Magazine Autres sports

Les dernières réflexions sur la semaine # 7

Publié le 23 octobre 2012 par Sixverges
Les dernières réflexions sur la semaine # 7
Bears – Lions, une vieille rivalité qui reprend au Soldier Field ce soir. En voici le résumé qui sera suivi comme d’habitude par les dernières réflexions sur la 7e semaine d’activités dans la NFL.
Lions 7 Bears 13
Détroit part le bal avec… un splendide 3 and out sur lequel Calvin Johnson nous démontre que mêmes les meilleurs ont parfois les mains pleins de pouces. Chicago reprend la balle en bonne position et Jay Cutler gagne lui-même le premier jeu en courant. Ça nous vaut la remarque sur le fait que ses qualités athlétiques sont sous-estimées, remarque que j’entends chaque fois que je vois Cutler évoluer. Donc, si vous suivez à la maison : Cutler = bon athlète, check!
Matt Forte = bon athlète, check aussi. Le RB s’élance sur 39 verges pour amener les siens dans la zone brune. Brandon Marshall complète dès le jeu suivant. Beaucoup trop facile. 7-0 Bears
Autre constante, cette fois d’un reportage impliquant les Lions : une mention qu’ils sont très, très lents à sortir des blocs. Check, ça aussi et mon Dieu que c’est vrai. Stafford a l’air d’un QB de McGill qui affronte le Rouge et Or au premier quart. C’est pénible.
Du côté des oursons, Sugar Jay s’improvise porteur de ballon, avec succès. Parce que les Lions sont les Lions, ils écopent d’une pénalité niaiseuse d’indiscipline en surplus, donc même si la poussée des Bears s’essouffle, Robbie Gould ajoute 3 points à l’avance des siens. 10-0
Gould est présenté comme le botteur le plus précis de l’histoire de la NFL. Chapeau M. Gould, car Chicago, avec sa petite brise du lac et sa météo imprévisible ne représente pas exactement un paradis du botteur.
Une savante combinaison de défensive inefficace et de pénalités stupides repousse Détroit profondément dans son territoire sous la pression de l’attaque de Jay Cutler. Gould s’élance pour le placement, BLOQUÉ par un Lion. Mesdames, Messieurs, voici peut être le jeu du match!
Eh bien non, Détroit nous sert un bon vieux 3 and out. Par contre, sur la séquence suivante Ndamakung Suh applique une clé de bras japonaise sur Jay Cutler. L’épaule et le bras ne sont pas faits pour twister comme ça, surtout lorsqu’un gros bonhomme de 300 livres atterrit dessus. Cutler ratera quelques jeux, mais demeure dans le match.
Parlant de Détroit, leur équipe de balle est en finale du base-ball. Paraît-il que c’est le match décisif pour déterminer son adversaire à l’autre poste. J’aimerais beaucoup vous renseigner, mais je n’ai pas envie de tomber endormi devant le sport le plus plate du monde, donc je vais laisser faire le zapping!
Les félins obtiennent une autre chance en fin de demie, mais un échappé dans la zone brune de Leshoure bousille tout. 10-0 Bears à la demie, un gros zéro verge pour Calvin Johnson.
J’ai beau ne pas aimer le base-ball, je connais mes classiques. Qui dit Chicago dit Wrigly Field et le fameux Take me out to the Ball Game, Ozzy Osborne style!! Ceci dit, Ozzy n’est pas le seul grand champion à éprouver des ennuis avec l’hymne mythique. Voyez plutôt le rescapé d’American Idol William Hung confondre peanuts et penis!!
Ok Détroit, c’est le temps de montrer que vous êtes un club de deuxième demie. Ça part bien, car ils forcent Chicago à dégager, mais FUMBLE. L’ancien CFL-er Stephan Logan s’y prend d’une excellente façon pour revenir au pays des portraits de la Reine en échappant le ballon profondément dans sa zone. Chicago en tirera un placement. 13-0
Ça aura pris 39 minutes, mais Megatron capte finalement un premier ballon ce soir, ce qui propulse Détroit à la porte des buts. Calvin et Charles Tillman des Bears se livrent toute une bataille sur les 2 jeux suivants avant que Détroit ne décide d’y aller au sol. FUMBLE. Joique Bell s’étire de tout son long, mais ce faisant ne protège pas le ballon qu’Urlacher saisit. Ridicule. Une autre erreur des Lions. Ça fait combien ce soir?
La défensive des blancs continue de livrer sa part de l’entente, mais l’attaque ne fout absolument rien.
Autre chose à la télé ce soir, le dernier débat de la présidentielle américaine. Par une rare maladie mentale qui m’afflige, ça, ça m’intéresse. Par contre, le débat porte sur la politique étrangère, donc même sans l’avoir vu, je peux vous le résumer facilement. ROMNEY : J’aime Israël. OBAMA : J’ai tué Ben Laden. Répétez en loop pendant une heure et demie et vous savez tout!
Le nom officiel de Titus Young au dos de son gilet : Young Sr. Young Senior… Il me semble qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas avec ce nom!
5 minutes à jouer, 13-0 Bears. Les Lions sont exactement là où ils voulaient être!!! L’instant d’une poussée offensive, on y croit, mais ils ratent leur coup 4 fois à l’intérieur de la ligne de 5 pour rendre tout espoir de remontée caduc. Un TD bidon à 30 secondes de la vie évitera l’odieux d’un blanchissage à Détroit, mais DA BEARS WINS!
Je dois avouer avoir été très impressionné par la défensive des Lions ce soir. Cutler a bien joué, mais la pression fut très forte et l’unité défensive a tenu l’équipe dans le match. Sauf que l’attaque a frappé le fond, c’est vraiment pathétique et inacceptable qu’une attaque sur papier aussi dangereuse soit blanchie pendant 59 minutes et demie. Évidemment, les nounours ont toute une défensive, mais quand même. Quant aux Bears, ils sont équipés pour veiller tard. Seule la ligne offensive demeure une source d’inquiétude.
Les dernières réflexions sur la semaine # 7
Les dernières réflexions
Avons-nous enterrés les Saints trop vite? : Who Dat, who Dat, who are gonna beat them Saints? Tôt en saison, la réponse était « tout le monde », mais il après 2 victoires consécutives, faut-il déterrer les Saints des morts? D’accord, les Bucs ne sont pas exactement une puissance, mais un « Goal Line Stand » comme celui de dimanche, surtout provenant d’une défensive notoirement molle, ça ne peut qu’être bon pour la confiance. De plus, Drew Brees est en feu, tant cette semaine que cet automne en général. Le # 9 vient au second rang pour les passes de TD et au 3e échelon pour les verges accumulées. Finalement, n’oublions pas que l’instructeur par intérim Joe Vitt prend officiellement les rênes de l’équipe à compter de maintenant. Par contre, avant de vous réjouir partisans des Saints, dites-vous que votre équipe n’évolue pas dans la AFC. 2-4 constitue une pente sévère à remonter, surtout en regardant la cédule : Denver, Philadelphie, Atlanta (2 fois), San Francisco et les Giants figurent sur la liste des prochains rendez-vous de N’Awlins. Cependant, même si une participation aux séries représente une mission impossible dans le Bayou, les fleurdelisées auront amplement l’occasion de dérailler les aspirations de quelques gros joueurs en cours de route.
Revoici CJ2K : L’espace d’un match, nous avons revu le Chris Johnson des beaux jours hier à Buffalo. Félicitations à Chris ou Come On Man aux Bills, le débat est ouvert, mais personne ne niera que ça fait du bien de revoir des courses de ce genre du RB du Tennessee. Après un début de saison misérable, Johnson se remet en marche. Hier il a livré sa 2e bonne performance de suite et sa 3e en 4 matchs. Retrouvant son explosion caractéristique, il a inscrit ses 2 premiers majeurs de la campagne. Soudainement, Johnson pointe au 10e rang chez les porteurs de la ligue, devant LeSean McCoy, Maurice Jones-Drew et Trent Richardson entre autres. Johnson affrontera une succession de bonnes (Houston, Miami…) et de mauvaises (Indianapolis, Jacksonville) défensives contre la course au cours des prochaines semaines. Poolers, croyez-vous en sa progression ou si vous vous préparez plutôt à avoir le cœur brisé une fois de plus?
En bref :
- 47-20. C’est le score cumulatif par lequel les Bengals ont perdu la deuxième demie dans leurs 3 derniers matchs. Résultat final : 3 défaites évidemment. Disons poliment que les ajustements à la mi-temps sont déficients. Le bye week sera le bienvenue, car dans la faible AFC, ils sont encore dans le coup à 3-4.
- 2012 semble toute une cuvée pour les QB recrues. Luck et Griffin III, vous les connaissez déjà, mais Tannehill se débrouille bien à Miami et Russel Wilson, bien qu’inconstant, me prouve que le rang que je lui ai accordé dans mon classement des QB récemment était trop bas. J’aime aussi Brandon Weedon à Cleveland. La vieille recrue apprend vite et rend acceptable la décision controversée des Browns de le repêcher si haut. Les stats ne sont pas délirantes, mais son groupe de receveurs est vraiment pourri.
- Ceux (l’auteur de ces lignes inclus) qui s’inquiétaient des Packers il y a 2 semaines sont-ils rassurés?
- 19 novembre, Monday Night Football : Bears – 49ers! Avez-vous hâte? D’ici là, bon football et bonne semaine!

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sixverges 1945 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines