Magazine Accessoires

Sorcier de mode

Publié le 30 octobre 2012 par Gentlemanw

J'ai fait une rencontre, un soir, un bar, des verres sans alcool pour moi, beaucoup pour d'autres. Ces lieux où parler devient anecdotique car le bruit, la musique devient un son sourd, ronronnant et fort. J'étais seul, la colère m'avait fait reculer face à la sienne, nous avions besoin de solitude, de vapeurs, de lieux éloignés pour mieux digérer notre vie à deux, sans être un vrai couple.

Je venais de croiser des amies, des relations de blogs, des personnes sans nom, sans pseudo même, juste des mots lancés dans un miroir vide et cassé, une image floue de la discussion. J'avais pris du recul dans un coin plus calme, je prenais ma position de sphynx, de chat tranquille, observateur de mon monde mouvant, fou peut-être.

bekah-jenkins.jpg

bekah-jenkins5.jpg

Il est venu poser son verre, trouble comme une absinthe devant moi, il me connaissait, il aimait mes mots qu'il lisait seulement la nuit, quand il revenait de soirées, quand il cherchait des inspirations ou des illusions, je n'ai pas bien compris. Il voulait m'expliquer son métier de magicien, des ombres et des lumières. Comment rendre brune, une blonde, avec du cuir, avec des talons fantastiques sur un toit d'usine en perdition. Il avait shooté toute l'après-midi, il avait laissé son assistant choisir les clichés pour la styliste, avec la styliste, ses mots étaient parfois comme des bulles, éclatant sans forme, sans ponctuations.

bekah-jenkins4.jpg

Puis il me prit la main, deux chocs entre celle d'une blogueur inconnu, fantôme aux doigts délicats, esthète du clavier, de la sensualité écrite et vue, et celle d'un routard, tatoué d'une boussole sans Nord, avec des bagues d'argent et de noir caoutchouc, une tête de mort de rebelle qui s'écroulerait dans son propre spleen. Il m'a parlé de mes derniers mots, de mes anges, de la liberté d'écrire, de peindre du clair quand lui ne voyait que du noir.

Alors je lui servit une menthe à l'eau, j'ai partagé la mienne, je lui parlé de ce soleil qui était derrière sa blonde, cette grande tige qui dansait au loin, qu'il affectionnait parfois d'un geste d'amour flou. Elle était en paillettes, elle pouvait retourner sur le toit, derière la fenêtre et l'éblouir, lui aussi. Flash, réflecteurs, dorures ou blanc factice, il allait croiser son ange, si proche. Il allait ouvrir les yeux demain, demain après-midi, prendre de l'eau, des fruits, du jus de son talent, et ouvrir les objectifs pour capter, saturer la lumière.

bershka7.jpg

bershka2.jpg

Il m' écouté en buvant simplement, elle est venu l'embrasser, il lui a glissé un vrai bisou, elle était surprise. Elle est repartie sur le dance-floor, elle avait les yeux qui brillaient.

Il s'est penché vers moi, soudainement plus sobre "Et les ailes d'ange, comment tu les fera apparaître.

J'ai mis mon doigt devant la bouche, j'ai souri.

Nylonement


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gentlemanw 8147 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte