Magazine

Félicitation c’est une … Trilogie

Publié le 23 octobre 2012 par Enmodeparisienne @EnModeParis

Félicitation c’est une … Trilogie

J’aime bien le mois d’Octobre. D’abord parce que c’est l’automne, le vrai. On peut commencer à rester chez soi enfouie sous une grosse couette douillette avec une grande tasse de thé en écoutant la pluie tambouriner aux fenêtres sans le moindre complexe. Ensuite parce que l’esprit de Noël commence à s’infiltrer petit à petit dans l’esprit des gens ; les « Alors tu fais quoi pour le réveillon ?  » commencent à se faire entendre. Enfin parce que tout les mois d’Octobre (à peu près à la même date) l’un de mes écrivain favoris sort son livre : M. Bernard Werber.

Il faut savoir que Bernard Werber je l’ai aimé (passionnément) dés le premier livre lu. J’ai découvert il y a une petite dizaine d’années cet auteur, une semaine avant de passer mon bac blanc pour être précise. En flânant dans ma librairie favorite je suis tombée sur un exemplaire des Fourmis. A cette époque fort fort lointaine, je ne connaissais rien à l’univers de la science-fiction et par conséquent je ne connaissais rien de cet auteur qui pourtant commençait déjà à faire parler de lui, mais allez savoir la couverture m’a inspirée. Autant vous dire que mes révisions du bac blanc ont été plus que restreinte ! En une semaine j’avais dévoré Les Fourmis, Le Jour des fourmis et La Révolution des Fourmis alors pas le temps pour les révisions. Après le Cycle des Fourmis j’étais définitivement fan du Monsieur. J’ai continué avec ce qui sera par la suite mon livre préféré de Bernard Werber : Les Thanatonautes. Une sacrée claque dans la façon de penser les religions et surtout l’après vie. Bref une grande découverte !

Depuis je me jette avec (presque) toujours autant d’enthousiasme sur les nouveaux Werber. Si B.W. avait mis 10 ans à écrire ces Fourmis, son rythme c’est sacrément accéléré, aujourd’hui et depuis 4-5 ans nous avons l’extrême honneur de découvrir le Werber Nouveau tout les début du mois d’Octobre. Une fois n’est pas coutume  le lancement 2011 avait été repoussé  à plus tard. J’ai donc dû patienter  une année de plus avant de découvrir ce nouvel opus.

Cette année donc j’ai pu assouvir ma passion werberienne grâce à « La Troisième Humanité » sortie ce 03 Octobre 2012.

En (très) résumé : Le Monde est dans une impasse. Impasse écologique, impasse diplomatique, impasse économique. Un petit groupe de chercheurs français tentent de trouver la solution à ces maux qui gangrène la planète dans la féminisation et la miniaturisation de l’espèce humaine. Serait-on à l’aube d’une nouvelle Humanité ?

Que l’on soit concerné par l’avenir (douteux) de l’espèce humaine sur cette planète ou non le thème est quoi qu’il en soit d’actualité. B.W. retrouve ces grandes marottes que sont l’écologie (qu’on a pu découvrir dans les Fourmis, ou encore Le Père de Nos Pères), la recherche de la vie en harmonie avec l’environnement naturel (encore les fourmis ou le Père de Nos Pères) , ou encore la femme est l’avenir de l’Homme (qu’il a pu développer dans sa BD Les Enfants d’Eve).

Je crois avoir lu la quasi totalité des oeuvres de Werber, dans cet opus j’ai tout retrouvé. Les schémas narratif des Fourmis, les références permanente à l’Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu, mais aussi de très nombreuses références à ces précédentes oeuvres (en particulier le Cycles des Fourmis, et Le Père de Nos Père, et Les Enfants d’Eve).

Si je dois avouer que malheureusement je n’ai pas été transcender par ce roman (B.W. commence à avoir fait le tour des ces thèmes favoris … j’ai eu pour une grande partie l’impression de re-lire un livre que j’aurais déjà lu…) je pense que l’année prochaine à la même date vous me trouverez en train de lire la suite de ce nouveau Cycle.

Sur ce, j’ai le dernier JK Rowling à finir,

Bonne Lecture,

L.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Enmodeparisienne 6 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte