Magazine Info Locale

La SAPN joue avec nos nerfs !

Publié le 28 octobre 2012 par Armand

Communiqué de Richard Jacquet

Maire de Pont de l’Arche

Vice Président de la Communauté d’Agglomération Seine Eure

Depuis 2008, les élus de la ville et du canton, ont entamé des discussions avec la SAPN pour rechercher des solutions acceptables, pour, si ce n’est fluidifier, améliorer la sécurité de l’échangeur 20 à Criquebeuf sur Seine.

L’effet dévastateur du péage d’Incarville est connu de tous. Chacun s’accorde aujourd’hui pour reconnaître qu’une action forte sur celui-ci aurait certainement évité de construire un contournement sur la commune de Pont de l’Arche.

Si la SAPN avait dans un premier temps donné son accord pour des aménagements lourds, elle a fait machine arrière il y a plusieurs mois déjà, au seul motif que des aménagements nouveaux ne feraient qu’augmenter le nombre de véhicules à la sortie 20. Derrière c’est bien la rentabilité financière du péage d’Incarville qui est l’unique objectif de la SAPN.

La rencontre qui avait associé le directeur de la société d’autoroute et le Président du Conseil Général en début d’année s’était soldée par un infime espoir, Jean Louis Destans tapant du poing sur la table pour exiger de la part de la SAPN « quelques concessions ». Le rendez-vous avait été fixé au printemps 2012, plusieurs fois repoussé, jusqu’à vendredi dernier.

Et tout ça pour entendre une fois de plus le même discours.

La SAPN propose d’augmenter les systèmes de message en amont pour avertir du danger. Plus de messages, plus de caméras, plus d’informations sur autoroute FM, rendre définitive la zone à 110km/h…

Pour être parfaitement objectif, la SAPN propose un point nouveau …Un retour en arrière sur la bretelle de sortie qui repassera à une voie, avec possibilité de mobiliser la bande d’arrêt d’urgence en cas de fort trafic, une gestion dynamique de la BAU comme ils disent !

Une fois de plus, la SAPN ignore sa responsabilité dans ce dossier !

Pont de l’Arche et Criquebeuf ont existé avant l’autoroute et les nombreux investissements réalisés depuis des années par les pouvoirs publics sont bel et bien dus aux dysfonctionnements de l’A13 entre deux zones d’habitat et d’emploi d’importance, entre Rouen et Louviers-Val de Reuil.

Une fois de plus, la SAPN ignore sa responsabilité sur la sécurité des automobilistes qui empruntent chaque jour son réseau. Quelle serait la position de la SAPN, si le département n’avait jamais positionné les feux de régulation sur la départementale, laissant les remontées de véhicules sur l’autoroute ?

De tout cela, ils ne veulent pas discuter et n’apportent aucune réponse !

Bruno Questel, vice-président du département en charge du dossier des routes, présent lors de la rencontre, a acté avec nous de cette position et a promis une réponse politique devant l’absence de réponse technique.

Les élus ce retrouveront très vite pour communiquer sur ce dossier et organiser « une autre riposte ».


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Armand 1322 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine