Magazine Culture

Le réchauffement climatique fait s’hybrider ours polaires et grizzlys

Publié le 29 octobre 2012 par Eldon

© Inconnu

L’effet domino. C’est ce qui est provoqué en chaîne par un fait nouveau et qu’on n’envisage pas toujours. Le réchauffement climatique a ainsi des conséquences complètement inattendues.

Ainsi un étudiant américain vient récemment d’établir une corrélation entre criminalité et réchauffement climatique. Cela n’a aucune valeur scientifique certes, mais mérite réflexion.

Par contre, c’est bien une étude sérieuse et scientifique qui vient illustrer de manière alarmante l’effet domino précité. Les spécialistes de la faune arctique signalent, depuis quelques années, la présence d’ours grizzly sur le territoire habituel de l’ours polaire. La lignée de ce dernier pourrait alors être menacée par les croisements ‘contre nature’ qui s’en suivent, donnant des hybrides appelés « pizzlys » ou… « grolars ».

Qu’un grizzly et un ours polaire se rencontrent est déjà en soi inquiétant. C’est comme si on rencontrait une girafe dans la forêt des Vosges. Mais qu’en plus ils puissent se  reproduire est pour le coup alarmant, car cela peut entraîner en fait la disparition accélérée de l’ours polaire, déjà fortement menacé par la destruction de son milieu.

« En avril dernier, deux étudiants en biologie de l’Université de l’Alberta, à bord d’un hélicoptère, repèrent, sur l’île Victoria (Arctique canadien), un ours grizzly en compagnie d’un ours polaire bizarrement marqué de brun au museau, aux pattes et au dos. Celui-ci porte également (au garrot) une bosse normalement caractéristique de l’ours brun. Bien que surpris, les étudiants ne tardent alors pas à identifier l’animal : il s’agit d’un de ces hybrides appelés tantôt « grolar« , tantôt « pizzly« , contraction des mots « grizzly » et « polar bear » (ours polaire, en Anglais).

Deux autres grizzlys et un autre de ces ours métis que les Inuits appellent « Nanulak«  – combinaison de « Nanuk » (ours polaire) et « Aklak » (grizzly) –, sont aperçus peu après. Si ce phénomène reste encore rare aujourd’hui, il est de plus en plus observé depuis 2006, année durant laquelle le premier hybride de ce genre a été abattu à Nelson Head (nord-ouest du Canada). En cause : le réchauffement climatique qui, réduisant l’étendue de la banquise d’eau de mer, confine de plus en plus l’ours polaire sur la terre ferme de l’Arctique où, justement, le grizzly (sous-espèce américaine de l’ours brun), enhardi par l’adoucissement des températures, s’aventure de plus en plus souvent…

Or, l’analyse de l’ADN d’un hybride abattu sur l’île Victoria en 2010 a montré que l’un de ses parents était lui-même un pizzly : ces animaux ne seraient donc pas stériles, contrairement à beaucoup d’hybrides. Une petite population de grizzlys s’est établie dans l’archipel autour de l’île Victoria, région où se cantonnent actuellement tous les pizzlys connus. Ours polaire et ours brun ont divergé voici environ 600.000 ans, et l’hybridation entre les deux formes n’est pas excessivement surprenante.

Néanmoins, certains naturalistes craignent que ces croisements se généralisent et mènent, à terme, à la disparition de l’ours polaire – une perte regrettable en terme de biodiversité. D’autres soulignent en revanche, que le pizzly, avec son cou plus court qui réduit ses talents de nageur et ses griffes trop longues pour un sol gelé, n’a que peu d’avenir en Arctique. D’autant que, rare et non couvert par le statut d’espèce protégée comme l’est l’ours polaire, il représente un gibier de choix pour les chasseurs. »

 Source: Maxi Sciences

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eldon 6078 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte