Magazine Info Locale

« De rouille et d'os » de Jacques Audiard

Publié le 06 novembre 2012 par Seb322 @nordbretagne
« De rouille et d'os » de Jacques Audiard Synopsis.  Ali se retrouve avec Sam, 5 ans, sur les bras. C'est son fils, il le connaît à peine. Sans domicile, sans argent et sans amis, Ali trouve refuge chez sa soeur à Antibes. Là-bas, c'est tout de suite mieux, elle les héberge dans le garage de son pavillon, elle s'occupe du petit et il fait beau. A la suite d'une bagarre dans une boîte de nuit, son destin croise celui de Stéphanie. Il la ramène chez elle et lui laisse son téléphone. Il est pauvre ; elle est belle et pleine d'assurance. C'est une princesse. Tout les oppose. Stéphanie est dresseuse d'orques au Marineland. Il faudra que le spectacle tourne au drame pour qu'un coup de téléphone dans la nuit les réunisse à nouveau. Quand Ali la retrouve, la princesse est tassée dans un fauteuil roulant : elle a perdu ses jambes et pas mal d'illusions. Il va l'aider simplement, sans compassion, sans pitié. Elle va revivre.    Notre avis. Ce film d'Audiard a été réalisé d'après le roman de Craig Davidson. Il est vrai que tout les oppose, Stéphanie et Ali. Mais les êtres différents s'attirent parfois, indéniablement. Le duo Cotillard/Schoenaerts porte littérallement ce long métrage. Après la beauté du spectacle d'orques, c'est dans un destin plus sombre que l'on est entraîné... Celui de Stéphanie. Sans ses jambes, elle n'arrive plus à se tourner vers l'avenir. Pourtant, elle va réussir à apprivoiser et à regarder ce nouveau corps.  Même si rien ne sera facile, Ali va lui apporter le courage dont elle a besoin, et surtout, beaucoup de délicatesse. Leur relation, ambiguë, est parfois troublante. Habitué aux histoires sans lendemain, le jeune homme va lui aussi vivre une expérience bouleversante. « La vie doit continuer, quoiqu'il arrive... ». L'expression paraît parfois dénuée de sens tant le quotidien de chacun est différent. Avec Stéphanie et Ali, elle en retrouve du sens...  Ce film, présenté en compétition au festival de Cannes, a reçu le prix du meilleur film au 56è festival de Londres 2012.    Notre note. 7,2/10
  Comme Au Cinema

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Seb322 29439 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine