Magazine Football

Crise profonde? Un seul remède : la victoire.

Publié le 27 octobre 2012 par Passionacmilan

Pato et AllegriAprès 3 défaites consécutives, l’AC Milan reçoit Genoa à San Siro avec l’impératif de retrouver la victoire. Les Rossoneri ont absolument besoin des 3 points, pour le moral, le classement et surtout éviter d’aggraver une situation déjà critique. Pour relancer son Milan, Allegri a pris plusieurs décisions : défense à 3, Emanuelson latéral gauche, Boateng relancé après sa tribune à Malaga et Pato aligné titulaire après sa longue absence. Ces mesures suffiront-elles? Genoa est également en difficulté mais le changement d’entraineur pourrait faire réagir l’équipe de Preziosi.

C’est très évident : Milan est vraiment en difficulté depuis le tout début de la saison. C’est tout un ensemble de causes qui ont précipité les Rossoneri au fond du trou. Il y a tout d’abord le choc lié au trop grand nombre de départs : l’équipe a perdu ses repères et ses leaders. Ensuite, la société a complètement raté le mercato et n’a pas dignement remplacé les 14 joueurs qui ont quitté le club, avec comme conséquence un affaiblissement technique et humain de l’effectif. De plus, les dirigeants ont en quelques sortes envoyé un message de faiblesse, d’incohérence et de confusion (en plus de l’absence du number one) à toute la planète Milan : entraineur, joueurs, tifosi… un suicide sportif ou un redimensionnement drastique si on veut être moins extrémiste. Ils ont découragé l’équipe et lui ont en même temps donné un alibi pour les défaites : « on est moins forts, soyez compréhensifs » … Sans leader, au lieu de réagir avec détermination pour prouver leur valeurs, de nombreux Rossoneri sont tombés dans le piège du découragement. Beaucoup d’entre eux sont tout simplement méconnaissables. Cette équipe manque de caractère, de personnalité.

Avec autant de nouveaux joueurs, une toute nouvelle équipe dont certains éléments qui sont arrivés en toute fin de mercato, Allegri a du tester et chercher le meilleur schéma tactique adapté aux caractéristiques des joueurs ainsi que les titulaires. Une mission difficile avec une équipe moyenne et peu (ou pas?) de joueurs au dessus du lot. A cela, il faut ajouter la pression : les nouveaux subissent le poids du maillot glorieux de Milan, les tifosi exigeants de San Siro et de manière globale, tous les Rossoneri se sont mis la pression en sachant devoir prendre leurs responsabilités pour maintenir le niveau de l’équipe au top malgré les départs (impossible). Cette pression a été alourdie par Galliani lui-même qui disait que cette équipe devait viser le Scudetto.

Commencer la saison avec une défaite a été dramatique pour ce Milan déjà très fragile psychologiquement. L’opinion publique s’est déchainée, le pluie de critiques s’est abattue sur l’équipe d’Allegri, qui est entrée dans la spirale de la peur de perdre et l’envie de trop bien faire : les joueurs sont tendus, sous pression, fragiles psychologiquement et sans les leaders qui ont le courage et le charisme de guider les « suiveurs ». La situation s’est aggravée semaines après semaines, avec une équipe de plus en plus appeurée, punie principalement par ses erreurs individuelles et son manque de confiance. Milan a avant tout un problème mental lié à toutes ces causes, avec comme conséquence que l’équipe joue largement en deçà de son potentiel et peut perdre contre des adversaires nettement inférieurs sur le papier. Milan est entré dans une spirale négative qu’il faut absolument stopper. Une équipe, ses résultats et ses prestations ne se jugent pas uniquement sur la qualité intrinsèque des joueurs sans tenir compte de nombreux éléments qui rendent la situation beaucoup plus complexe que ce que les tifosi peuvent l’imaginer. Malheureusement, pour beaucoup, Milan perd : c’est à cause de l’entraineur car les joueurs sont bons (mouais) et les adversaires inférieurs (si seulement c’était si facile…). Tout cela sans prendre en compte des paramètres qui permettent de comprendre la situation réellement vécue à Milanello.

Les dirigeants sont conscients que le problème mental handicape fortement l’équipe et influence négativement les prestations et résultats. C’est la raison pour laquelle Galliani continue à confirmer Allegri. Il sait très bien que ce n’est pas le responsable de cette situation, malgré les erreurs qu’il commet et son manque de lucidité du à l’impuissance face à ce désastre : lui aussi est victime de la révolution. Galliani voit surtout qu’il tente par tous les moyens de trouver une solution et que les joueurs le suivent toujours. Malgré cela, il ne pourra pas attendre éternellement une réaction. L’idée de changer d’entraineur a très probablement effleuré l’esprit des dirigeants mais là aussi, les problèmes sont nombreux : Qui pour remplacer Allegri? Pour le moment, il n’y a aucune solution crédible : Tassotti ne veux pas, Costacurta ou Inzaghi sont des idées hasardeuses et les autres solutions sont trop couteuses (et parfois aussi hasardeuses). Une solution interne changerait peu et une solution externe serait risquée car il faudrait compter le temps d’adaptation et le temps qu’il faut pour transmettre ses idées etc. Encore faut-ils qu’ils acceptent cet énorme défi de relever un Milan catastrophique en cours de route, et ça c’est pas gagné non plus car les bons entraineurs veulent un projet, y être à la base, avoir des joueurs adéquats et construire eux même l’équipe. Bref, le changement d’entraineur n’est pas au programme aujourd’hui.

Tous ces éléments ont mené Milan à la situation actuelle. Il est important d’en comprendre les causes mais aujourd’hui c’est devenu indispensable de regarder vers l’avant et chercher des solutions. Allegri l’avait souligné en conférence de presse : oublions tout, ne regardons pas le classement, repartons à zéro aujourd’hui. Le seul remède pour remettre l’équipe sur la bonne voie est la victoire car elle met tout le monde d’accord et est positives sous tous les aspects : moral, classement, ambiance, humeur des tifosi, avis de la presse… L’AC Milan est au fond du trou et doit se battre pour grimper. Les Rossoneri ont la possibilité de réagir avec trois matches abordables (ou trois matches contre des concurrents directs pour le maintien, tout dépend du point de vue…) face à Genoa ce soir, Palermo mardi et Chievo la semaine prochaine. Une semaine pour se relancer ou aggraver la situation. Pour s’en sortir, Allegri a décidé de confirmer le 3-4-3 qui a bien tenu défensivement face à Malaga mais avec des modifications importantes pour le rendre moins défensifs. Emanuelson et Abate comme latéraux et un trio d’attaque Boateng – Pato – El Shaarawy, même si Boateng est incertain (petite inflammation au genou). En cas de forfait, deux solutions : Antonini à gauche (brrr) et Emanuelson ailier droit ou bien Bojan à la place de Boateng. L’important sera de voir l’attitude plus ou moins offensive des latéraux ainsi que le niveau de Boateng et Pato, tous deux de retour titulaires avec comme résultat cette formation probable : Milan (3-4-3) Amelia; Mexes, Bonera, Yepes; Abate, Montolivo, De Jong, Emanuelson; Boateng, Pato, El Shaarawy. Cela peut paraitre répétitif mais peu importe les joueurs : les Rossoneri doivent jouer avec détermination et concentration, ne plus penser au passé et entrer sur le terrain avec une seule idée en tête : gagner. Parce que Milan n’est peut être pas compétitif pour jouer le haut du tableau mais ne peut pas non plus avoir comme objectif d’éviter la relégation! Après tant de déception, de colère et de tristesse, le moment est venu de retrouver le sourire. On en a tous vraiment besoin.

Forza Milan

Partagez l'article :
  • Print
  • Twitter
  • Google Bookmarks

Article rédigé par admin
Nombre de lecture(s) : 429


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Passionacmilan 14513 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines