Magazine Société

Fin de cycle et élection US

Publié le 05 novembre 2012 par Chapitre5.com

Il est rare que la politique influe positivement sur l’économie. C’est même le plus souvent le contraire: les proches du Pouvoir s’en servent pour acquérir ou renforcer des privilèges aux dépens des autres. Mais les démocraties finissent toujours par revenir à l’équilibre. Même la France fait des réformes une fois par génération pour s’adapter aux temps nouveaux…

Obama ou Romney: le vainqueur n’aura qu’un choix contraint: il lui faut rétablir les grands équilibres financiers. Comme l’Allemagne l’a fait en 2000, comme les pays membres de l’Euro ces jours-ci. Sinon, le $ va souffrir et avec lui la place des USA dans le monde. Car ils n’ont plus la capacité de l’imposer comme en 1945: d’autres pays sont désormais capables de leur tenir tête, en Asie et peut-être même les pays membres de l’Euro. A leur tour, leur rating est attaqué et  ils doivent se soumettre aux « diktats » des marchés ( comme dit la gauche intellectuelle en France…). Leur crédit a trouvé ses limites, sauf guerre mondiale qui leur apporterait des capitaux en quête de sécurité. Cette éventualité ne semble pas actuelle.

Conséquences de cette remise en ordre:

1: il faut solder les comptes des abus de la période 2000/2007 et faire justice: les institutions (Fed, SEC, FSA, Australie ce matin, à quand l’AMF ?) font leur boulot. Les banques commencent à payer des amendes faramineuses, équivalent des « punitive damages » classiques imposés par les jurys populaires en Amérique contre les grosses sociétés fautives ( tabac, pétroliers pollueurs etc.) . Finies les gentilles tapes sur les doigts entre gens du même monde.  Barclays, HSBC, RBS, le groupe des manipulateurs sur le LIBOR. Ce sera bon pour se concilier l’opinion publique et remettre les pendules à l’heure.

2 : la récession approche de sa fin aux USA. Normal: le cycle de baisse  commencé en 2001 et divisé d’ailleurs en 2 temps  (2001/2007, puis 2008/2014 ?) se termine. La reprise s’annonce. Elle ne sera d’abord  pas beaucoup plus visible qu’en 1976. Mais tous les signes sont là: immobilier, emploi, désendettement des particuliers. Même M. Hollande en a entendu parler bien qu’il n’ait pas encore compris l’enjeu: la fin du cycle recéssif ne nous évitera pas l’adaptation aux temps nouveaux, voir notre blog précédent….) .

3: dès lors, les pouvoirs publics peuvent prendre les mesures nécessaires pour rétablir leurs budgets. La conséquence négative pour l’économie est équilibrée par la sortie de la crise. Comme M. Reagan qui avait étouffé l’inflation dès son élection avant de présider à la formidable croissance de 1982 à 2000: la reprise était déjà là et le cycle d’activité s’était déjà inversé.

Conséquences: le nouveau gouvernement US va prendre les mesures de retour à l’équilibre budgétaire. Comme il pèse moins lourd dans le PNB que ne pèsent les gouvernements d’Europe, ce sera moins pénible pour les agents économiques.

En pratique: les mesures de redressement financier vont entraîner une baisse des profits (moins de contrats publics, et plus d’impôts). Donc une probable baisse des cours des actions. Comme dans la phase initiale du plan de M.Reagan:  _25% sur le Dow Jones. D’autant qu’il y aura une bagarre politique au Capitole: les politiciens US ne diffèrent pas des autres! Mais ensuite…. 

Ensuite, il faudra attendre l’inflation qui gommera une partie des dettes. La reprise des économies créera de la vraie richesse qui permettra de pallier les pertes de pouvoir d’achat sur les titres à revenu fixe. M. Warren  Buffet dit que les obligations sont le placement le plus dangereux. Nous partageons cet avis. Mais il est encore trop tôt pour acheter des actions internationales. Une meilleure occasion semble en vue. Comme à New York en 1982.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chapitre5.com 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine