Magazine Culture

Le Magrheb doit reconnaitre, aussi, son passé négrier!

Publié le 21 août 2012 par Ksd @KarfaDIALLO

« Parfois l’esclave noir, s’accroupissant devant la porte, goûte le vent du soir. Dans ce corps, pesant de captif, les souvenirs ne remontent plus… Un jour pourtant, on le délivrera. Quand il sera trop vieux pour valoir ou sa nourriture ou ses vêtements, on lui accordera une liberté démesurée. Pendant trois jours, il se proposera en vain de tente en tente, chaque jour plus faible, et vers la fin du troisième jour, toujours sagement, il se couchera sur le sable. J’en ai vu ainsi, mourir nus…  » Saint Exupéry, 1939, Juby (Maroc)

Le Magrheb doit reconnaitre, aussi, son passé négrier!

A l’inverse de la traite occidentale, la traite des noirs en direction des peuples du Maghreb et du Moyen Orient a été très peu documentée et n’a entraîné dans le monde arabo-musulman aucun devoir de mémoire. Pourtant cette déportation et asservissement des hommes noirs n’a pas été moins horrible ni moins industrielle que sa consoeur occidentale.

Pendant quatorze siècles l’Afrique noire a vécu une véritable chasse à l’homme qui a arraché au continent entre 15 et 17 millions d’hommes dans des caravanes par le Sahara pour le Maghreb ou par bateau vers la Péninsule arabique. Des bandes armées et des soldats venus du Maghreb fondent sur les populations de l’Afrique de l’Ouest essentiellement pour razzier enlever et vendre des femmes, des hommes et des enfants exploités comme domestiques, artisans, mineurs, soldats dans les plantations, les mines, les palais et demeures bourgeoises du Maghreb, du Moyen et du Proche Orient. Les marchés aux esclaves se développent jusqu’au début du 20ème siècle, véritables usines de déshumanisation, à Tombouctou, à Marrakech, au Caire, à Bagdad, à Zanzibar, jusqu’à Istanbul.A mesure que le continent noir devient le principal réservoir d’esclaves des pays arabes se développe un racisme qui justifie l’esclavage : l’infériorité de l’homme noir. C’est ainsi que préexiste et survit à cette tragédie une discrimination dont les descendants d’esclaves et les immigrés africains continuent de souffrir. De même que des formes d’esclavage moderne issues de cette histoire dans des pays comme la Mauritanie, le Maroc, l’Arabie Saoudite, etc..

Dans une région où la question de l’esclave et de la traite nègrière demeure encore un sujet tabou, cette histoire douloureuse et créatrice est très peu interrogée par les pays africains et arabes qui peinent à rentrer ainsi dans la modernité de la mémoire et de la protection des droits de l’homme.

Les africains par une bien compréhensible solidarité de vaincus partagée, injustement, avec les arabes et les Etats arabes par une incapacité à la remise en cause de pratiques qui, même si elles sont héritées du passé, n’en constituent pas moins des entreprises monstrueuses d’exploitation qui doivent être reconnues et assumées.

Après trois courageux, précurseurs et surtout controversés travaux d’historiens, le premier français de Olivier Pétre-Grenouilleau (Les traites Nègrières » Gallimard 2004), le second algérien Malek Chebel (L’Esclavage en terre d’Islam, Fayard, 2007) et le dernier sénégalais Tidiane Ndiaye (Le Génocide voilé », Gallimard 2008), un Colloque organisé au Maroc  par l’Unesco en 2007 sous le titre très diplomatique «Les interactions culturelles issues de la traite négrière et l’esclavage dans le monde arabo-musulman », il importait de traduire en acte militant et sur l’espace public la nécessaire reconnaissance par le monde arabo-musulman de son passé négrier.

C’est ainsi que profitant de la Journée Internationale du Souvenir de la traite des noirs de l’Unesco (L’UNESCO a fait du 23 août la Journée Internationale du souvenir de la traite des noirs en mémoire la première révolte (23 aout 1791) qui donnera naissance à la 1ère République noire: Haiti, la Fondation du Mémorial de la traite des noirs lance un Plaidoyer pour déclarer la traite des noirs et l’esclavage crime contre l’humanité en direction des pays du Maghreb et des Etats arabes.

La Fondation du Mémorial de la traite des noirs écrit aux chefs d’États du monde arabe pour leur demander de déclarer la traite des noirs crime contre l’humanité et ainsi de sortir de l’ombre ces esclaves, aussi, et de leur rendre justice.

Dans un esprit d’ouverture, de dialogue et de partage autour de ce patrimoine commun mais aussi pour lutter contre l’esclavage moderne, et après la France en 2001, le Sénégal en 2010, les États maghrébins et arabes devraient aussi s’engager résolument dans ce nécessaire devoir de mémoire par respect pour la mémoire des millions de victimes de ce commerce honteux, pour lutter contre le racisme et les discriminations héritées de cette histoire mais aussi pour valoriser les contributions apportées par les populations africaines.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ksd 657 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte