Magazine Bien-être

La fin du moi, quiproquo et peur.

Publié le 28 octobre 2012 par Paulpujol

 

DSC01983
 

  Lors d'un dialogue récent, en évoquant la fin du moi (lors d'une perception totalement silencieuse), nous avons constaté que cela provoqué une peur et une gène chez les personnes présentes.

  Je désirerais revenir sur ce point car il me semble qu'il y a de nombreux malentendus concernant "le moi" et sa "disparition". En parlant et en examinant la réelle nature du moi, on en vient très vite à remettre en cause sa véritable existence. Qu'est-ce qui en nous est totalement autonome de l'extérieur ? Ce qui est l'illusion du moi ou du je, nous avons le sentiment très fort que quelque chose en nous n'est pas dépendant des contingences du moment, que quelque chose en nous n'est pas touché par la pression de l'environnement, et donc n'est pas conditionné.

  On sait ce qu'est le conditionnement, on admet qu'en grande partie nous sommes conditionnés par la culture, la religion, la société Occidentale ou Orientale, la pression économique... Mais nous avons une croyance intime qui nous dit "Tu n'es pas que cela, au fond de toi par delà ces petits conditionnements, tu es libre et cela depuis toujours !" Donc le moi s'estime indépendant du monde extérieur, de qualité quasi divine, et par là évidemment il peut alors échapper à la mort. C'est d'un tel réconfort que personne ne s'interroge vraiment si tout cela est vrai, ou totalement illusoire.

   Donc nous nous sommes entièrement identifiés à cette conception, à cette croyance. Le moi n'existe peut-être pas, mais la croyance dans le moi est très réelle... Voyons-nous bien cela ? On peut croire à une illusion, croire profondément à quelque chose qui n'existe pas, c'est évident n'est-ce pas ?

  Verbalement, intellectuellement on voit que rien dans l'homme n'est autonome, nous sommes entièrement bâtie sur des échanges avec notre environnement, cela est un fait et non une théorie. Mais nous l'admettons juste verbalement, au niveau des mots. Un jour lors d'une conversation sérieuse, d'une exploration de l'esprit en commun, quelqu'un vient à dire "Dans une perception directe, la pensée et le flux, le mouvement des pensées s'apaise, et parfois il s'absente. Ce mouvement des pensées c'est le mouvement de l'esprit, donc quand le mouvement des pensées n'existe pas, l'esprit devient totalement immobile pour la première foi de sa vie...et là il devient totalement silencieux."

  Cette phrase crée une gène et une peur, mais pourquoi donc ?

  Quand le moi disparaît, vous êtes toujours là chers amis, c'est l'illusion du moi qui n'est plus là, mais vous, en tant qu'être vivant et sensible, vous être toujours là. Il n'y a pas quelque chose qui vient prendre votre place, quelle blague...Vous êtes bien plus présent, libre des mots et des croyances, utilisant la pensée mais n'étant pas utilisé par elle. Le moi n'est qu'une idée, à laquelle on est très attaché, mais un être humain est bien plus riche et complexe que cette petite superstition pseudo religieuse.

  En l'absence du moi, en l'esprit même existe une autre saveur, comme un réel sentiment d'éternité...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • La plus grande peur

    plus grande peur

    Il vient un moment dans ta vie où tu as le choix de vivre selon ton cœur et non en fonction des exigences extérieures. Libère-toi de la peur de ce que les autre... Lire la suite

    Par  Do22
    BIEN-ÊTRE
  • Mes premiers Pop Cakes. Même pas peur

    premiers Cakes. Même peur

    Ami(e) de l'interweb, j'ai tenté et testé pour toi les Pop Cakes. Pourquoi ? Parce que sérieusement, l'enfant en moi et les 5 hors de moi trouvent ça TROP... Lire la suite

    Par  Princesse101
    CÔTÉ FEMMES, ENFANTS
  • 808 - peur

    peur

    Après l’Irak et l’Afghanistan occupés suite à instrumentalisation de la peur américaine, ce sont les élections françaises qui ont dressé pauvres contre riches e... Lire la suite

    Par  Jissey
    HUMEUR
  • De quoi Armstrong a-t-il peur ?

    Lance Armstrong ne renonce jamais : c’était son leitmotif à l’époque où il dominait le Tour de France et surtout durant son combat contre le cancer. Lire la suite

    Par  Jeanpaulbrouchon
    CYCLISME, SPORT
  • L'Histoire Sans Fin

    L'Histoire Sans

    genre: fantastique, heroic fantasyannée: 1984durée: 1h35l'histoire:Bastien, un garçon de dix ans, vole un livre intitulé L'histoire sans fin. Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • Qui a peur du Grand Méchant Fisc ?

    peur Grand Méchant Fisc

    Trois gen­tils petits contri­buables vivaient en paix au pays des entre­pre­neurs. Chaque jour, ils tra­vaillaient dur, et se réjouis­saient de dis­po­ser un... Lire la suite

    Par  Copeau
    MÉDIAS, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Faut-il oublier la peur ? (Berlin)

    Faut-il oublier peur (Berlin)

    Il y aurait deux manières de rendre compte de la Biennale de Berlin (jusqu'au 1er juillet), la première en empathie avec les objectifs révolutionnaires du... Lire la suite

    Par  Marc Lenot
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES, SORTIR

A propos de l’auteur


Paulpujol 2058 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine