Magazine Société

Les difficultés des professions créatives en France… arnaques organisées et tolérées...

Publié le 06 novembre 2012 par Philippejandrok

masques japonais.JPG

Il m’arrive parfois de discuter avec mon ami Christophe, remarquable graphiste sur http://www.instinctcreatif.com qui me communique souvent des adresses, des annonces, enfin, un tas d’informations concernant nos métiers de créateurs, la dernière en date est ce site http://salut-l-artiste.tumblr.com/ qui répertorie les escroqueries, arnaques, abus en tout genre que subissent les graphistes, artistes et interprètes enfin, que subissent tous ceux qui ont le désir de vivre de leur travail et qui en sont incapables à cause d’un réseau de professionnels qui abusent au quotidien de leur talents et de leurs création pour rien, peanuts, nada wallou… Et il est inutile d’imaginer que ces jeunes arnaqués se décident à attaquer en justice ceux qui les spolient, car la justice coute cher et ne rapporte pas grand-chose.

On parle très rarement de ces sociétés en place qui ont pris pour habitude de faire payer à leurs clients le travail qu’elles volent à des créateurs non rémunérés ou pas du tout ; les agences de publicité ayant pignon sur rue, des sites internet connus, des TV même, enfin une multitude de société qui se sont spécialisés dans le détournement, ou dans l’arnaque pure et simple de jeunes professionnels honnêtes et trop naïfs dans une société de truands qui ne pensent qu’à s’enrichir sur le dos des pauvres ;

 je vous livre ici un exemple exhaustif de ces témoignages scandaleux et affligeant de ces créateurs abusés et désabusés :

Témoignage :

« Tu rédiges des tests de jeux pour nous, mais bien sûr, c’est toi qui paie ! »

A la fin de mon stage de fin d’étude au sein de la rédaction d’un magazine de jeux vidéos, le rédacteur en chef propose de m’engager en tant que “pigiste freelance”.

Sa proposition : rédiger quatre tests de jeux par mois, ainsi que les actu.


Rénumération : 150€… Dont la moitié en bons cadeaux et tickets restaurants.

Jeune et inconscient, j’accepte.
Au bout de deux semaines, je n’ai toujours pas été briefé des jeux que je dois tester pour le mois. Je recontacte mon rédacteur en chef qui me répond :

Mon rédac chef : Tu es freelance, à toi de choisir les jeux que tu vas tester. Attention, on veut du récent.

Moi : d’accord, vous m’envoyez donc les jeux que je veux tester ?

Mon rédac chef : c’est à toi de les acheter !

Moi : comment s’arrange-t-on pour le remboursement ?

Mon rédac chef : on te paie tes articles, tu voudrais pas qu’on te paie en plus tes jeux ?

A savoir : un jeu neuf coûte en moyenne 60€. Quatre jeux dans le mois reviendraient donc à 240€… Ce n’est pas en me payant en ticket restaurant que je vais pouvoir payer mon loyer !

Témoignage :

“Pour ce prix là j’en fait faire 10 !!”

Apres avoir eu un entretien avec un client pour la création de plusieurs sites internet, je lui envoie mon devis. Je commence à peine mon activité et mes tarifs étaient un peu bas. 

Sa réponse :

« MONSIEUR, 

vous créez un entreprise et il vous faut des références hors école. 

De plus vous devez vous faire connaitre. Au départ c’est par le prix et les références. 

Si vous voulez un conseil. Ne regardez pas pour l’instant ce que les agences de com ou pub, ou infos font en prix 

Regardez le temps que vous passez ce qu’il vous faut à court terme pour vivre et à ce moment faites votre devis. 

ce qui est sur c’est qu’avec le prix donné j’embauche quelqu’un pendant un mois et des site internets, il ne m’en fait pas trois mais 10 

vous êtes au entrepreneur et vous lancez une activité, vous devez être entre 10 et 15 euros de l’heure pas plus. quand vous aurez des clients vous augmenterez vos prix. 
De plus n’oubliez pas un chose vous débutez et par définition vous allez lentement 
réfléchissez et rétablissez votre devis » 

Témoignage affligeant, vous ne trouvez pas ? Mais voilà comment une agence de publicité détruit tout espoir de réussite chez un jeune entrepreneur, en faisant de lui son esclave, en réduisant sa capacité commerciale et en lui faisant croire qu’un stagiaire peut faire son travail mieux que lui, dans ce cas, l’agence n’a qu’à prendre ce stagiaire mais l’on se demande pourquoi il fait une demande à un professionnel ???

De plus le tarif imposé par cette agence ne permet même pas à ce graphiste de vivre, en claire après les taxes il ne serait payé que 5 euros/h TTC ??? Autant faire la manche dans la rue, c’est net d’impôt, il pourrait même faire les ménages au noir, il gagnerait mieux sa vie.

Cette agence nous prouve à présent que l’emploi de stagiaires non rémunérés remplace d’emblée l’embauche d’un employé, car l’agence peut prendre autant de stagiaires qu’elle souhaite et les renvoyer à sa guise, elle en a tous les pouvoirs et tous les avantages, de plus, si le stagiaire lui fait 10 sites, non seulement cela ne lui coûte rien, mais en plus il le facture au client, n’est-ce pas là la démonstration de l’esclavage moderne au cœur même d’une démocratie ?

Que fait Pole Emploi dans cette situation, c’est évidemment du travail dissimulé et avoué par cette agence qui veut donner des leçons à ce jeune entrepreneur ; que fait l’Etat pour que cessent ces pratiques infâmes qui empêchent notre pays d’avancer et limite l’emploi, dans une organisation longuement rodée et pratiquée par les entreprises. Des grandes maisons vivent ainsi sur le travail des stagiaires, des maisons d’édition ayant pignon sur rue, des agences, enfin, nombre d’entreprises florissantes continuent à perpétuer ce type de pratiques sordides sans que personne ne dise rien ? Si le rôle du stagiaire est d’apprendre comment se fait-il qu’à présent le stagiaire soit un professionnel, un exécutant qui produit un travail, dans le cas présent la réalisation de sites internet, non rémunéré ?

L’Etat pousse à la création d’entreprise mais laisse les entreprises établies profiter de leur stature pour écraser les jeunes créateurs ; ces entreprises établies développent force d’imagination pour détruire tout ceux qui viendraient en concurrence avec elle et limite ainsi le développement économique et tout le monde est complice de cette farce et personne ne fait rien ?

Un service de police d’entreprise pour que cesse ces pratiques frauduleuses devrait être créé afin de protéger la liberté de création dans notre pays et permettre aux jeunes de créer des entreprises et de relever le niveau avec de la nouveauté.

Le drame c’est que l’on demande aujourd’hui à un jeune de faire un stage pour avoir de l’expérience, puis lorsqu’il est à son compte, on lui fait comprendre que le stagiaire qui ne coûte rien travaille mieux que lui, en claire, un jeune qui créer son entreprise n’a aucune chance de s’en sortir avec de telles pratiques et mentalités.

Pourtant, l’Etat lui impose des taxes avant même qu’il ait pu rentrer un cent, et s’il ne paye pas, il a des pénalités. Il a beau expliquer à l’Urssaf que son client ne paye pas et qu’il ne peut avancer une somme qu’il n’a pas, qu’importe, il doit payer et tant pis pour son client, c’est son problème, alors il s’endette auprès de son banquier pour payer l’Etat des sommes dont il ne dispose pas et qu’il ne possèdera jamais et pour cause, les entreprises en place et le gouvernement créés de la précarité dès le départ, comment dans ce cas pérenniser une jeune entreprise ?

Et surtout, pourquoi se mettre à son compte, je vous le demande ?

Enfin, je vous encourage à lire tout ce que les jeunes et les moins jeunes créateurs d’entreprises dans le domaine de la création subissent au quotidien, et je en veux plus entendre ces politiques de Droite qui affirment que les jeunes sont des fainéants, qu’ils refusent de travailler, qu’ils vivent de subsides de l’état, pas étonnant si ceux qui votent à Droite font tout pour les empêcher de vivre.

Nous vivons une époque formidiable…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippejandrok 11422 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine