Magazine Culture

L'économie selon Ruskin

Publié le 06 novembre 2012 par Smara

 

Je viens de finir la lecture de "Unto this last", recueil de quatre essais sur les principes d'économie politique écrits par John Ruskin en 1862, et qui lui ont valu de nombreux désagréments : courrier injurieux, insultes publiques, exclusion du magazine qui publiait ses articles... Qu'est-ce qui justifiait donc un tel discrédit de ce critique d'art et philosophe reconnu et influent à Oxford ? La réponse tient à quelques convictions solides qui l'amenèrent à critiquer le travail des économistes de son temps : Stuart Mill, Ricardo, Malthus... De la richesse, Ruskin professait que dans sa dimension économique elle ne pouvait exister que pour certains et par la pauvreté des autres. Selon lui, la seule mesure d'une richesse véritable devait être celle des bienfaits qu'elle apportait à la vie et à l'humanité. De la valeur du travail, il affirmait que toute rémunération qui permettait d'acquérir plus de travail que ce qu'on avait fourni relevait de l'exploitation d'autrui, et qu'en aucun cas on ne pouvait accepter que la concurrence réduise les moins armés par l'existence à trimer pour un salaire de misère. De l'industrie et du commerce, il pensait que leur expansion fulgurante était coupable de destruction massive de la vraie qualité de vie, celle d'un environnement sain et d'une société harmonieuse. Il affirmait néanmoins que la responsabilité de cette évolution était collective : "une sage consommation est un art bien plus difficile qu'une sage production" écrivait-il, et il donnait ce conseil qui n'a pas pris une ride : "Dans tout achat, considérez son impact sur l'existence des producteurs [...], puis si la somme payée est correcte pour le fabricant et lui revient en proportion voulue, et à quel usage clair [...] pourra servir ce que vous achetez". Dans la préface de ce recueil, il expose ses principes personnels pour une société prospère avec comme priorité l'éducation gratuite pour tous, avec apprentissage des "lois de la santé" et des "habitudes de courtoisie et de justice" ainsi que des "manufactures et ateliers d'état" en concurrence avec le secteur privé pour tout ce qui est "nécessaire à la vie" avec un niveau de qualité faisant référence. Refermant l'ouvrage, je pensais qu'à la même époque Toqueville nous mettait en garde contre un système de gouvernement qui conduirait mécaniquement à donner le pouvoir à ceux qui le recherche par intérêt personnel plus que par le sentiment d'une vocation sociale, et il semble bien que nos hommes politiques et les distingués descendants de messieurs Stuart Mill et Ricardo s'entendent comme larrons en foire. Quant aux disciples de Ruskin, on ne les insulte plus guère, ce n'est même plus la peine...

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Smara Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog