riant | © 2010  Pariswww.riant.frClair-obscur autour du jeu d'échecs

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Echecsinfos 152 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines