Magazine Société

Changer le monde pour les nuls

Publié le 06 novembre 2012 par Christophefaurie
Et si la clé du changement du monde était une forme de fondamentalisme ? Cette idée m'est venue d'une conversation avec le professeur Jean-Pierre Schmitt.
Il travaille à un livre sur sa science, l'organisation des entreprises. Son premier objectif est d'en rappeler les fondements. Car ils sont totalement oubliés.
Cela m'a rappelé une sorte de constante de ma vie professionnelle. Depuis ses débuts je suis un cycle immuable. J'entre dans une organisation. J'ai quasi instantanément une idée d'où elle devrait aller. Mais, rien ne va. A force d'efforts, le groupe humain s'organise. Arrivé à un certain degré d'organisation, phénomène curieux, il se met à penser. Je suis devenu inutile.
Il me semble que les Chinois et les Égyptiens anciens avaient observé ce même phénomène. Un sujet favori de lamentation. Les phases de désagrégations sociales se caractérisent par ce que plus personne n'est à sa place. Il me semble aussi que nous avons vécu un tel épisode. 68 et le libéralisme ont voulu l'épanouissement de l'homme. Conséquence imprévue, mais logique : l'ambition personnelle a dominé le monde. D'où un résultat oligarchique. On occupe une fonction sociale en fonction de sa capacité à la saisir et non à la tenir.
Et s'il fallait rebâtir notre société en repartant de ses idées originales ? Une fois en état de marche, elle saura peut-être ou aller, sans qu'on ait besoin de le lui dire ?
Changer le monde pour les nuls

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1652 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine