Magazine Humeur

Travail de rue et intervention auprès des jeunes

Publié le 30 octobre 2012 par Raymondviger

«Je regrette, Hélène, mais je ne pourrai pas venir à notre rendez-vous. J’ai un empêchement: une jeune est prête à entrer en désintox. Maintenant qu’elle a dit oui, ce n’est pas le moment de la laisser tomber. C’est comme ça, mon travail. Je peux annuler des choses dans ma vie privée, mais pas dans mon travail. Peut-être que ça ne prendra pas tout l’avant-midi. Je te rappelle.»

Mais l’avant-midi ne sera pas suffisant. Le reste de la journée y passera et le lendemain aussi. Ça devait pourtant être un jour de congé, mais elle est quand même allée au travail pour passer des coups de téléphone, attendre des réponses, insister, déjouer.

C’est comme ça que Jacynthe s’est fait ses muscles, en poussant de toutes ses forces sur la roue grinçante de systèmes un peu trop rigides, un peu trop lents pour les besoins de la cause.

La loyauté de la rue

«La rue m’a fait croire en la loyauté. Quand les jeunes ont confiance en toi, c’est sûr qu’ils vont être loyaux et fidèles. Tu le vois chez les plus vieux, dans leur sourire. Ils sont attentionnés, aimants, très respectueux. Je sais que si j’étais mal prise, ils seraient là pour m’aider. Mais je ne leur demanderais pas.»

Il parait que les qualités perçues chez les autres, on les possède déjà en soi. Jacynthe est loyale envers les jeunes et fidèle au poste depuis plus de 17 ans. Elle est la plus ancienne travailleuse de rue du Québec et elle en est fière.

Un cheminement particulier

On n’aurait pas imaginé cela quand elle était jeune. À 15 ans, elle se retrouve libre, à la suite du décès de son père. «J’avais mon logement. Je me suis bâtie toute seule. Disons que j’étais une personne curieuse de nature et je me sentais poussée à faire certaines ‘‘découvertes’’. Je suis allée en centre d’accueil pendant un mois.» Une jeunesse qui ressemble un peu à celle de ses jeunes. «Mais j’avais des points de repère; ma famille. Une chance que j’ai eu ma famille! On n’acceptait pas nécessairement ma vie, mais mes sœurs et mon frère m’ont toujours accepté comme sœur. Ma mère avait confiance en moi, au fond.»

Un événement marquant lui fit subitement changer de vie. Elle arrête toute consommation, se retire et devient solitaire, elle qui auparavant aimait faire la fête. «Je m’en suis sortie toute seule.»

Avant d’arriver au travail de rue, Jacynthe a eu plusieurs emplois. Elle était indépendante et travaillante. «J’ai travaillé au tabac, à l’usine Firestone et chez un chiropraticien. Puis j’ai eu une offre de travail comme surveillante de nuit à Accueil Jeunesse, une auberge du cœur. C’est ma sœur qui m’en avait parlé. Elle y travaillait. À l’époque j’avais deux emplois, le jour chez le chiro et la nuit à l’Accueil. Puis je suis passée de surveillante à animatrice et finalement à intervenante.»

Une formation est donnée sur le travail de rue et plusieurs intervenants y assistent. Après la formation, un groupe d’intervenants se rend compte que certains jeunes ne sont pas rejoints par les ressources. En 1993 démarre le travail de rue à Joliette et en 1994 est fondé l’organisme pour devenir l’AJRJ, l’Association pour les Jeunes de la rue de Joliette.

Dès le début, on approche Jacynthe comme travailleuse de rue mais elle refuse, par besoin de sécurité. Elle préfère garder son travail plus sécurisant à l’Accueil. Elle fait quand même partie du Conseil d’administration et participe à l’organisation du travail de rue. Un an plus tard, elle dit oui à l’appel de la rue. Elle y est depuis.

Au début, elle est formée par l’homme qu’elle appelle son mentor, Gilles Lamoureux. On ne s’improvise pas travailleur de rue. Jacynthe n’a pas été frappé par l’élan du sauveur, comme beaucoup de consommateurs peuvent l’être et l’ont été. En effet, on a vu de nombreux consommateurs de drogues et d’alcool vouloir sauver le monde, une fois sobres. Mais cet élan ne garantit pas la stabilité et l’équilibre nécessaire pour vraiment aider les jeunes.

«Ce n’est pas ce que tu as vécu ou pas qui va créer le contact, c’est ta façon d’être, de faire, d’aimer. Parce que c’est de l’amour. Être capable d’être inconditionnelle. Au contraire, le fait de s’en être sorti peut être un handicap. Il faut être très humble. Je m’en suis sortie mais il ne faut pas que je compare. Chacun est unique. Je ne peux pas avoir la prétention de dire comment ça devrait se passer. L’expérience peut donner des pistes, mais si je me fie à ces pistes, je pourrais drôlement me tromper.»

Une plus dure réalité

En près de 18 ans, les choses ont changées. «Avant, j’accompagnais. J’avais des objectifs : amener un petit bonheur, un sourire. Aujourd’hui, je suis vraiment à côté d’eux. Je suis le soutien, la tape sur l’épaule.» Elle est de leur bord, elle prend leur parti. «Je ne suis pas en arrière d’eux, ni en avant, je suis à leur côté.»

«Il y a 17 ans, on m’aurait dit que la consommation et la violence seraient ce qu’elles sont maintenant, je ne l’aurais pas cru. Leur réalité est encore plus difficile. Les jeunes ont de moins en moins de rêves.

Il y a 17 ans, 15 ans même, je pouvais les faire rêver : d’un travail, d’une famille. Les mêmes rêves que tout le monde. Mais maintenant, leurs rêves sont facilement détruits.»

Tout est mêlé dans la rue. Beaucoup plus de gens ayant des problèmes de santé mentale s’y retrouvent: des gens qui sont mis hors des institutions dont ils auraient encore besoin.

Certains parents d’une trentaine d’années n’ont pas réglé leurs problèmes et hypothèquent la vie de leurs enfants. Ils répètent les modèles de familles dysfonctionnelles. Les enfants deviennent les parents de leurs parents. Ils n’ont plus de points de repères.

La vie sexuelle commence à un très jeune âge. Ils sont à la recherche de la tendresse qu’ils n’ont pas reçue. Ça les rend confus plus qu’autre chose. En plus, la consommation commence plus jeune et le mélange de drogues me semble effrayant. On dirait que la psychose commence aussi plus jeune. C’est mon opinion personnelle, mais aussi mes constatations sur le terrain.»

Les ressources en travail de rue

Le travailleur de rue est un pont entre les ressources et la rue. Il est un point de référence. Il connaît les ressources et peut orienter le jeune selon ses besoins: santé, hébergement, désintoxication, soutien à la famille. Il aide, car la réalité est devenue plus difficile aussi au niveau des ressources, les normes se sont resserrées. «La ressource est un outil, mais c’est au jeune de s’en sortir. Ils ont chacun leur personnalité, des besoins et des rêves différents.

Le premier besoin du jeune, c’est de s’aimer. Quand il a travaillé son estime de soi, ça lui permet de foncer et de persévérer. La persévérance porte un éclairage sur ses désirs et lui démontre qu’il est possible de les atteindre. Même après toutes ces années, je garde espoir. Sinon comment pourrions-nous le transmettre aux jeunes?

Association des jeunes de la rue de Joliette (AJRJ)

Jacynthe fait du travail de rue depuis 17 ans pour l’AJRJ. Elle fait partie d’une équipe de 5 travailleurs de rue.

L’AJRJ vise à offrir une relation d’aide et de soutien qui va au-devant des jeunes en situation difficile et qui tente de les amener à un mieux-être. Promouvoir la santé et prévenir la toxicomanie, par une relation d’aide «ambulante».

Par choix, l’équipe d’intervention est composée exclusivement de travailleurs de rue. Spécialisée dans cette pratique, l’AJRJ en a fait son mandat unique. Les travailleurs de rue proviennent de différents champs de formation et d’expertise tels que travail social, éducation spécialisée, sexologie et sont engagés dans une démarche de formation continue.

L’AJRJ est un membre très impliqué au sein du ROCAJQ (Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec).

Le Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec (ROCAJQ)

Les membres du ROCAJQ sont des organismes communautaires jeunesse dynamiques qui travaillent pour aider les jeunes à trouver une place positive dans notre société. Les membres du ROCAJQ sont au service des jeunes et de leur communauté.

Le ROCAJQ est une association provinciale permettant le partage des approches et des pratiques mises de l’avant par ses membres. Cela permet de définir la vision et les orientations que les membres donnent à leurs actions.

Le ROCAJQ offre un soutien aux organismes et des moyens pour l’exploration de pratiques novatrices et pertinentes pour mieux répondre aux réalités jeunesses.

Les membres du ROCAJQ rejoignent près de 300 000 jeunes. Ces organismes sont reconnus pour leur grande capacité de s’adapter aux besoins des jeunes et d’être à leur écoute. Tout comme l’inclusion sociale et économique des jeunes, la concertation et la mobilisation des communautés font aussi parti des pratiques des membres du ROCAJQ.

L’objectif ultime des membres du ROCAJQ est d’offrir une réponse rapide et efficace aux besoin des jeunes et des communautés.

Les organismes membres du ROCAJQ sont des leaders importants pour le Québec et leurs communautés.

Autres textes sur Communautaire

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaire
Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Raymondviger 8679 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog