Magazine Auto/moto

Acura ZDX 2013 : le chant du cygne

Publié le 22 octobre 2012 par Critiqueauto
Acura ZDX 2013 : le chant du cygne

Un peu comme le BMW X6 et la Honda Crosstour, on se demande bien ce que l’Acura ZDX vient faire dans le marché. On se demande également quel type de consommateur prendra la décision d’acheter ce véhicule. Si j’avais à m’avancer un peu, je dirais que la personne qui achète un ZDX est une personne qui aime se retrouver dans un véhicule exclusif qu’on retrouve au compte-gouttes sur la route. Le ZDX, on l’aime ou on ne l’aime pas.

Mécanique

Sous le capot de l’Acura ZDX, on parle de simplicité. En effet, le constructeur japonais s’est limité à une seule motorisation. Il s’agit du V6 de 3,7 litres à simple arbre à cames en tête qui développe une puissance de 300 chevaux à 6 300 tours par minute. Pour ce qui est du couple que ce moteur produit, on parle de 270 livres-pieds à 4 500 tours. Pour gérer la puissance de cette mécanique, Acura a opté pour une boîte de vitesses automatique à 6 rapports avec leviers de sélection au volant qui fait un travail magnifique. Malgré sa taille et son poids, qui dépasse les 2 000 kilos, le ZDX se tape le 0 à 100 km/h en un peu plus de 8 secondes et atteint une vitesse de pointe de 200 km/h.

L’Acura ZDX affiche une excellente tenue de route pour son gabarit, merci à la transmission intégrale SH-AWD qui vient renforcer la confiance du conducteur et à la suspension à quatre roues indépendantes. Pour ce qui est des éléments de sécurité qu’on trouve sur le véhicule, mentionnons les freins ABS, l’assistance au freinage, la répartition électronique de la force de freinage le contrôle de la stabilité du véhicule et l’antipatinage.

Habitacle et carrosserie

Il est difficile de répertorier le ZDX. Est-ce un multisegment, une berline bicorps ou un VUS ? On peut dire qu’il a certains traits de caractère des multisegments et qu’il affiche un confort qui s’apparente à celui d’une berline. En raison de sa ligne de toit, la première fois qu’on a à mettre quelque chose dans le coffre, on est surpris par la hauteur du plancher et par la petitesse de l’espace disponible. De plus, on se retrouve avec deux places seulement à l’arrière et pas beaucoup de place pour la tête des passagers.

L’habitacle fait plutôt dans un luxe qui s’apparente à celui d’une berline. Et c’est raffiné. Malgré son gabarit impressionnant, il n’offre pas beaucoup de place pour les passagers et n’est pas très pratique. Mais on lui pardonne ces carences puisque ce sera vraisemblablement sa dernière année de production en 2013.

Conclusion

Comme le modèle disparaîtra l’an prochain, on comprendra que les changements apportés pour 2013 étaient mineurs. On peut affirmer que l’Acura ZDX 2013 détonne dans le paysage automobile. Si vous décidez d’en faire l’acquisition, rappelez-vous bien que véhicule vous coûtera au bas mot 55 000 $; pour un véhicule qui a les côtés pratiques d’un coupé et qui ne vous sera d’aucune utilité, avouez que c’est cher.

The ZDX is relatively refined, but it rides with a sort of muted heft and jiggles busily over rough pavement; for 2013 the Integrated Dynamics System (IDS), which brought multiple modes of suspension firmness and response—with very little increase in performance or comfort, as we noted—so that’s no big loss. Interior trims and finishes are absolutely top-notch and in line with $51,815 price tag. Perforated, heated-and-cooled Milano leather seats are included, with accented stitching and a stunning wrap-around instrument panel that really does live up to the ZDX’s promise of combining a coupe-like design with a little more utility.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Critiqueauto 4697 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines