Magazine Humeur

Pleure pas la bouche pleine !

Publié le 30 octobre 2012 par Thelynx

patrons.jpg

 

Voilà que maintenant les grands patrons viennent pleurnicher dans le giron du gouvernement ! Nous vivons donc en plein surréalisme.

"Où la la, les marges de nos entreprises sont trop basses - Il faut baisser le coût du travail d'au moins 30 milliards - Un relèvement de la TVA de 19,6% à 21% - Il faut baisser l'impôt sur les sociétés - Il faut exploiter le gaz de schiste... Ben voyons !

Taxer les français modestes avec une TVA relevée, bousiller l'environnement déjà malmené avec l'exploitation du gaz de schiste mais surtout pas toucher à leur indécentes rentes, encore moins à leurs inconcevables salaires ! C'est vrai qu'ils sont indispensables, comme on nous le rabâche à longueur de temps...

Et si, mais là je frise la folie furieuse, pour baisser le coût du travail, ces fricophages commençaient par baisser leurs rémunérations et leurs multiples avantages, à eux et à leurs cadres dirigeants ?

Voilà des gens qui gagnent en un an ce que 90% de la population active ne gagnera jamais durant toute une vie de labeur, qui viennent nous dire sans rire que leurs entreprises sont en difficulté à cause du coût du travail ! Je me frotte les yeux... Non je ne rêve pas.

D'ailleurs il est intéressant, sur le plan sémantique, de constater qu'on ne parle pas chez ces gens là du PRIX du travail, mais du COÛT du travail... L'air de rien, ça en dit long sur la perception que ces nantis ont du travail. Je parle évidemment du VRAI travail !

Donc, ces pleurnicheuses dorées viennent en groupe pour nous faire part de leur désarrois à la perspective de devoir mettre la main au porte monnaie !

On les entend beaucoup moins quand il s'agit de profiter des 30 milliards d'aides de l'état !

On ne les entend pas beaucoup se révolter contre la taxation dérisoire dont ils bénéficient (8%) par rapport au reste des activités !

Ils se gardent bien de dire que, contrairement à ce qu'on essaye de nous faire croire de gré ou de force, les salariés français sont les plus productifs d'Europe !

Ils ne disent rien sur les investissements nécessaires passés à la trappe au profit d'une vision à court terme destinée à la seule rémunération des actionnaires !

Dans le néo-capitalisme d'aujourd'hui, les "grands patrons" (qui sont maintenant plus souvent des financiers que de véritables entrepreneurs  industriels), n'en ont rien à battre de l'investissement ! Seuls comptent le court terme, les dividendes, les bonus et les stock-options ! Le long terme, connaissent pas ! C'est toujours plus, et tout de suite !

Les "grands patrons" d'aujourd'hui, ce ne sont plus les Ford, Lagardère (Jean-Luc, pas Arnaud le neu-neu), Dassault, Schneider, et tant d'autres qui ont bâti des empires industriels, parce que leur horizon conceptuel dépassait le bilan comptable de la fin du mois et la grasse prime qu'ils allaient pouvoir encaisser !!!

Les "grands patrons" d'aujourd'hui sont en grande majorité des fossoyeurs quand leurs prédécesseurs étaient des bâtisseurs ! Alors qu'ils arrêtent de venir pleurer misère et qu'ils apprennent un peu la signification du mot décence.

Quelques questions me brûlent les lèvres :

Combien d'aides publiques ont-ils reçues ? Pour quels résultats ?

Quelle politique de dividendes (37 milliards d'euros versées l'an dernier) ?

Quelles sont les plus fortes rémunérations ? Quelle politique de stock-option et d'attribution d'actions gratuites ?

Quelles sont leurs activités exposées à la concurrence ? Combien de bénéfices ont-ils délocalisé ?

Pourquoi réclamer une baisse de l'IS alors que ce dernier ne représente que 8% des bénéfices chez les groupes du CAC40 ?

On pourrait multiplier ainsi les questions (évidemment sans réponse) à adresser à ces managers de haut vol. On pourrait aussi examiner en détail leurs rémunérations : Jetons de présence - Avantages en nature - Attribution de stock-options - Attribution d'actions gratuites - Retraite complémentaire - Prime de prise de fonction - Indemnités de départ, etc... Et je ne parle même pas ici de toutes les niches fiscales dont ils bénéficient, (près de 300 niches fiscales pour échapper à l’impôt).

Alors les pleureuses nous sortent un nouveau concept abscon comme ils en ont le secret "LE CHOC DE COMPÉTITIVITÉ" dont la France aurait un besoin vital. Je rappelle que les salariés français sont quasiment les plus compétitifs d'Europe.

 

Il y a dans notre pays environ 120 milliards d'euros de manque à gagner fiscal qui se décompose comme suit :

- 20 à 25 milliards de fraude fiscale (une dizaine de milliards de fraude à la TVA - Environ 5 milliards de fraude à l’impôt sur les sociétés et 5 milliards de fraude sur l’impôt sur le revenu ). Question : Qui pratique ce type de fraude ?

- 8 à 14 milliards de fraude aux cotisations sociales (travail au noir pour la plus grande partie). Question : Qui pratique ce genre de fraude ?

- Environ 80 milliards d’avoirs fiscaux non déclarés en Suisse. Question : Qui pratique ce genre de bidouille ?

Au vu de ces chiffres, il semblerait que la première mesure à prendre de toute urgence serait de renforcer singulièrement les contrôles fiscaux. Mais là, évidemment, ça ne va pas arranger le portefeuille de ces messieurs !

Alors, ils nous proposent toute une série de mesures destinées à faire baisser le coût du travail toute en préservant, voire en augmentant leurs revenus. Réduire les cotisations sociales qui pèsent sur les salaires moyens. Relèvement de la TVA de 19,6% à 21%. Baisse des dépenses publiques. Mais rien sur leurs arnaques ni sur leurs revenus scandaleux. Normal.

Si on résume leurs propositions il faut donc moins payer les salariés tout en augmentant le coût de la vie pour tous. Plus fort encore, considérant comme insuffisant le fait de ne pas augmenter les salariés, enlevons-leur du salaire différé (santé, éducation, retraite et autres services qu'on pourra dans un second temps leur facturer en version privatisée, en prétendant que ça pèse trop sur les services publics et tiens, pendant qu'on y est, augmentons de 2 points tous les prix à la consommation, juste histoire de pouvoir se goinfrer encore un peu plus.  

Ils veulent aussi un environnement fiscal favorable et stable en baissant notamment l'impôt sur les sociétés. Oubliant juste de rappeler que la fiscalité des entreprises n'a cessé de baisser depuis 30 ans.

Ne sont-ils pas formidables, nos grands patrons ? Ça donne quand même une furieuse envie de sortir la batte de baseball !

 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thelynx 36 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog