Magazine Côté Femmes

Pourquoi World of Warcraft me transporte ?

Par Jeuneanecdotique

geek

Lorsque j'ai vu mon copain jouer à WOW pour la première fois, je me suis bêtement moquée de lui. J'ai dû dire un truc dans le style « c'est pour ce jeu de merde que tu me réponds pas sur MSN ? Tu ceuilles des fleurs et tu tues des têtards, bravo, quelle vie passionnante ». Comme d'hab, j'étais conne.

Un jour, il m'a acheté WOW. Il voulait sûrement que j'arrête de le harceler sur MSN et que je vois de quel monde extraordinaire je me privais. Il a eu raison. J'ai eu une sorte de coup de foudre, et je me suis dévouée corps et âme à ce jeu, je n'ai pas compté les heures, je n'allais me coucher qu'à six heures et lorsque je m'endormais, c'était pour rêver de... WOW.

Oui, j'ai eu une vie WOWienne pendant plusieurs mois. On peut trouver ça débile de l'extérieur, vu que c'est réellement débile. Mais je me suis mise à comprendre ces personnes qu'on traite de no-life, ces personnes qui passent leur vie sur leurs jeux-vidéos et qui continuent à vivre dedans malgré les moqueries et supplications des personnes réelles qui les entourent.

C'est simple, avec WOW, je m'évade.

Je m'en vais vers un pays rempli de pandas et de worgens, je suis une jolie morte-vivante démoniste et j'ai l'impression d'accomplir de grandes choses lorsque je me rends utile dans les donjons ou les raids. Je me promène, je survole avec mes montures des montagnes enneigées, des déserts parsemées de petits cafards et des terres toutes plus jolies et exotiques les unes que les autres. Je traverse des mondes qui n'existent pas, et dans lesquels les problèmes réels n'existent pas non plus. Je suis quelqu'un d'autre, dans un autre monde, avec d'autres passionnés de cette fausse vie. Et ça me fait du bien.

Heureusement, j'ai su, avec le temps, me restreindre et calmer mes ardeurs, car j'ai bien conscience des dégâts que peuvent avoir sur la vie sociale des heures bien trop nombreuses passées sur des jeux-vidéos. J'ai conscience qu'on trouve le monde réel beaucoup plus fade, une fois notre ordinateur éteint. J'ai conscience qu'on en vient à trouver un donjon plus important que notre petite-copine, qui demande du réconfort depuis deux heures. J'ai conscience qu'on rate beaucoup de choses, en restant planté comme une bûche devant un jeu qui n'apporte rien d'autre que de la fantaisie et une double-vie héroïque mais totalement imaginaire, et pour laquelle on a payé comme un pigeon en plus.

Oui, j'en ai conscience, donc je ne vis pas pour ça. Mais, il n'empêche, dès que j'ouvre mon jeu en rentrant chez moi, je me sens mieux. Depuis que j'ai repris WOW il y a quelques jours, j'ai l'impression d'avoir beaucoup moins de problèmes, d'être trois fois moins stressée dans la vie réelle et de me sentir devenir de nouveau quelqu'un de sympa. Comme si ce jeu, totalement irréel, me permettait de canaliser ma colère, d'embellir ma vraie vie, et de minimiser les problèmes classés « relous mais importants ». Comme si ce jeu était une sorte de balance, qui a équilibré mon moral, sans pour autant régler tous mes problèmes. Comme si WOW me transportait vers quelque chose de nouveau et d'agréable.
Alors, certes, être un gros mou du cerveau qui passe 15 heures par jour sur ses jeux-vidéos à dégommer des zombies, ça fait un peu peur, ça porte à moquerie, ça fait penser que cette personne finira ratée, vivant du RSA et comptant sur ses parents jusqu'à ses 40 ans pour lui payer son abonnement mensuel à WOW. Oui, mais non. On reste humains, et on ne le fait pas sans raisons. J'ai su me limiter, me poser des limites, parce que ça me faisait peur, au début, de ne pas savoir vivre sans aller me réfugier dans ce jeu chaque fois que c'était possible, ça m'effrayait de lui accorder plus d'importance qu'à ma vie réelle. Mais je comprends qu'on n'arrive pas à se limiter et qu'on tombe dans le piège. Qu'on se laisse transporter, et qu'on ne veuille pas revenir.

Alors même si WOW est créee par des gens avides d'argent pour des gens avides d'une vie qui n'existe pas, je ne peux m'empêcher de dire : Merci, WOW, pour ce que tu m'as apporté de bon.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jeuneanecdotique 340 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte